Mexique

Dernière mise à jour : ET

Toujours valide : ET

Dernière mise à jour : Un changement mineur a été apporté au contenu.


Avertissements

Avertissements

MEXIQUE - Faites preuve d'une grande prudence

Aucun avertissement n’est en vigueur pour l’ensemble du Mexique. Il convient toutefois de faire preuve d’une grande prudence en raison de la violence qui sévit dans certaines régions du pays où les conditions de sécurité continuent de se détériorer (voir les avertissements ci-dessous). Le taux de criminalité est élevé, des manifestations ont lieu et des barrages routiers illégaux sont parfois érigés, ce qui continue de susciter des préoccupations dans tout le pays.

Avertissement régional pour les états du nord du pays

Affaires mondiales Canada déconseille tout voyage non essentiel dans les états suivants, situés dans le nord du Mexique : Chihuahua, Coahuila, Durango, Nuevo León (sauf la ville de Monterrey), Sinaloa (sauf Mazatlán), Sonora (sauf les villes de Guaymas/San Carlos et de Hermosillo) et Tamaulipas, en raison du niveau élevé de violence liée au crime organisé. Consultez l'onglet Sécurité pour plus amples renseignements.

Avertissement régional pour les états situé de l'ouest du pays

Affaires mondiales Canada déconseille également tout voyage non essentiel dans les états suivants situés dans l’ouest du Mexique : Guerrero (sauf les villes d’Ixtapa-Zihuatanejo et de Taxco, ainsi que la zone touristique d’Acapulco) et Michoacán (sauf la ville de Morelia) en raison du niveau élevé de violence et de crime organisé. Pour les mêmes raisons, évitez également les voyages non essentiels dans les secteurs de Jalisco qui sont voisins des états de Michoacán et de Zacatecas. Faites preuve d’une grande prudence dans les zones exclues. Consultez l'onglet Sécurité pour plus amples renseignements.

Conseils de santé aux voyageurs - Infection à virus Zika

L'Agence de la santé publique du Canada a émis des conseils de santé aux voyageurs pour l’infection à virus Zika dans les Amériques qui recommande aux Canadiens de prendre des précautions sanitaires spéciales s’ils voyagent dans les pays actuellement affectés. Les femmes enceintes et celles qui envisagent de devenir enceintes,  devraient discuter des risques avec leur fournisseur de soins de santé et considérer de différer tout voyage dans les pays des Amériques où le virus Zika est présent.  Voir Santé pour obtenir de plus amples renseignements.

Sécurité

Sécurité

La décision de voyager relève de vous seul. C’est également à vous seul qu’il incombe de veiller à votre sécurité personnelle à l’étranger. Le gouvernement du Canada prend très au sérieux la sécurité des Canadiens à l’étranger et diffuse des renseignements fiables et à jour dans ses Conseils aux voyageurs. Dans l’éventualité où une situation de crise nécessiterait une évacuation, la politique du gouvernement du Canada consiste à assurer le transport sécuritaire des ressortissants canadiens jusqu’au lieu sûr le plus proche. Le gouvernement du Canada ne vous aidera à quitter un pays ou une région qu’en dernier recours, lorsque tous les moyens de transport commerciaux et personnels auront été épuisés. Ce service est offert contre recouvrement des coûts, et vous devrez assumer les frais associés à la poursuite de votre voyage. Les situations varient d’un pays à l’autre et les ressources du gouvernement pourraient, dans certains cas, être soumises à des contraintes susceptibles de limiter son aptitude à offrir de l’aide, notamment dans un pays ou une région où le risque de conflit violent ou d’instabilité politique est élevé.

Nous vous recommandons de vous inscrire auprès du service d’Inscription des Canadiens à l’étranger si vous vous rendez au Mexique ou si vous y résidez.

États du nord du pays (voir l’avertissement)

Il est fortement recommandé de se rendre au Mexique en avion afin d’éviter les postes frontaliers terrestres menant à des régions potentiellement dangereuses, surtout dans les États suivants du nord du pays : Chihuahua, Coahuila, Durango, Nuevo León, Sinaloa, Sonora et Tamaulipas.

Dans le nord du Mexique, surtout le long de la frontière avec les États-Unis, le crime organisé et la violence urbaine constituent une grave menace à la sécurité. Les affrontements entre des groupes criminels organisés et les autorités mexicaines continuent de causer des difficultés. Il faut s’attendre à tout moment à des fusillades, à des attaques et à des barrages routiers érigés illégalement. Évitez tout déplacement routier entre les villes des États du nord du pays. Des automobilistes ont été attaqués par des gangs lourdement armés alors qu’ils traversaient Matamoros, Nuevo Laredo et Reynosa dans l’État de Tamaulipas, de même que sur plusieurs autoroutes dans les États de Coahuila, Durango, Nuevo León et Sinaloa. Les voleurs et les pirates de la route ciblent particulièrement les véhicules utilitaires sport et les camionnettes qui circulent sur les autoroutes. 

Faites preuve d’une grande prudence lorsque vous vous déplacez dans la ville de Monterrey. Évitez de circuler à l’extérieur de la banlieue de San Pedro Garza García après la tombée de la nuit.

États de l'ouest du pays (voir l’avertissement)

L’activité criminelle a beaucoup augmenté dans les états de Guerrero, Jalisco et Michoacán. On y signale aussi plus fréquemment des barrages routiers illégaux et des manifestations. La situation en matière de sécurité s’est particulièrement détériorée dans les régions rurales de Guerrero et de Michoacán. On signale une présence croissante de milices d’autodéfense parfois promptes à tirer sur les véhicules qui ne respectent pas leurs barrages routiers.

Criminalité

Le taux de criminalité au Mexique est élevé, notamment parce que les taux d’arrestation et de détention sont bas. Il se produit toutefois moins de crimes dans les centres de villégiature ainsi que dans les grandes villes et destinations touristiques. Chaque année, plus de 1,9 million de Canadiens se rendent au Mexique, et la majorité d’entre eux n’éprouvent aucun problème.

Si vous êtes victime d’un crime, faites immédiatement une déclaration au bureau de police (Agencia del Ministerio Público en espagnol) le plus proche de la scène du crime. Les autorités mexicaines ne peuvent mener une enquête criminelle que si une plainte est officiellement déposée. Vous devez porter plainte en personne avant de quitter le Mexique. Il vous faudra présenter une pièce d’identité avec photo. Il importe tout particulièrement de signaler aux autorités mexicaines et au point de service consulaire canadien le plus proche la perte ou le vol de vos pièces d’identité, afin de vous protéger au cas où elles seraient utilisées à des fins criminelles.

Crime organisé

Les groupes criminels, dont les cartels de la drogue, sont très actifs dans les états du nord du Mexique et sont également présents dans les états de l’ouest du pays. Les cartels ou les gangs s’affrontent régulièrement pour contrôler la circulation des drogues, ce qui explique le niveau élevé de violence dans ces régions. Des citoyens mexicains et des représentants du gouvernement sont aussi la cible de crimes violents, y compris des enlèvements, des extorsions et des homicides. Les étrangers ne sont pas particulièrement ciblés, bien qu’ils soient à l’occasion victimes de crimes violents lorsqu’ils se trouvent au mauvais endroit au mauvais moment. Consultez les Avertissements pour savoir quelles sont les régions vers lesquelles il faut éviter tout voyage non essentiel. 

La péninsule du Yucatán, où sont situées les destinations touristiques de Cancún, Cozumel, Mérida, Progreso et Riviera Maya, n’a pas été atteinte de manière importante par la violence ou l’insécurité. En raison de la forte présence du crime organisé dans les régions rurales, y compris sur les grands axes routiers, faites preuve de prudence dans les états de Baja California, Morelos, Nayarit, San Luis Potosí, Veracruz et Zacatecas. Les régions touristiques très fréquentées dans le sud du Nayarit (de Nuevo Vallarta à La Peñita de Jaltemba), la zone touristique de Puerto Vallarta et les villes de Tepoztlan, Guadalajara, San Luis Potosí, Veracruz, Xalapa et Zacatecas demeurent relativement sûres.

Certaines municipalités prisées des touristes canadiens dans l’État de Jalisco ont connu une recrudescence de la violence liée au trafic de stupéfiants au début de 2015, alors que les forces de sécurité mexicaines luttaient contre les groupes criminels organisés qui se livraient à de violentes représailles. Les passants peuvent être touchés par cette violence et devraient être sur leurs gardes en tout temps. Faites preuve de vigilance, demeurez dans les zones touristiques et suivez de près l’actualité régionale. Si vous vous aventurez à l’extérieur des zones urbaines, faites preuve de prudence, y compris sur les grands axes routiers. Évitez tout déplacement la nuit. 

Des forces militaires et policières fédérales ont été déployées dans diverses régions du pays afin de lutter contre le crime organisé et de renforcer la sécurité. Ces forces sont très visibles : elles patrouillent dans les rues, érigent des barrages routiers et inspectent des véhicules au hasard. Des affrontements armés entre forces de sécurité et groupes criminels éclatent à tout moment dans certaines régions. Les passants pourraient se trouver pris au milieu d’une fusillade.

Vols

Les vols (dont les vols à main armée, les vols de sac à l’arraché et les vols à la tire) sont chose courante au Mexique. Si des voleurs vous menacent, restez calme et ne tentez pas de leur résister. Des Canadiens qui ont résisté à leurs agresseurs ont été blessés. Exercez une vigilance constante, même lorsque vous vous trouvez dans une région ordinairement jugée sécuritaire. Assurez-vous que vos effets personnels sont en sécurité et évitez d’attirer l’attention des voleurs éventuels. Gardez vos bagages en lieu sûr en tout temps. Logez dans des hôtels et des centres de villégiature ayant de bonnes pratiques de sécurité. Dans les centres de villégiature, laissez votre passeport et vos objets de valeur dans le coffre-fort de l’hôtel, et non pas dans votre chambre ou sur la plage pendant que vous vous baignez. Optez pour une tenue décontractée et évitez de porter des bijoux chers.

On signale que des étrangers se sont fait voler et parfois agresser. Il arrive que des victimes soient suivies après avoir échangé ou retiré de l’argent dans un aéroport, dans un bureau de change (casas de cambio), ou à un guichet automatique bancaire. Évitez d’échanger ou de retirer de l’argent dans les zones publiques d’un aéroport. Il faut s’en tenir aux transactions absolument essentielles, s’assurer qu’elles soient de faible valeur et les effectuer avant de quitter la zone des douanes. 

N’effectuez vos retraits bancaires et vos opérations de change que pendant le jour. Choisissez des guichets automatiques ou des bureaux de change situés dans des institutions financières, des hôtels ou des centres commerciaux reconnus, plutôt que dans la rue, afin d’éviter le risque de clonage (c’est-à-dire la collecte illégale des données renfermées dans la bande magnétique de votre carte de crédit ou de débit). Cachez toujours le clavier lorsque vous entrez votre numéro d’identification personnel, même s’il n’y a personne aux alentours. Ne perdez pas de vue votre carte de crédit lorsque vous payez un bien ou un service.

On signale que des Canadiens ont été victimes de vol à bord d’autobus, généralement la nuit. Ayez toujours à l’œil vos bagages, votre argent et vos documents personnels.

Agressions

On signale des cas d’agression, y compris d’agression sexuelle, contre des étrangers. Il arrive que l’agresseur soit un membre du personnel hôtelier, un chauffeur de taxi ou même un préposé à la sécurité dans une destination touristique très fréquentée. Vérifiez si l’endroit où vous logez est doté de mesures de sécurité suffisantes. Le niveau de sécurité varie d’un centre de villégiature à l’autre. La présence de caméras et de gardes de sécurité équipés d’une radio est le moyen le plus efficace pour dissuader les criminels de passer à l’acte. Évitez de vous promener après la tombée de la nuit, surtout seul, et évitez les endroits déserts ou peu habités. Ne fréquentez les bars et les boîtes de nuit qu’en groupe et évitez de vous éloigner du groupe. Évitez de consommer de grandes quantités d’alcool et n’acceptez pas les invitations ni les offres de transport d’un inconnu ou d’une nouvelle connaissance, car cela pourrait faire de vous une cible plus vulnérable aux yeux des criminels. Dans les cas d’agression sexuelle, les autorités policières exigent un examen médical.

Méfiez-vous des collations, boissons, gommes à mâcher ou cigarettes offertes par de nouvelles connaissances. Elles pourraient contenir de la drogue et vous exposer au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle.

Enlèvements

Le Mexique figure parmi les pays où il y a le plus d’enlèvements. L’enlèvement traditionnel contre rançon constitue un grave problème dans les villes frontalières du nord du pays ainsi qu’à Mexico. Les ravisseurs ciblent autant les gens de la classe moyenne que les riches. Les étrangers ne sont pas particulièrement ciblés, mais ils peuvent l’être s’ils sont perçus comme étant riches. Des enlèvements de citoyens canadiens (et d’entrepreneurs travaillant pour des entreprises canadiennes) se sont produits principalement dans les zones visées par notre avertissement, et surtout loin des zones où il existe une forte présence institutionnelle policière ou gouvernementale. Si vous êtes victime d’un enlèvement, obéissez aux demandes des ravisseurs et ne tentez pas de leur résister.

Des enlèvements éclair, c’est-à-dire des tentatives d’obtenir rapidement de l’argent liquide en échange de la libération d’une personne, sont perpétrés dans les grandes agglomérations. Le plus souvent, ceux qui commettent ces méfaits se font passer pour des chauffeurs de taxi ou sont de connivence avec des chauffeurs. Ils forcent leur victime à retirer de l’argent à un guichet automatique au moyen de sa carte de débit ou de crédit en échange de sa libération. La victime est parfois détenue pendant plus de 24 heures de façon à ce qu’elle puisse, le lendemain, retirer une deuxième fois la somme maximale permise par sa limite quotidienne. N’utilisez que le service de taxis d’un grand hôtel ou appelez une compagnie de taxis réputée. Pour réduire les risques d’agression ou de vol, évitez de faire étalage de richesse et soyez sur vos gardes en tout temps.

Une escroquerie courante utilisée par des gangs et d’autres criminels partout au Mexique consiste à perpétrer des enlèvements virtuels. Les auteurs de cette forme d’extorsion repèrent une personne qu’on ne pourra temporairement pas joindre par téléphone cellulaire ou par courriel ou bien lui volent simplement son téléphone cellulaire, puis communiquent avec sa famille en prétendant l’avoir enlevée et en réclamant une rançon immédiate pour sa libération. À défaut de joindre la prétendue victime au Mexique, sa famille peut très bien supposer qu’elle a effectivement été enlevée. 

Les auteurs de ces enlèvements se servent de divers moyens pour recueillir de l’information sur leurs éventuelles victimes. Ils peuvent consulter les sites de médias sociaux ou épier vos conversations pendant votre séjour au pays. Évitez de discuter de vos projets de voyage ou de mentionner votre numéro de chambre ou d’autres renseignements personnels à portée de voix d’inconnus. Ne divulguez pas à des inconnus des renseignements personnels ou des renseignements sur vos affaires, ni en personne ni au téléphone, surtout à partir d’un téléphone de votre hôtel. Il arrive que le gérant d’un hôtel soit complice d’un enlèvement virtuel ciblant un client de l’établissement. Si vous recevez un appel de menace ou de harcèlement, raccrochez immédiatement. Logez dans des hôtels offrant une sécurité efficace. Dans les halls d’hôtel, certains escrocs recueillent des renseignements inscrits sur les étiquettes de bagages, pour ensuite convaincre les voyageurs de leur divulguer leurs coordonnées au Canada. Ils appellent ensuite les parents de ces voyageurs pour leur dire que leur enfant est détenu ou hospitalisé et leur demander de transférer immédiatement des fonds au Mexique. Les parents ou amis qui sont ainsi contactés devraient obtenir le nom de l’appelant et noter son numéro de téléphone, pour ensuite signaler l’appel à la police locale au Canada.

Tout enlèvement, qu’il soit réel ou virtuel, doit être signalé à la police mexicaine locale ainsi qu’à l’ambassade du Canada à Mexico, au consulat canadien le plus proche ou au Centre de surveillance et d’intervention d’urgence à Ottawa (voir l’onglet Assistance).

Escroqueries

Des criminels se faisant passer pour des policiers abordent parfois des touristes en leur demandant leur passeport ou des devises étrangères.

On rapporte aussi des cas de véritables policiers qui ont extorqué de l’argent à des touristes ou ont appréhendé des touristes pour des délits mineurs ou des infractions à la circulation. Si cela vous arrive, ne leur remettez ni votre argent ni votre passeport. Demandez le nom du policier, son numéro matricule, le numéro de la voiture de patrouille, le lieu de l’interception et l’amende écrite payable à une date ultérieure. Si cette amende n’est pas justifiée, rendez-vous au bureau le plus proche de l’Agencia del Ministerio Público pour porter plainte.

Manifestations

Il se produit régulièrement des manifestations dans l’ensemble du pays. Les manifestations et les barrages routiers sont courants à Mexico (y compris sur la route qui relie Mexico à l’aéroport, et ce, dans les deux sens) ainsi que dans les états de Guerrero, Michoacán et Oaxaca. Évitez les grands rassemblements, lesquels peuvent soudainement donner lieu à des actes de violence. Il est interdit aux étrangers de participer à des manifestations politiques. Ceux qui enfreignent cette règle risquent d’être emprisonnés ou expulsés, en plus de se voir interdire l’entrée au Mexique à l’avenir.

Déplacements routiers

Les habitudes de conduite et les normes de sécurité routière au Mexique diffèrent sensiblement de celles qui ont cours au Canada. La police ne patrouille pas sur les autoroutes de façon régulière. Attendez-vous à voir des chauffeurs qui ne respectent pas les limites de vitesse, qui changent de voie sans le signaler et qui ne s’arrêtent pas aux feux rouges. Les piétons doivent être extrêmement prudents en tout temps. On signale des délits de fuite reliés à des accidents mortels.

L’état des routes varie et peut être mauvais dans certaines régions. Les courbes dangereuses, la signalisation déficiente, les travaux de voirie mal balisés, la présence sur la chaussée d’animaux errants, de véhicules lents ou abandonnés ou d’autres obstacles sont autant de facteurs de risque pour les conducteurs.

Évitez de circuler d’une ville à l’autre après la tombée de la nuit, et ce, dans l’ensemble du pays. Les autoroutes à péage (cuota) sont plus sûres que les autoroutes secondaires. Les escales de nuit devraient se faire uniquement dans les grands centres, les hôtels réputés ou les terrains de camping bien gardés. Gardez en tout temps les portes de votre voiture verrouillées et les vitres montées, en particulier aux feux rouges, car vous pourriez être la cible de voleurs.

Attendez-vous à rencontrer partout dans le pays des postes de contrôle où les militaires perquisitionnent à la recherche de drogues et d’armes à feu. Restez calme et répondez à leurs questions.

En cas de panne ou d’urgence sur l’une des grandes routes à péage, la patrouille routière du ministère mexicain du Tourisme (Secretaría de Turismo de México ou SECTUR), surnommée « les anges verts » (Angeles verdes), offre un service gratuit d’assistance de 8 h à 18 h. En cas d’urgence, composez le 078 ou le numéro sans frais 01 800 006 8839.

Taxis

Évitez de héler un taxi dans la rue et appelez plutôt une compagne de taxis réputée, comme le service de taxis d’un grand hôtel ou les taxis desservant des postes désignés (sitios). À Mexico, tous les taxis autorisés par le gouvernement portent une plaque d’immatriculation dont le numéro commence par la lettre A ou B. Les taxis qui desservent les postes désignés portent sur le côté de leur véhicule le logo de leur compagnie et le numéro de leur plaque d’immatriculation. Demandez toujours au répartiteur le nom du chauffeur, ainsi que le numéro de la plaque d’immatriculation, le modèle et la couleur du taxi. Lorsque vous arrivez à l’aéroport international Benito Juárez à Mexico, utilisez seulement les taxis de l’aéroport et payez la course à l’avance à l’intérieur de l’aérogare. Demandez également au chauffeur de vous montrer une pièce d’identité officielle.

Transports publics

Bien que les transports publics soient relativement sûrs, faites preuve de prudence dans les aéroports et dans les gares d’autobus ainsi qu’à bord des autobus et du métro de Mexico. Souvent bondés, ils sont propices aux vols à la tire. Évitez autant que possible de vous déplacer tard le soir et pendant les heures de pointe, et exercez une grande prudence en tout temps.

Les accidents d’autobus sont fréquents. Il est préférable de voyager de jour et seulement à bord d’autobus de première classe.

Transport aérien

Le gouvernement du Canada n’évalue pas la conformité des compagnies aériennes intérieures étrangères aux normes internationales de sécurité de l’aviation civile. Consulter Vols intérieurs dans d’autres pays pour plus de détails.

Activités récréatives et locations

Assurez-vous que les activités récréatives auxquelles vous prenez part sont couvertes par votre assurance voyage ou par une police d’assurance locale. Assurez-vous également que l’équipement sportif et aquatique que vous utilisez est en bon état et répond aux normes de sécurité, surtout pour la plongée. De nombreux exploitants n’effectuent pas de contrôles de sécurité à intervalles réguliers. 

Il est arrivé que des Canadiens impliqués dans des accidents se voient réclamer par les exploitants de véhicules récréatifs, comme des véhicules marins, des indemnités supérieures aux dommages qu’ils avaient causés au véhicule ou à l’équipement.

On signale de plus en plus d’accidents de cyclomoteurs et de scooters impliquant des touristes. Ne louez pas un véhicule d’un exploitant qui ne fournit pas d’assurance ni de casque de sécurité. Faites preuve de vigilance lorsque vous conduisez. Évitez d’emprunter des routes en mauvais état et abstenez-vous de rouler la nuit.

Renseignements généraux en matière de sécurité

Suivez les actualités locales pour vous tenir au courant des événements qui peuvent avoir une incidence sur votre sécurité personnelle. Remettez vos coordonnées et une copie de votre itinéraire à votre famille ou à vos amis au Canada avant votre départ.

Prenez au sérieux les avertissements affichés sur les plages au sujet des conditions de baignade. Beaucoup de plages ne sont pas surveillées ou n’affichent pas de mises en garde. En cas de doute, consultez le personnel de votre hôtel.

L’autostop n’est pas une pratique courante au Mexique. Il est déconseillé d’en faire.

Faites attention lorsque vous vous tenez debout près de la balustrade d’un balcon. Des gens sont morts ou ont été blessés en tombant d’un balcon. Les normes mexicaines permettent des balustrades beaucoup plus basses qu’au Canada.

Aide d’urgence

Composez le 066 pour les services de police d’urgence, et le 065 ou le 066 pour une ambulance.

Exigences d'entrée et de sortie

Exigences d'entrée et de sortie

La décision de laisser entrer ou sortir les voyageurs étrangers appartient à chaque pays ou région. Les agents consulaires canadiens ne peuvent pas intervenir en votre nom si vous ne répondez pas aux exigences d’entrée ou de sortie. Les renseignements qui suivent à ce sujet ont été obtenus auprès des autorités mexicaines et pourraient changer à tout moment. Les conditions d’entrée et de sortie propres au pays ou au territoire sont fournies dans cette page à titre de renseignement seulement. Même si tous les efforts voulus sont déployés pour fournir de l’information exacte, les renseignements que renferme la présente publication sont fournis « tels quels », sans garantie d’aucune sorte, explicite ou implicite. Le gouvernement du Canada n’assume aucune responsabilité et ne pourra être tenu responsable d’aucun préjudice en lien avec ces renseignements. C’est à vous qu’il incombe de vous informer auprès de l’ambassade des États‑Unis du Mexique ou de l’un de ses consulats pour des renseignements à jour.

Les titulaires de passeports officiels (spéciaux et diplomatiques) doivent consulter la page Voyages officiels car ils pourraient être assujettis à des exigences d'entrée différentes.

Passeport

Les citoyens canadiens, y compris ceux qui possèdent la double citoyenneté, doivent présenter un passeport valide pour entrer au Mexique et pour en sortir. Votre passeport doit être valide jusqu’à la date prévue de votre départ du Mexique. Avant de partir, vérifiez les exigences de votre compagnie de transport en ce qui a trait à la validité des passeports, puisqu’elles peuvent être plus strictes que les règles d’entrée du pays.

Si vous êtes résident permanent ou immigrant admis au Canada, vous devez vérifier les conditions d’entrée qui vous concernent auprès des services de l’immigration du Mexique, l’Instituto Nacional de Migración (renseignements offerts principalement en espagnol).

Visas

Un visa est exigé des personnes souhaitant entrer au Mexique à des fins autres que touristiques. Les étrangers qui participent à des activités non autorisées seront expulsés. Les titulaires de passeports spéciaux et diplomatiques doivent obtenir un visa pour entrer au Mexique. Veuillez communiquer avec l'ambassade du Mexique au Canada (page Web en anglais) pour de plus amples renseignements. 

Les touristes canadiens qui se rendent au Mexique à des fins professionnelles n’ont pas besoin de visa, à condition que la durée de leur séjour ne dépasse pas 72 heures et qu’ils demeurent dans la zone frontalière (c’est-à-dire dans un rayon de 21 kilomètres de la frontière des États-Unis).

Visa d’affaires : exigé
Visa de travail : exigé
Visa d’étudiant : exigé

On vous recommande de présenter vous-même votre demande de visa. Toutefois, si c’est votre futur employeur qui demande en votre nom un visa d’affaires (ou de travail), assurez-vous de recevoir des copies de toute la correspondance entre l’employeur et les autorités mexicaines de l’immigration. Ces copies doivent porter le cachet des services de l’immigration afin d’attester que l’on s’occupe bel et bien de votre dossier. Vous devriez également demander à votre employeur de vous fournir un accusé de réception de tous les documents (votre passeport canadien, par exemple) que vous lui confiez aux fins d’obtention du visa. Il n’est pas recommandé de laisser votre passeport entre les mains de votre employeur.

Carte de touriste

Les Canadiens doivent détenir une carte de touriste, appelée « formulaire de migration multiple pour étrangers » ou « FMM ». Cette carte est fournie par les lignes aériennes ou par les autorités mexicaines de l’immigration, aux points d’entrée du pays. Pour l’obtenir, les Canadiens doivent présenter un passeport valide. Si vous omettez de vous la procurer à votre arrivée, on vous considérera comme étant entré illégalement dans le pays et on pourrait vous infliger une amende, vous détenir ou vous expulser du pays. Les touristes canadiens n’ont pas besoin de carte de touriste pour les séjours de 72 heures ou moins dans la zone frontalière (bande d’une largeur de 21 kilomètres longeant la frontière avec les États-Unis).

Veillez à faire estampiller votre carte de touriste par les agents d’immigration lorsque vous entrez au Mexique (que vous arriviez par avion, en autobus, à bord d’une voiture particulière ou à pied). Si vous entrez au Mexique par voie terrestre, il vous incombe de vous arrêter au bureau de l’immigration situé à la frontière pour obtenir cette carte. Consultez l’ambassade du Mexique au Canada pour de plus amples renseignements sur l’entrée par voie terrestre (page Web en anglais).

Un agent d’immigration déterminera pendant combien de jours vous pourrez séjourner au Mexique. Dans la plupart des cas, on vous accordera le maximum de 180 jours. Vous ne pourrez pas demander une prolongation de votre séjour ni en modifier les conditions de l’intérieur du pays.

Les autorités mexicaines peuvent à tout moment vous demander de leur montrer votre carte de touriste. Vous devez donc toujours avoir sur vous l’original de ce document, et vous devrez le rendre lorsque vous quitterez le pays, sans quoi vous serez passible d’une amende ou d’une expulsion, ou les deux.

Taxe touristique

Les autorités mexicaines imposent à tous les voyageurs une taxe touristique (d’environ 20 $ US), habituellement comprise dans le prix du billet d’avion. Les voyageurs qui arrivent par voie terrestre (en automobile ou en autobus) ou par voie maritime doivent acquitter cette taxe auprès d’une banque mexicaine. Des représentants des banques se trouvent à chaque point d’entrée. Vous devez joindre le reçu de la banque à votre carte de touriste lorsque vous la remettez en quittant le pays. Les visiteurs qui entrent au Mexique par voie terrestre à des fins touristiques seulement sont exemptés de la taxe si leur séjour dure moins de sept jours. Les visiteurs qui restent dans la zone frontalière du Nord (bande d’une largeur de 21 km qui longe la frontière avec les États-Unis) et les voyageurs qui se rendent au Mexique à bord d’un bateau de croisière sont également dispensés de cette taxe.

Double citoyenneté

Le Mexique reconnaît la double citoyenneté aux personnes nées au Mexique ou nées à l’étranger de parents mexicains. En vertu de la loi mexicaine, les personnes ayant la double citoyenneté qui entrent au Mexique ou qui en sortent sont tenues de se présenter en tant que citoyens mexicains. Les voyageurs qui possèdent la double citoyenneté canadienne et mexicaine doivent donc avoir sur eux des documents de voyage valides des deux pays. Un certificat de citoyenneté canadienne n’est pas un document de voyage. Consultez la section traitant des Lois et coutumes pour de plus amples renseignements.

Casiers judiciaires

Les Canadiens qui ont un casier judiciaire risquent de se voir refuser l’entrée au Mexique et d’être rapatriés au Canada à bord du prochain vol disponible. Si tel est votre cas, communiquez avec l’ambassade du Mexique avant d’organiser votre voyage.

Les enfants et le voyage

Les enfants ont besoin de documents spéciaux pour visiter certains pays. Consulter Enfants pour plus de détails.

Fièvre jaune

Voir Santé pour connaître les exigences de ce pays relatives à la vaccination.

Santé

Santé

Conseil de santé aux voyageurs
Consultez un fournisseur de soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ.
Vaccins

Vaccins administrés systématiquement

Assurez-vous que votre vaccination est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccins recommandés

Vous pourriez être à risque de contracter ces maladies évitables par la vaccination lors de votre voyage dans ce pays. Adressez-vous à votre professionnel de santé-voyage pour savoir si ces vaccins vous conviennent.

Grippe

La grippe saisonnière sévit partout dans le monde. La saison grippale est de novembre à avril dans l'hémisphère Nord, d'avril à octobre dans l'hémisphère Sud et elle dure toute l'année dans les tropiques. La grippe (influenza) est causée par un virus qui se transmet d'une personne à l'autre par la toux ou les éternuements ou par le contact avec des objets et surfaces contaminés. Faites-vous vacciner contre la grippe. Faites-vous vacciner contre la grippe.

Hépatite A

L'hépatite A est une maladie du foie qui se propage par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés, ou par le contact avec une personne infectée. Tous les voyageurs qui se rendent dans des régions où il existe un risque de contracter l'hépatite A devraient être vaccinés.

Hépatite B

L'hépatite B est une maladie du foie qui se propage par le sang ou les autres liquides corporels. Tous les voyageurs qui pourraient y être exposés (rapports sexuels, traitement médical, partage d'aiguilles, tatouage, acuponcture ou exposition professionnelle) devraient être vaccinés.

Rage

La rage est une maladie fatale qui se transmet aux humains par une morsure, une griffure ou l'exposition à la salive d'un animal atteint de la rage. Les voyageurs qui comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de contracter la rage et qui pourraient courir un risque élevé d'être exposés à la maladie (c'est-à-dire les personnes en contact étroit avec des animaux, les personnes pour lesquelles il existe un risque professionnel et les enfants) devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.

Rougeole

La rougeole est une maladie virale qui est très contagieuse. Elle s'agit d'une maladie courante dans la plupart des régions du monde. Assurez-vous que votre vaccination contre la rougeole est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccination contre la fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie causée par un flavivirus qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.

Les voyageurs se font vacciner soit parce qu'il s'agit d'une exigence pour entrer dans certains pays, soit parce qu'il est recommandé de le faire pour se protéger contre la fièvre jaune.

* Il est important de souligner que les exigences liées à l'entrée dans un pays pourraient ne pas correspondre à votre risque de contracter la fièvre jaune à cet endroit. Il est également recommandé de communiquer avec la mission diplomatique ou consulaire de la ou des destinations où vous comptez vous rendre pour vérifier s'il y a d'autres exigences d'entrée.
Risque
  • Il n'y a aucun risque de fièvre jaune dans ce pays.
Les exigences liées à l'entrée*
  • Une preuve de vaccination est exigée des voyageurs en provenance des pays où sévit la fièvre jaune ou ayant transité par un aéroport de ces pays.
Recommandation
  • La vaccination n'est pas recommandée.
  • Discutez de vos plans, de vos activités et de vos destinations de voyage avec un professionnel de la santé.
Eau/aliments

Maladies d'origine alimentaire et hydrique

Les personnes qui se rendent à n'importe quelle destination mondiale peuvent développer la diarrhée du voyageur en consommant de l'eau ou des aliments contaminés.

Dans certaines régions en Amérique centrale et au Mexique, l'eau et les aliments peuvent aussi être porteurs de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde et l'hépatite A. Faites attention à ce que vous mangez et buvez lorsque vous vous rendez en Amérique centrale et au Mexique. Rappelez-vous : N'ingérez rien qui n'ait été bouilli, cuit ou pelé!

Diarrhée du voyageur
  • La diarrhée du voyageur est la maladie qui touche le plus fréquemment les voyageurs. Elle se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés.
  • Le risque de contracter la diarrhée du voyageur est accru dans les régions où les conditions de salubrité et d'hygiène sont déficientes. Faites attention à ce que vous mangez et buvez.
  • Le traitement le plus important contre la diarrhée du voyageur est la réhydratation (buvez beaucoup de liquides). Apportez des sels pour réhydratation orale lors de votre voyage.
Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne qui se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés. Les jeunes voyageurs ainsi que les personnes qui se rendent dans des zones rurales, qui visitent des amis et des parents ou qui ont un système immunitaire affaibli pourraient courir un risque plus élevé de contracter l'infection. Si elles comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de fièvre typhoïde, en particulier si elles se rendent à des endroits où les conditions d'hygiène sont mauvaises, les personnes qui courent un risque élevé de contracter la maladie devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.


Insectes

Insectes et maladies

Dans certaines régions de l'Amérique centrale et du Mexique, certains insectes sont porteurs de maladies comme le chikungunya, la dengue, la leishmaniose, l'onchocercose (cécité des rivières), le paludisme, la trypanosomiase américaine (maladie de Chagas) le virus du Nil occidental et le virus Zika.

Il est recommandé aux voyageurs de prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre les piqûres d'insectes.

Chikungunya

Il y a présentement une éclosion de chikungunya dans ce pays. Le chikungunya est une maladie virale qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté et provoque habituellement de la fièvre et des douleurs articulaires de type arthritique. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques, notamment au lever et au coucher du soleil. Il n'existe aucun vaccin contre le chikungunya.

Dengue
  • La dengue est présente dans ce pays. La dengue est une maladie virale qui peut provoquer des symptômes graves d'allure grippale. Dans certains cas, elle peut entraîner une fièvre dengue hémorragique qui peut être mortelle.
  • Le risque de contraction est plus élevé durant le jour, notamment au lever et au coucher du soleil.
  • Protégez­-vous contre les piqûres de moustiques. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la dengue.

Paludisme

Paludisme

  • Il y a un risque de paludisme dans certaines zones de ce pays et/ou pendant une période particulière de l'année.
  • Le paludisme est une maladie grave et parfois mortelle qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.  Il n'existe aucun vaccin contre le paludisme. 
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en recouvrant la peau exposée, en utilisant un insectifuge et en restant dans des endroits fermés et climatisés. Vous pouvez également traiter vos vêtements et affaires de voyage à l'insecticide et dormir sous une moustiquaire traitée à l'insecticide.
  • Des antipaludéens pourraient être indiqués, selon votre itinéraire et la période de l'année où vous vous rendez dans le pays. Consultez un professionnel de la santé ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ pour vérifier quels sont vos besoins.

Animaux

Animaux et maladies

Les voyageurs doivent éviter tout contact avec les animaux, y compris les chiens, les singes, les serpents, les rongeurs, les oiseaux et les chauves-souris. Certaines infections, telle que la rage, sévissent dans certaines régions en Amérique centrale et au Mexique et peuvent être transmises entre les humains et les animaux.


Personne à personne

Infections de personne à personne

Le fait de se trouver en présence de nombreuses personnes peut accroître le risque de certaines maladies. N'oubliez pas de vous laver les mains souvent et d'observer les règles d'hygiène lorsque vous toussez ou éternuez afin d'éviter de contracter le rhume, la grippe ou d'autres maladies.

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) et le VIH se transmettent par contact avec du sang ou des liquides corporels; adoptez des pratiques sexuelles protégées.


Services et établissements médicaux

Les services de santé sont aisément accessibles dans les grandes villes, mais sont limités dans les régions éloignées. Les normes en matière de soins aux patients diffèrent des normes canadiennes et varient beaucoup d’un établissement à l’autre, en particulier dans les centres de villégiature côtiers. Assurez-vous de souscrire une assurance maladie de voyage adéquate et de disposer de suffisamment de fonds accessibles pour couvrir les frais de tout traitement médical et d’une évacuation médicale, au besoin. Si l’on vous aiguille vers un établissement de santé pour y recevoir des soins, communiquez sans tarder avec votre compagnie d’assurance.

Dans les grandes villes, les hôpitaux et cliniques privés offrent des soins de qualité, mais les frais sont généralement élevés et doivent être réglés à l’avance. Bien des établissements refusent de transiger directement avec les compagnies d’assurance médicale. Faites le nécessaire pour être en mesure de payer les traitements vous-même et de vous faire rembourser par la suite. Si vous avez besoin de services médicaux, contactez votre voyagiste ou le bureau du gouvernement du Canada le plus proche pour obtenir la liste des médecins et établissements de santé fiables dans la région.

Médicaments

Dans les grandes villes, les pharmacies offrent la plupart des médicaments. Il est conseillé de consulter un médecin avant d’acheter un médicament fabriqué au Mexique. Si vous prenez des médicaments sur ordonnance, apportez-en une réserve suffisante, de même qu’une copie de votre ordonnance. Assurez-vous que celle-ci porte le nom générique et les diverses marques de commerce du médicament.

Pour savoir si un médicament est contrôlé au Mexique et nécessite une ordonnance, consultez la Commission fédérale pour la protection contre les risques sanitaires (certains renseignements offerts en français) ou l’ambassade du Mexique au Canada (page Web en anglais).

Il est impossible d’expédier des médicaments par service de messagerie au Mexique à partir du Canada.

Conseils santé

À Mexico, l’altitude peut causer des problèmes. La pollution atmosphérique, qui atteint son apogée pendant les mois d’hiver, peut aussi vous incommoder. Il est recommandé aux personnes qui ont des problèmes pulmonaires, cardiaques ou respiratoires de consulter leur médecin avant de planifier leur voyage.

À retenir...

La décision de voyager appartient entièrement au voyageur. Le voyageur est également responsable de sa propre sécurité.

Soyez bien préparé(e). Ne vous attendez pas à ce que les services médicaux soient les mêmes que ceux offerts au Canada. Apportez dans vos bagages une trousse de produits de santé pour le voyage, en particulier si vous vous rendez dans des zones éloignées des grands centres urbains.

Lois et coutumes

Lois et coutumes

Vous devez vous conformer aux lois locales. Consultez notre page Arrestation et détention et notre Aperçu du système de droit pénal du Mexique pour plus de détails.

Le Mexique impose parfois des pénalités plus sévères que le Canada, même pour des infractions similaires.

Les infractions liées à la drogue sont sévèrement punies, et les personnes reconnues coupables de tels délits peuvent s’attendre à purger de longues peines de prison.

Évitez les activités associées à des substances illégales et tenez-vous loin des personnes impliquées dans de telles activités. N’empruntez jamais un véhicule et ne faites jamais monter des autostoppeurs. Les conducteurs sont légalement responsables du contenu de leur véhicule, de même que du statut juridique des passagers et des articles qui se trouvent à bord.

Le gouvernement du Mexique applique strictement les lois nationales régissant la possession, l’importation et le trafic des armes à feu. Toute personne (y compris le personnel des forces armées de pays étrangers) qui entre au Mexique avec une arme à feu ou des munitions sans avoir obtenu au préalable l’autorisation écrite des autorités mexicaines est passible d’emprisonnement. Il est également illégal d’entrer au pays avec certains types de couteaux. Vous pouvez obtenir une liste complète des articles interdits et prendre connaissance des exigences relatives à l’obtention d’un permis d’importation en communiquant avec l’ambassade du Mexique au Canada (page Web en anglais).

Il est interdit par la loi de consommer des boissons alcoolisées dans les endroits publics non désignés. Il faut avoir 18 ans pour acheter et consommer légalement de l’alcool.

La loi interdit la possession d’objets provenant de sites archéologiques et leur exportation hors du Mexique.

Double citoyenneté

La double citoyenneté est légalement reconnue au Mexique. Toutefois, les représentants du Canada pourraient être limités dans leur capacité à vous offrir des services consulaires si les autorités locales vous considèrent comme un citoyen du Mexique. Les personnes ayant la double citoyenneté doivent s’identifier en tant que citoyens mexicains pendant leur séjour au pays. La citoyenneté est déterminée uniquement en fonction des lois nationales, et la décision de reconnaître la double citoyenneté revient entièrement au pays où vous vous trouvez lorsque vous cherchez à obtenir de l’aide consulaire. Consultez la page intitulée Voyager avec une double citoyenneté pour de plus amples renseignements.

Douanes

Les touristes peuvent apporter leurs effets personnels sans avoir à acquitter de droits de douane. L’omission de déclarer ses effets personnels entraînera leur confiscation et l’imposition d’une amende. Le site Web des douanes mexicaines (page Web en anglais) contient des renseignements sur l’entrée au Mexique par voie terrestre ou aérienne. Si vous transportez plus de 10 000 $ US (ou l’équivalent dans une autre devise) en argent comptant ou sous forme de chèques, de mandats postaux ou d’un autre instrument monétaire, vous devez déclarer toute somme excédant cette limite. En omettant de le faire, vous enfreignez la loi mexicaine et vous vous exposez à une peine d’emprisonnement.

Si vous désirez faire un don en nature, veuillez communiquer avec l’ambassade du Mexique au Canada (page Web en anglais) avant d’envoyer ou d’importer des biens au Mexique, car vous devez vous conformer aux exigences régissant l’obtention d’un permis d’importation.

Pièces d’identité

Pour vous délivrer des documents officiels, comme un certificat de mariage, des documents d’immigration ou un passeport mexicain, les autorités mexicaines exigent que les noms inscrits sur vos pièces d’identité (habituellement votre passeport) soient identiques à ceux qui figurent sur votre acte de naissance. Cette exigence a causé d’importantes difficultés à de nombreux citoyens canadiens étant donné qu’au Canada, l’usage veut que seul le premier prénom soit utilisé. Si vous avez l’intention de vous établir au Mexique ou de faire des démarches auprès de l’état civil de ce pays, songez à obtenir un passeport canadien qui répond aux exigences mentionnées ci-dessus.

Location de véhicules

Le permis de conduire canadien est valide au Mexique. Il arrive que des policiers demandent aux étrangers de montrer une pièce d’identité et une preuve de leur statut juridique au Mexique. Veillez à toujours avoir sur vous une pièce d’identité valide avec photo, votre passeport canadien, votre visa et tout autre document important. Remettez une copie certifiée des documents d’immatriculation de votre véhicule à un membre de votre famille ou à un ami au Canada.

Le contrat de location d’un véhicule doit être établi au nom du voyageur et doit comprendre une description complète du véhicule. Si vous conduisez un véhicule appartenant à une entreprise, vous devez fournir la preuve que vous travaillez pour cette entreprise et que le véhicule lui appartient. 

Assurance automobile

L’assurance automobile canadienne n’est pas reconnue au Mexique. Vous devez obtenir une assurance supplémentaire à la frontière mexicaine. Il est conseillé d’avoir une protection complète incluant l’assistance judiciaire. L’assurance automobile est nettement plus chère au Mexique qu’au Canada. Bon nombre d’automobilistes mexicains ne souscrivent aucune forme d’assurance automobile.

Pour en savoir plus sur les permis de conduire, l’inspection des véhicules, la taxe routière ou l’assurance obligatoire au Mexique, communiquez avec SECTUR au 1-866-640-0597 (numéro sans frais à partir du Canada).

Importation de véhicules et d’embarcations

Les règlements en matière d’importation de véhicules étrangers et d’embarcations étrangères au Mexique sont très stricts. N’entrez pas au Mexique sans avoir obtenu le permis d’importation nécessaire et l’assurance pertinente. Si vous n’avez pas de permis, vous êtes passible d’une amende et de la saisie de votre véhicule. Communiquez avec l’ambassade du Mexique ou un consulat du Mexique au Canada pour vérifier les règlements et exigences les plus récents en matière d’importation de véhicules ou d’embarcations, ou consultez le site Web de l’ambassade du Mexique au sujet de l’entrée au Mexique par voie terrestre (page Web en anglais). On trouve des renseignements détaillés sur l’importation temporaire (page Web en anglais) sur le site Web de l’administration fiscale du Mexique, Servicio de Administración Tributaria (page Web en anglais).

Si vous souhaitez sortir de la zone frontalière (la bande d’une largeur de 21 kilomètres qui longe la frontière avec les États-Unis) avec votre voiture, vous devez vous procurer le permis d’importation temporaire du véhicule (Solicitud de importación temporal de vehículos). Ce permis ne peut être obtenu qu’au point d’entrée, ou en ligne à Banco Nacional del Ejército, Fuerza Aérea y Armada (page Web en français) avant de franchir la frontière et d’entrer au Mexique.

Vous ne pouvez importer qu’un seul véhicule à la fois. Les personnes qui se déplacent en véhicule récréatif ne sont pas autorisées à remorquer un deuxième véhicule, à moins que celui-ci ne soit immatriculé au nom d’un voyageur qui les accompagne. Le poids du deuxième véhicule ne doit pas dépasser 3,5 tonnes. Il incombe au propriétaire du véhicule de se procurer un permis 10 à 180 jours avant son départ auprès de Banco Nacional del Ejército, Fuerza Aérea y Armada (certains renseignements en français). On peut aussi se procurer un permis auprès d’un consulat du Mexique aux États-Unis (à Albuquerque, Austin, Dallas, Denver, Houston, Los Angeles, Phoenix, Sacramento ou San Bernardino), à l’un des bureaux des douanes situés le long de la frontière entre les États Unis et le Mexique ou, dans certains cas, à l’intérieur d’une zone frontalière autorisée. Recherchez les enseignes annonçant les postes de contrôle frontaliers et les succursales de la banque Banjercito (où l’on peut se procurer un permis ou le faire annuler).

Votre véhicule pourrait être saisi si vous séjournez au Mexique au-delà de la date indiquée sur votre permis d’importation temporaire.

Avant de quitter le Mexique, vous devez faire annuler votre permis d’importation temporaire en vous présentant en personne à n’importe quel bureau des douanes à la frontière, avec le véhicule à bord duquel vous êtes entré dans le pays. Conservez une copie des documents d’annulation. Ni l’ambassade du Canada à Mexico ni l’ambassade du Mexique à Ottawa ne peuvent se charger de retourner un permis au nom d’un citoyen canadien. Il est interdit d’envoyer le permis au poste frontalier par la poste. Vous ne pourrez pas importer d’autre véhicule au Mexique tant que votre permis restera en vigueur. Vous pourrez peut-être annuler le permis lors d’une visite ultérieure au Mexique, si vous passez par le même poste frontalier dans le même véhicule; toutefois, vous pourriez devoir payer une amende.

Lorsque le titulaire du permis ne peut pas sortir du pays avec le véhicule (par exemple, en cas de décès ou de maladie), la personne qui quitte le Mexique au volant du véhicule doit être un étranger titulaire d’une carte de touriste valide et de documents prouvant sa relation avec le propriétaire du véhicule, comme un certificat de mariage ou de naissance.

Pour une embarcation, il incombe au propriétaire de se procurer un permis d’importation auprès de Banjercito, de 7 à 60 jours avant son départ. On peut aussi se procurer ce permis auprès de l’un des consulats mexicains, à Albuquerque, Austin, Dallas, Denver, Houston, Los Angeles, Sacramento ou San Bernardino. Pour des renseignements additionnels et pour les formulaires de demande en ligne, il faut consulter le site Web de la Banco Nacional del Ejército, Fuerza Aérea y Armada (certains renseignements en français).

Pour en savoir plus sur les permis de conduire, l’inspection des véhicules, la taxe routière ou l’assurance obligatoire au Mexique, communiquez avec SECTUR au 1-866-640-0597 (numéro sans frais à partir du Canada).

Achat ou vente d’un véhicule

Pour pouvoir acheter une voiture au Mexique, un ressortissant étranger doit être titulaire d’un permis de résidence temporaire ou permanente au Mexique, être en mesure de payer les taxes applicables et obtenir une plaque d’immatriculation mexicaine. Si l’achat d’une voiture vous intéresse, consultez les autorités locales.

Il est illégal de vendre sa voiture importée au Mexique. Si vous enfreignez cette règle, votre véhicule pourrait être saisi, et vous risquez une amende et l’expulsion.

Accidents d’automobile et infractions au Code de la route

Si vous vous faites voler votre véhicule ou si vous avez un accident, obtenez immédiatement un rapport de police auprès du bureau le plus proche de l’Agencia del Ministerio Público et présentez-le au bureau des douanes (Aduanas) à Mexico au plus tard dans les cinq jours suivant l’incident afin de pouvoir annuler votre permis d’importation temporaire. En cas d’accident de la route, vous vous exposez à de graves problèmes juridiques, y compris l’emprisonnement. On pourrait vous détenir jusqu’à ce que l’on détermine qui est responsable de l’accident et jusqu’à ce que toutes les pénalités aient été payées. Si vous n’avez pas d’assurance responsabilité civile mexicaine, on pourrait vous empêcher de sortir du pays tant que toutes les parties n’auront pas reconnu avoir reçu une compensation financière adéquate. Les conducteurs peuvent faire l’objet d’accusations criminelles selon l’étendue des blessures ou des dommages. Au Mexique, si un conducteur dont les facultés sont affaiblies par l’alcool ou la drogue ou dont le permis de conduire n’est plus valide est impliqué dans un accident, son assurance automobile est considérée comme invalide. 

Dans certaines régions, si vous recevez une contravention pour une infraction au Code de la route, l’agent de police qui dresse la contravention est obligé par la loi de retenir votre permis de conduire ou l’immatriculation de votre véhicule jusqu’à ce que vous ayez payé l’amende. Attendez-vous à des délais pour récupérer vos documents. 

Restrictions relatives à la conduite automobile

Afin de réduire la pollution atmosphérique, dans la ville de Mexico et dans d’autres régions du pays, les autorités restreignent les heures et les jours où la conduite automobile est autorisée. La circulation est interdite au moins une journée par semaine et deux samedis par mois, selon le numéro de la plaque d’immatriculation du véhicule. Le même règlement s’applique, peu importe que les véhicules aient une plaque d’immatriculation permanente, temporaire ou étrangère. Le règlement est appliqué avec rigueur, et les contrevenants sont passibles de lourdes amendes. Ils risquent aussi de se voir confisquer provisoirement leur véhicule. 

Une restriction supplémentaire a été mise en place à Mexico. Les véhicules qui ne sont pas munis d’une plaque de l’État de Mexico (Estado de México) ou du district fédéral (Distrito Federal) ne sont pas autorisés à circuler du lundi au vendredi entre 5 h et 11 h, et le samedi entre 5 h et 22 h. Pour de plus amples renseignements à ce sujet, consultez le site Web du ministère de l’Environnement de la Ville de Mexico (en espagnol). On peut obtenir une dispense pour un véhicule muni d’une plaque étrangère en se procurant un permis (Pase Turístico ou « laissez-passer touristique »), lequel est accordé pour deux périodes de sept jours ou une période de quatorze jours par période de six mois. Pour obtenir un laissez-passer touristique, vous devez vous inscrire au site Web Pase Turístico (en espagnol).

Immobilier

Vous pouvez acquérir une propriété au Mexique. Toutefois, vous devriez consulter un avocat, car les transactions immobilières ainsi que les lois et pratiques qui s’y rattachent peuvent être complexes et très différentes de celles qui ont cours au Canada. Choisissez vous-même votre avocat ou votre notaire et ne retenez pas les services de celui que vous recommande le vendeur. Les agents immobiliers mexicains ne sont ni accrédités ni réglementés. 

Étudiez de près tout projet d’achat, car il peut comporter des irrégularités. Les plus fréquentes ont trait à la contestation des titres de propriété, et elles peuvent donner lieu à des litiges et à une expulsion. Le fait qu’une propriété soit en fiducie ne garantit pas la légitimité de l’achat. Adressez-vous au registre local des propriétés (Registro de Propiedad) et demandez à voir l’enregistrement de la propriété pour vérifier le nom de son dernier propriétaire et vous assurer qu’elle est bien libre de toute hypothèque.

Ententes de location de propriétés en temps partagé

On signale une augmentation des problèmes liés à la location en temps partagé, notamment des annulations de contrat et des ventes frauduleuses. Attendez-vous à vous faire importuner de façon persistante dans la rue, dans les aéroports ou en route vers votre hôtel par des représentants d’entreprises de location en temps partagé. Les techniques de vente sous pression sont chose courante : ou bien l’on vous assure que la promotion n’est valide que pour une seule journée, ou bien l’on vous offre gratuitement des visites guidées, des repas, des cadeaux ou des boissons alcoolisées. 

Avant d’acheter un logement en temps partagé, recueillez le plus de renseignements possible, faites des recherches sur la propriété et obtenez un avis juridique. Si vous décidez d’acheter le logement, lisez attentivement le contrat d’achat. Les promesses qui ne figurent pas dans le contrat ne seront pas respectées. Ne présentez votre carte de crédit que lorsque vous avez vraiment décidé d’acheter.

Certaines entreprises de location en temps partagé demandent à leurs clients une signature par laquelle ils renoncent à annuler le contrat. Cette pratique est illégale. La loi mexicaine stipule que le consommateur est légalement autorisé à annuler sans pénalité le contrat de location en temps partagé pourvu qu’il le fasse dans les cinq jours ouvrables à partir du lendemain de la date d’achat. L’annulation du contrat doit être faite par écrit et présentée directement à l’entreprise de location en temps partagé. Conservez une copie de toute la correspondance.

Des compagnies ou des particuliers pourraient vous frauder en prétendant avoir trouvé un acheteur potentiel pour votre logement en temps partagé et en vous demandant de payer les taxes à l’avance. Des Canadiens victimes de ce genre de fraude se sont rendu compte, après avoir payé les prétendues taxes, que leur logement en temps partagé n’avait pas été vendu. Si vous éprouvez des difficultés dans vos rapports avec une entreprise de location en temps partagé, communiquez immédiatement avec l’organisme de protection des consommateurs au Mexique, la Procuraduría Federal del Consumidor ou PROFECO (page Web en anglais).

Location d’un logement

Au Mexique, les contrats de location conclus entre deux particuliers sont considérés comme une affaire privée et ne sont donc pas réglementés par l’État. Si vous avez des problèmes concernant un contrat de location et souhaitez intenter une action en justice, vous devrez retenir les services d’un avocat mexicain.

Monnaie

La devise est le peso mexicain (MXN/MXV). On trouve des guichets automatiques bancaires partout dans le pays. Les cartes de débit et de crédit canadiennes sont acceptées presque partout, mais la monnaie canadienne et les chèques de voyage libellés en dollars canadiens ne le sont pas. Des Canadiens ont récemment signalé qu’ils n’avaient pas été capables de retirer de l’argent d’un guichet automatique bancaire au moyen d’une carte de débit canadienne. Consultez votre banque avant votre départ.

Un règlement limite la quantité de dollars américains qui peuvent être changés au Mexique tant par des résidents que par des étrangers. La limite varie selon votre statut d’immigration au Mexique. Bien que cette règle (page Web en anglais) ne s’applique pas au dollar canadien, certains hôtels, institutions financières et bureaux de change ne font pas la distinction entre les deux devises.

Catastrophes naturelles et climat

Catastrophes naturelles et climat

En cas de catastrophe naturelle, comme un ouragan, un tremblement de terre, un tsunami, un glissement de terrain, une inondation ou une éruption volcanique, l’information officielle destinée au public est diffusée sur le site Web du service national de la protection civile du gouvernement du Mexique, Sistema Nacional de Protección Civil (en espagnol).

Saison des ouragans

La saison des ouragans s’étend de juin jusqu’à la fin de novembre. Le National Hurricane Center (en anglais) fournit plus de détails sur les conditions météorologiques. Surveillez les prévisions météorologiques et suivez les instructions des autorités locales.

Saison des pluies

Pendant la saison des pluies, qui s’étend de juin à novembre, des inondations et des glissements de terrain peuvent survenir dans l’ensemble du pays.

Ces conditions peuvent se répercuter sur l’état des routes. Si vous envisagez de vous rendre dans des régions susceptibles d’être touchées, communiquez avec votre ligne aérienne ou votre voyagiste pour déterminer si vous devrez modifier vos projets de voyage. Faites preuve de prudence, surveillez les médias locaux et les bulletins météorologiques, et suivez les conseils des autorités locales.

Activité sismique

Le Mexique est situé dans une zone d’activité sismique. Pour de plus amples renseignements à ce sujet, consultez le site Web de l’Institut national de sismologie du Mexique, le Servicio Sismológico Nacional (en espagnol).

Certains volcans mexicains sont actifs. Pour de l’information à jour sur l’état du volcan Colima et du volcan Popocatépetl, consultez respectivement le site du Centre d’études et de recherche en volcanologie de l’Université de Colima [Centro Universitario de Estudios e Investigaciones de Volcanologia (en espagnol)] et le site du Centre national de prévention des catastrophes [Centro Nacional de Prevención de Desastres ou CENAPRED (en espagnol)]. 

Assistance

Assistance

México - Ambassade du Canada
AdresseCalle Schiller no 529, Colonia Polanco, 11580 México, D.F., MexiqueAdresse postaleC.P. 40-045, 06141 México, D.F., MéxicoTéléphone52 (55) 5724-7900Télécopieur52 (55) 5724-7943Courrielmxico@international.gc.caInternetwww.mexique.gc.caServicesDes services de passeport sont offertsFacebookAmbassade du Canada au MexiqueTwitter@AmbCanMexiqueCirconscription consulaireAguascalientes, Chihuahua, Coahuila, Durango, Guanajuato, Hidalgo, Mexico (État et ville), Morelos, Puebla, Querétaro, San Luís Potosí, Tabasco, Tamaulipas, Tlaxcala, Veracruz et Zacatecas
Acapulco - Agence consulaire du Canada
AdressePasaje Diana, Avenida Costera Miguel Alemán 121, L-16, Fracc. Magallanes, 39670 Acapulco, Guerrero, MexiqueTéléphone52 (744) 484-1305, 481-1349Télécopieur52 (744) 484-1306Courrielaplco@international.gc.caCirconscription consulaireGuerrero et Michoacán
Cabo San Lucas - Agence consulaire du Canada
AdresseCarretera Transpeninsular Km. 0.5, Local 82, Col. El Tezal, 23454 Cabo San Lucas, Baja California Sur, MexiqueTéléphone52 (624) 142-4333Télécopieur52 (624) 142-4262Courriellcabo@international.gc.caCirconscription consulaireBaja California Sur
Cancún - Agence consulaire du Canada
AdresseCentro Empresarial, Oficina E7, Blvd. Kukulcan Km. 12, Zona Hotelera, 77599 Cancún, Quintana Roo, MexiqueTéléphone52 (998) 883-3360/883-3361Télécopieur52 (998) 883-3232Courrielcncun@international.gc.caCirconscription consulaireCampeche, Yucatán et Quintana Roó au nord de la municipalité de Solidaridad, y compris Puerto Morelos, Isla Mujeres et Holbox
Guadalajara - Consulat du Canada
AdresseWorld Trade Center, Av. Mariano Otero 1249, Torre Pacifico Piso 8, Col. Rinconada del Bosque, 44530 Guadalajara, Jalisco, MexiqueTéléphone+52 (33) 1818 4200Télécopieur+52 (33) 1818-4210Courrielgjara@international.gc.caCirconscription consulaireJalisco (à l'exception de Puerto Vallarta et de la région côtière)
Mazatlán - Agence consulaire du Canada
AdresseCentro Comercial La Marina Business and Life, Blvd. Marina Mazatlán 2302, Office 41, Col. Marina Mazatlán, 82103 Mazatlán, Sinaloa, MexiqueTéléphone52 (669) 913-7320Télécopieur52 (669) 914-6655Courrielmztln@international.gc.caCirconscription consulaireSinaloa
Monterrey - Consulat général du Canada
AdresseTorre Gomez Morin 955, Ave. Gomez Morin No. 955, Suite 404, Col. Montebello, 66279 San Pedro Garza Garcia, Nuevo Léon, MexiqueTéléphone+52 (81) 2088 3200Télécopieur+52 (81) 2088 3230Courrielmonterrey@international.gc.caCirconscription consulaireNuevo León
Oaxaca - Agence consulaire du Canada
AdresseMultiplaza Brena, Pino Suárez 700, Local 11 B, Col. Centro, 68000 Oaxaca, Oaxaca, MexiqueTéléphone52 (951) 513-3777 / 503-0722Télécopieur52 (951) 515-2147Courrieloxaca@international.gc.caCirconscription consulaireChiapas, Oaxaca
Playa Del Carmen - Agence consulaire du Canada
AdressePlaza Paraíso Caribe, Modulo C, Planta 2, Oficina C21 - 24, Av. 10 Sur entre Calle 3 y 5 Sur, M-35, Lote 1, Colonia Centro, 77710 Playa del Carmen, Quintana Roo, MexiqueTéléphone52 (984) 803-2411Télécopieur52 (984) 803-2665Courrielcrmen@international.gc.caCirconscription consulaireDe Playa del Carmen (y compris la municipalité de Solidaridad) jusqu'à Chetumal, y compris Cozumel, dans l'état de Quintana Roó
Puerto Vallarta - Agence consulaire du Canada
AdressePlaza Peninsula, Local Sub F, Boulevard Francisco Medina Ascencio 2485, Zona Hotelera Norte, 48300 Puerto Vallarta, Jalisco, MexiqueTéléphone52 (322) 293-0098/293-0099Télécopieur52 (322) 293-2894Courrielpvrta@international.gc.caCirconscription consulaireCôte de l’État de Jalisco (y compris Puerto Vallarta) et les États de Colima et de Nayarit
Tijuana - Consulat du Canada
AdresseGermán Gedovius no 10411-101, Condominio del Parque, Zona Río, 22320 Tijuana, Baja California Norte, MexiqueTéléphone52 (664) 684-0461Télécopieur52 (664) 684-0301Courrieltjuna@international.gc.caCirconscription consulaireBaja California et Sonora

Pour obtenir une aide d'urgence en dehors des heures de bureau, téléphonez à l'ambassade du Canada dans la ville de Mexico et suivez les instructions qui vous seront données. Vous pouvez aussi appeler le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence à Ottawa à frais virés en composant le numéro 1-613-996-8885.

Numéros d’urgence sans frais

Vous pouvez composer les numéros sans frais suivants 24 heures par jour, 7 jours par semaine, peu importe l’endroit où vous vous trouvez au Mexique :

Ambassade du Canada à Mexico :               01-800-706-2900
Centre de surveillance et d’intervention
d’urgence à Ottawa :                               001-800-514-0129

Pour faire un appel interurbain à l'intérieur du Mexique, il faut composer 01, l'indicatif régional et le numéro; lorsque vous faites un appel au Canada ou aux États-Unis depuis le Mexique, composez le 001, l'indicatif régional et le numéro. 

Date de modification :