Bolivie

Dernière mise à jour : ET

Toujours valide : ET

Dernière mise à jour : Les présents Conseils aux voyageurs ont été mis à jour à la suite d’un examen minutieux.


Niveau(x) de risque

Niveau(x) de risque

Bolivie - Faites preuve d'une grande prudence

Aucun avertissement n’est en vigueur pour l’ensemble de la Bolivie. Il convient toutefois de faire preuve d’une grande prudence en raison des tensions politiques et sociales persistantes ainsi que des barrages routiers illégaux érigés régulièrement partout dans le pays.

Conseils de santé aux voyageurs - Infection à virus Zika

L'Agence de la santé publique du Canada a émis des conseils de santé aux voyageurs pour l’infection à virus Zika: situation mondiale qui recommande aux Canadiens de prendre des précautions sanitaires spéciales s’ils voyagent dans les pays actuellement affectés. Les femmes enceintes et celles qui envisagent de devenir enceintes devraient éviter tout voyage en Bolivie. Voir Santé pour obtenir de plus amples renseignements.

Sécurité

Sécurité

Pénuries d'eau

En raison de pénuries d'eau partout en Bolivie, les autorités ont décrété l'état d'urgence national et ont mis en œuvre le rationnement de l'eau dans de nombreuses régions du pays. Vérifiez l’approvisionnement en eau auprès de votre hôtel sur avant de réserver votre logement. Communiquez avec l'Institut Public pour l'Eau et l'Assainissement (Empresa Pública Social de Agua y Saneamiento) (en espagnol) pour plus de renseignements.

Criminalité

Les crimes mineurs comme les vols à la tire et les vols de sacs à l’arraché sont chose courante dans les grandes villes. Les étrangers sont souvent la cible de voleurs. Agissant en groupe, des voleurs font diversion en simulant une bagarre, en engageant la conversation, en offrant de l’aide, en bloquant un trottoir ou en jetant sur leur cible un objet ou un liquide pendant que des complices se chargent de voler la victime. Soyez sur vos gardes en tout temps. Habillez-vous sobrement, évitez de porter des bijoux et d’avoir d’importantes sommes d’argent sur vous, et gardez les cellulaires, caméras et autres appareils électroniques à l’abri des regards. Ne laissez jamais sans surveillance vos effets personnels, tels que sacs et sacs à dos. Rangez votre passeport et vos objets de valeur en lieu sûr. Ne vous déplacez jamais seul, surtout la nuit.

Il se commet des vols et des agressions dans les lieux touristiques. Redoublez de prudence lorsque vous vous promenez dans des secteurs touristiques de La Paz, comme la rue Sagarnaga, les abords de l’église San Francisco et la rue historique Jaén, ou lorsque vous faites des randonnées pédestres dans les environs de La Paz, à La Muela del Diablo par exemple. Si vous vous rendez près de Rurrenabaque, dans les Andes boliviennes, ainsi qu’à Los Yungas et dans les sentiers incas, joignez-vous à un groupe dans le cadre d’une excursion organisée par une agence de voyages réputée.

Le taux de criminalité est élevé dans les autocars, les taxis et les centres de transport. Faites preuve de vigilance dans les gares d’autocars de La Paz, surtout dans celle qui se trouve près du cimetière et dans la principale gare d’autocars (située sur l’avenue Perú, dans la Zona Norte). Les autorités locales recommandent d’éviter la colline Coronilla, qui est la zone adjacente à la principale gare d’autocars à Cochabamba, étant donné que des agressions y ont été commises. Des crimes violents et des vols à main armée sont aussi perpétrés contre des étrangers à la gare d’autocars et de train de Santa Cruz. Faites preuve de prudence dans les zones réservées aux taxis, particulièrement à Santa Cruz et à La Paz, car des touristes y ont été victimes de vols.

Des bandes organisées commettent des enlèvements éclair : des touristes sont enlevés contre rançon, souvent à bord d’une voiture, et sont dévalisés ou forcés d’utiliser leur carte bancaire pour retirer de l’argent. Ces enlèvements ont lieu un peu partout au pays, mais le plus souvent dans les grandes villes comme La Paz, Santa Cruz et Cochabamba, et sur les routes qui relient ces villes. Il n’est pas conseillé d’emprunter la route menant de Copacabana à Desaguadero après 14 heures. Pour se rendre de Copacabana à La Paz, il est recommandé de choisir un trajet direct en autocar pour éviter une correspondance au poste frontalier de Desaguadero. Au moment d’entrer en Bolivie, redoublez de vigilance à tous les passages frontaliers entre la Bolivie et l’Argentine, le Chili et le Pérou. Des radio-taxis hélés dans la rue ont aussi été impliqués dans des enlèvements éclair. Des criminels se faisant passer pour des touristes proposent au voyageur de partager un transport (habituellement un taxi) qui se dirige ensuite vers un endroit éloigné où le voyageur se fait voler. Ne laissez monter personne dans votre taxi. La prudence s’impose lorsque l’on prend un taxi pour quitter un aéroport ou pour s’y rendre. Pour vos retraits bancaires ou vos opérations de change, utilisez les guichets automatiques bancaires seulement de jour à moins qu’ils soient situés dans des institutions financières ou des hôtels reconnus.

Méfiez-vous des inconnus. Il arrive souvent que des criminels, ayant pour complice un prétendu chauffeur de taxi ou un autre passager, se fassent passer pour des policiers et demandent à fouiller les effets personnels du voyageur ou lui demandent de les accompagner dans un faux poste de police. Un autre stratagème consiste à se faire passer pour un agent de police et à intercepter un voyageur au moment où il interagit avec un complice se faisant lui-même passer pour un touriste et transportant des produits de contrebande tels que des stupéfiants. Le soi-disant policier emmène ensuite le voyageur dans un faux commissariat de police aménagé par des spécialistes de l’escroquerie et saisit ses documents et ses cartes de débit et de crédit. Selon la loi bolivienne, un policier ne peut pas vous obliger à le suivre à moins d’avoir en mains une demande écrite officielle signée par un juge et indiquant votre nom; toute fouille ou saisie doit avoir lieu dans un poste de police authentique en présence d’un procureur. Si vous soupçonnez que vous êtes la cible d’une tentative d’escroquerie, composez le numéro sans frais de la Police du tourisme, le 800 14 0081.

Dans la région du Chapare, entre Santa Cruz et Cochabamba, et dans la région de Los Yungas, au nord est de La Paz, la violence (comme les détournements de véhicules) et les troubles civils, liés principalement au trafic de stupéfiants, exposent les voyageurs à des risques. La présence policière a été intensifiée dans les départements de Santa Cruz, Pando et Beni en raison de la hausse de la criminalité liée aux stupéfiants. La situation est également tendue dans les régions longeant la frontière entre la Bolivie et le Pérou.

Le vol de véhicules et de pièces d’automobiles est un problème partout en Bolivie. Rangez vos objets de valeur dans le coffre arrière et garez-vous si possible dans un stationnement surveillé.

Ne laissez jamais des aliments ou des boissons sans surveillance, et ne les confiez pas à des inconnus. Méfiez-vous des collations, boissons, gommes à mâcher ou cigarettes offertes par de nouvelles connaissances. Elles pourraient contenir de la drogue et vous exposer au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle.

Sécurité des femmes

Il se commet des agressions sexuelles, y compris des viols, notamment dans des boîtes de nuit et des hôtels. Les voyageuses doivent user de prudence dans leurs interactions avec des inconnus ou de nouvelles connaissances. Verrouillez votre porte lorsque vous revenez à votre hôtel ou à votre auberge. Consultez notre publication Voyager au féminin - La sécurité avant tout, qui renferme des conseils à l’intention des voyageuses canadiennes.

Escroqueries

Des Canadiens qui se sont rendus en Bolivie pour une intervention chirurgicale ont signalé avoir été escroqués par l’entreprise médicale, qui a insisté pour garder leur passeport en garantie. Après l’intervention, la compagnie a tenté de leur extorquer des fonds supplémentaires avant de leur rendre leur passeport. Si vous n’êtes plus en possession de votre passeport en raison d’un incident de ce genre, vous pourriez faire l’objet d’une enquête de Passeport Canada et ne bénéficier que de services de passeport limités. Ne remettez jamais votre passeport à qui que ce soit. Faites une recherche minutieuse sur les cliniques si vous envisagez de vous rendre en Bolivie pour obtenir des services médicaux.

Des touristes voyageant en Bolivie ont été victimes d’escrocs lorsqu’ils ont accepté, à la demande d’une connaissance, de rapporter un sac ou un objet dans lequel de la cocaïne avait été dissimulée à leur insu. Dans certains cas, cette escroquerie est perpétrée par l’intermédiaire de sites Web de rencontres : la personne rencontrée sur le Web demande à l’étranger de se rendre en Bolivie sous prétexte d’aller chercher en son nom des effets personnels ou des documents juridiques. Si la police découvre que le sac à dos ou le porte-documents censé contenir ces effets personnels ou ces documents contient de la cocaïne, le citoyen étranger sera arrêté à l’aéroport, puis incarcéré dans une prison bolivienne.

Manifestations

Des manifestations et des grèves ont lieu régulièrement partout en Bolivie, souvent à court préavis, et peuvent dégénérer soudainement en affrontements violents. Les barrages routiers sont chose courante et peuvent entraîner des perturbations importantes de la circulation et des transports en commun. Ils sont particulièrement fréquents sur les routes frontalières, surtout celles qui longent la frontière entre la Bolivie et le Pérou, ainsi que sur les routes menant aux aéroports internationaux. Avant votre départ, vérifiez auprès de votre compagnie aérienne si votre vol a été retardé ou si l’horaire a été modifié.

Si vous comptez prendre la route, assurez-vous que votre itinéraire ne sera pas perturbé par des manifestations ou des troubles civils, prenez des mesures pour assurer votre sécurité personnelle et suivez les bulletins de nouvelles. Étant donné que les barrages routiers peuvent être installés sans préavis et ont déjà isolé des voyageurs pendant plusieurs jours, faites provision de nourriture, d’eau, de médicaments et de vêtements chauds. Une fois qu’un barrage routier est érigé, les autorités locales, les fonctionnaires et les fournisseurs ne peuvent plus entrer dans une ville ni en sortir pour approvisionner les personnes qui y sont restées coincées. Ne franchissez pas les barrages routiers, même s’ils semblent être sans surveillance. Cela peut envenimer la situation et mener à des préjudices physiques. Vous devriez plutôt emprunter une route plus sûre ou rebrousser chemin. Évitez les manifestations et les rassemblements publics et suivez les directives des autorités locales.

Baignade

Informez-vous auprès de la population locale pour savoir où vous pouvez vous baigner sans danger.

Tourisme d’aventure et excursions

Adressez-vous à une entreprise bien établie si vous souhaitez faire des excursions dans le désert de sel d’Uyuni, des expéditions dans la jungle, des croisières, du vélo de montagne et d’autres activités d’aventure. Il n’existe aucune norme officielle de sécurité pour les organisateurs de voyages en Bolivie. Les véhicules ainsi que les petits bateaux utilisés pour les excursions sur les rivières et les lacs ne sont pas toujours dotés de dispositifs de sécurité fiables. Assurez-vous que vos activités récréatives sont couvertes par votre assurance voyage. Si vous avez le moindre doute quant à la sécurité des installations ou du matériel, abstenez-vous de les utiliser.

Les cérémonies de purification spirituelle et d’ayahuasca qu’offrent des chamans ou d’autres personnes impliquent la consommation de substances susceptibles d’entraîner des complications médicales et de porter gravement atteinte à vos capacités cognitives et physiques. En outre, ces cérémonies ont souvent lieu dans des régions reculées sans accès à des installations médicales. Ces activités ne sont pas réglementées, et il n’existe aucun moyen d’évaluer la sécurité des services et la fiabilité des organisateurs et des chamans.

Randonnées pédestres

Faites preuve de vigilance lorsque vous faites des randonnées pédestres dans les environs de La Paz, comme à la Muela del Diablo, près de Rurrenabaque, dans les Andes boliviennes, à Los Yungas et dans les sentiers incas, car il est arrivé que des criminels s’en prennent à des touristes. Assurez-vous d’avoir une assurance voyage adéquate en cas d’urgence médicale.

Si vous comptez faire une randonnée en montagne : 

  • ne partez jamais seul et demeurez toujours sur le sentier désigné;
  • engagez toujours un guide expérimenté travaillant pour une entreprise de bonne réputation;
  • assurez-vous d’être en excellente forme physique;
  • informez un membre de votre famille ou un ami de votre itinéraire;
  • inscrivez-vous aux registres des parcs nationaux lorsque vous y entrez;
  • sachez reconnaître les symptômes du mal aigu des montagnes (qui peut être mortel) et prévoyez des vêtements adaptés aux écarts de température entre le jour et la nuit;
  • inscrivez-vous auprès de l’ambassade du Canada en Bolivie;
  • informez-vous bien sur les sentiers de randonnée avant de partir.

La Bolivie n’offre pas de services de sauvetage en montagne.

Transport routier

L’état des routes et la sécurité routière en Bolivie laissent beaucoup à désirer. La majorité des conducteurs n’ont pas reçu de formation officielle et font généralement fi du Code de la route. Le piètre entretien des véhicules, la conduite de nuit à vitesse excessive tous phares éteints, l’alcool au volant, le peu de signalisation routière, les chantiers incessants et mal indiqués, les nids de poule et les mauvaises conditions météorologiques (qui entraînent des glissements de terrain) peuvent aussi rendre périlleux les déplacements par la route. La vieille route des Yungas est considérée comme l’une des routes les plus dangereuses au monde.

Bien que les autoroutes reliant les principales agglomérations (Cochabamba, La Paz, Santa Cruz et Sucre) se soient améliorées, de nombreuses routes en Bolivie ne sont pas asphaltées et sont en piètre état. Il est recommandé d’utiliser un véhicule à quatre roues motrices pour se déplacer à l’extérieur des grandes villes, surtout en terrain montagneux. Évitez de conduire la nuit, car les mauvaises habitudes de conduite et le manque d’éclairage aggravent le danger.

Les barrages routiers sont fréquents partout en Bolivie et peuvent perturber passablement les transports, même dans les régions reculées. Pour plus de détails sur les routes à éviter, veuillez consulter le site (en espagnol) de l’Administration bolivienne des autoroutes (en espagnol). 

Transports publics

Les transports en commun ne sont pas sûrs, qu’il s’agisse d’autobus, de trains ou de taxis et minibus collectifs. Les taxis sont généralement mal entretenus. Les autobus locaux et interurbains sont souvent impliqués dans des accidents de la route, en particulier la nuit. Des touristes ont perdu la vie ou ont été blessés dans des accidents mettant en cause des autocars de piètre réputation et mal entretenus. Pour les excursions, n’utilisez que les autocars d’entreprises reconnues. Si vous avez le moindre doute quant à la sécurité au sujet d’un autocar ou de son chauffeur, adressez-vous à une autre entreprise.

Évitez de héler des taxis dans la rue et n’acceptez pas les offres de personnes qui vous proposent de vous véhiculer à bas prix. Il est recommandé d’appeler des compagnies de radio-taxi inscrites auprès des autorités, à partir d’un téléphone fixe ou d’un hôtel. Notez le numéro de téléphone et d’homologation du taxi avant de partir. On reconnaît les radio-taxis à leur numéro de téléphone et au nom de leur compagnie inscrits sur le toit du véhicule. Les taxis inscrits au registre de la mairie doivent avoir un autocollant jaune sur l’une des vitres. Ce type de taxi ne devrait pas laisser monter d’autres passagers. Évitez de recourir aux taxis-vélomoteurs.

Transport aérien

Le gouvernement du Canada n’évalue pas la conformité des compagnies aériennes intérieures étrangères aux normes internationales de sécurité de l’aviation civile. Consulter Vols intérieurs dans d’autres pays pour plus de détails.

Exigences d'entrée et de sortie

Exigences d'entrée et de sortie

La décision de laisser entrer ou sortir les voyageurs étrangers appartient à chaque pays ou région. Les agents consulaires canadiens ne peuvent pas intervenir en votre nom si vous ne répondez pas aux exigences d’entrée ou de sortie. Les renseignements qui suivent à ce sujet ont été obtenus auprès des autorités boliviennes et pourraient changer à tout moment. Les conditions d’entrée et de sortie propres au pays ou au territoire sont fournies dans cette page à titre de renseignement seulement. Même si tous les efforts voulus sont déployés pour fournir de l’information exacte, les renseignements que renferme la présente publication sont fournis « tels quels », sans garantie d’aucune sorte, explicite ou implicite. Le gouvernement du Canada n’assume aucune responsabilité et ne pourra être tenu responsable d’aucun préjudice en lien avec ces renseignements. C’est à vous qu’il incombe de vous informer auprès de l’ambassade de l'État plurinational de Bolivie ou de l’un de ses consulats pour des renseignements à jour.

Les titulaires de passeports officiels (spéciaux et diplomatiques) doivent consulter la page Voyages officiels car ils pourraient être assujettis à des exigences d'entrée différentes.

Passeport

Les Canadiens qui se rendent en Bolivie doivent présenter un passeport qui sera valide pendant au moins six mois après la date prévue de leur départ du pays. Avant de voyager, vérifiez les exigences de votre compagnie de transport en ce qui a trait à la validité des passeports puisqu’elles peuvent être plus strictes que les règles d'entrée du pays.

Les détenteurs de passeports temporaires pourraient être soumis à des exigences d’entrée différentes. Informez-vous auprès des représentants diplomatiques pour obtenir des renseignements à jour.

Vous devez aussi présenter un billet de retour ou une autre preuve que vous avez un moyen de quitter le pays à la fin de votre séjour.

Ayez toujours sur vous une photocopie de votre passeport, y compris du timbre d’entrée et de la carte de débarquement, car la police et les agents d’immigration peuvent demander à les voir.

Conservez en lieu sûr la carte d’immigration qui vous sera remise à votre arrivée en Bolivie, car les agents d’immigration vous la demanderont lorsque vous voudrez quitter le pays.

Visas

Visa de touriste : Non exigé (pour les séjours de moins de 30 jours)
Visa d'affaires : exigé
Visa d'étudiant : exigé

Les citoyens canadiens qui se rendent en Bolivie pour faire du bénévolat devraient, avant leur départ, se procurer un visa spécial auprès de l’ambassade de la Bolivie ou d’un consulat bolivien au Canada.

Prolongation de séjour

Les touristes canadiens qui souhaitent séjourner plus de 30 jours en Bolivie peuvent faire prolonger de 30 jours leur visa de touriste, à condition de présenter une demande à cet effet auprès d’un bureau d’immigration national et régional (Dirección Nacional o Regional de Migración) en Bolivie, avant l’expiration de la première période de 30 jours. On peut ainsi renouveler à deux reprises un visa de touriste, pour un séjour maximal de 90 jours au cours d’une même année civile, et ce, sans frais supplémentaires, dans les bureaux du ministère de l’Immigration partout au pays.

Autres exigences d’entrée et de sortie

Vous devez aussi présenter un billet de retour ou une autre preuve que vous avez un moyen de quitter le pays à la fin de votre séjour.

Conservez en lieu sûr la carte d’immigration (la partie inférieure du formulaire d’arrivée) qui vous sera remise à votre arrivée en Bolivie, car les agents d’immigration vous la demanderont lorsque vous voudrez quitter le pays. Cette carte doit être estampillée par les agents d’immigration lorsque vous entrez dans le pays et lorsque vous en sortez.

Si vous arrivez par voie terrestre, assurez-vous de faire estampiller votre passeport des deux côtés de la frontière de sorte qu’il contienne un timbre de sortie du pays que vous quittez ainsi qu’un timbre d’entrée de la Bolivie. Quel que soit votre point d’entrée, votre passeport doit porter un timbre d’entrée sans quoi vous devrez payer une amende au moment de quitter le pays. Évitez de voyager la nuit, car il pourrait n’y avoir aucun agent des services frontaliers ni aucun agent de police qui soit de service.

Déclarez tous vos médicaments et préparez-vous à présenter vos ordonnances médicales aux agents de l’immigration, et ce, même au moment de quitter le pays.

Taxe de départ

Une taxe de départ de 15 bolivianos est perçue pour les vols intérieurs. Pour les vols internationaux, la taxe de voyage est de 25 $ US ou l’équivalent en bolivianos. Les citoyens et résidents boliviens ainsi que les étrangers qui ont séjourné plus de trois mois en Bolivie doivent payer des frais supplémentaires au moment de leur départ.

Les enfants et le voyage

Les agents des services frontaliers ou de l’immigration s’attendront à ce que les parents qui voyagent avec un mineur (un enfant de moins de 18 ans) qui est citoyen ou résident de la Bolivie présentent l’original et une photocopie du certificat de naissance détaillé du mineur et les documents de la cour concernant la garde s’il y a lieu. Les mineurs qui voyagent avec un seul parent ou avec un tiers doivent obtenir un permis de voyage auprès de l’hôtel de ville local, plus particulièrement, l’Ombudsman bolivien du Ministère de la protection de l’enfance (Defensoría de la Niñez y Adolescencia). Afin d’obtenir ce permis, le parent ou le gardien doit présenter les documents originaux et des copies du certificat de naissance détaillé du mineur et des documents de la cour concernant la garde, le cas échéant, et une autorisation écrite du parent qui ne voyage pas.  Les membres de la parenté ou les tiers qui voyagent avec un enfant doivent présenter une copie de pièces d’identité des parents en plus des documents requis. Lorsqu’un parent est décédé, les autorités boliviennes exigent une copie notariée du certificat de décès à la place de l’autorisation écrite.

Consulter Enfants pour plus de détails.

Fièvre jaune

Voir Santé pour connaître les exigences de ce pays relatives à la vaccination.

Santé

Santé

Conseils de santé aux voyageurs
Consultez un fournisseur de soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ.
Vaccins

Vaccins administrés systématiquement

Assurez-vous que votre vaccination est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccins recommandés

Vous pourriez être à risque de contracter ces maladies évitables par la vaccination lors de votre voyage dans ce pays. Adressez-vous à votre professionnel de santé-voyage pour savoir si ces vaccins vous conviennent.

Fièvre Jaune - Les exigences liées à l'entrée

Vaccination contre la fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie causée par un flavivirus qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.

Les voyageurs se font vacciner soit parce qu'il s'agit d'une exigence pour entrer dans certains pays, soit parce qu'il est recommandé de le faire pour se protéger contre la fièvre jaune.

* Il est important de souligner que les exigences liées à l'entrée dans un pays pourraient ne pas correspondre à votre risque de contracter la fièvre jaune à cet endroit. Il est également recommandé de communiquer avec la mission diplomatique ou consulaire de la ou des destinations où vous comptez vous rendre pour vérifier s'il y a d'autres exigences d'entrée.
Risque
  • Il y a un risque de contracter la fièvre jaune dans ce pays.
Les exigences liées à l'entrée*
  • Une preuve de vaccination est exigée des voyageurs en provenance des pays où sévit la fièvre jaune.
Recommandation
  • La vaccination peut être recommandée selon votre itinéraire.
  • Il y a présentement une pénurie du vaccin de la fièvre jaune au Canada. Il est important que les voyageurs communiquent avec un Centre de vaccination contre la fièvre jaune désigné bien à l'avance de leur voyage pour assurer que le vaccin est disponible.
  • Discutez de vos plans, de vos activités et de vos destinations de voyage avec un professionnel de la santé.
  • Protégez-vous contre les piqûres d'insectes.
Grippe

La grippe saisonnière sévit partout dans le monde. La saison grippale est de novembre à avril dans l'hémisphère Nord, d'avril à octobre dans l'hémisphère Sud et elle dure toute l'année dans les tropiques. La grippe (influenza) est causée par un virus qui se transmet d'une personne à l'autre par la toux ou les éternuements ou par le contact avec des objets et surfaces contaminés. Faites-vous vacciner contre la grippe. Faites-vous vacciner contre la grippe.

Hépatite A

L'hépatite A est une maladie du foie qui se propage par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés, ou par le contact avec une personne infectée. Tous les voyageurs qui se rendent dans des régions où il existe un risque de contracter l'hépatite A devraient être vaccinés.

Hépatite B

L'hépatite B est une maladie du foie qui se propage par le sang ou les autres liquides corporels. Tous les voyageurs qui pourraient y être exposés (rapports sexuels, traitement médical, partage d'aiguilles, tatouage, acuponcture ou exposition professionnelle) devraient être vaccinés.

Rougeole

La rougeole est une maladie virale qui est très contagieuse. Elle s'agit d'une maladie courante dans la plupart des régions du monde. Assurez-vous que votre vaccination contre la rougeole est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Eau/aliments

Maladies d'origine alimentaire et hydrique

Les personnes qui se rendent à n'importe quelle destination mondiale peuvent développer la diarrhée du voyageur en consommant de l'eau ou des aliments contaminés.

Dans certaines régions de l'Amérique du Sud, l'eau et les aliments peuvent être porteurs de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, l'hépatite A et la schistosomiase. Faites attention à ce que vous mangez et buvez lorsque vous vous rendez en Amérique du Sud. Rappelez-vous : N'ingérez rien qui n'ait été bouilli, cuit ou pelé!

Diarrhée du voyageur
  • La diarrhée du voyageur est la maladie qui touche le plus fréquemment les voyageurs. Elle se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés.
  • Le risque de contracter la diarrhée du voyageur est accru dans les régions où les conditions de salubrité et d'hygiène sont déficientes. Faites attention à ce que vous mangez et buvez.
  • Le traitement le plus important contre la diarrhée du voyageur est la réhydratation (buvez beaucoup de liquides). Apportez des sels pour réhydratation orale lors de votre voyage.
Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne transmise par l'eau ou d'aliments contaminés. Le risque est plus élevé pour les enfants, les voyageurs allant vers les zones rurales, visiter des amis et parent ou pendeant une longue période de temps. Les voyageurs visitant des régions à risque de fièvre typhoïde, surtout ceux exposés à des endroits avec mauvaises conditions d'hygiène devraient parler à un fournisseur de soins de santé de vaccination.


Insectes

Insectes et maladies

Dans certaines régions de l'Amérique du Sud, certains insectes sont porteurs de maladies comme le chikungunya, la dengue, la fièvre jaune, la leishmaniose, le paludisme, l'onchocercose (cécité des rivières), la trypanosomiase américaine (maladie de Chagas),le virus du Nil occidental et le virus Zika.

 

Il est recommandé aux voyageurs de prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre les piqûres d'insectes.

Chikungunya

Il y a présentement une éclosion de chikungunya dans ce pays. Le chikungunya est une maladie virale qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté et provoque habituellement de la fièvre et des douleurs articulaires de type arthritique. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques, notamment au lever et au coucher du soleil. Il n'existe aucun vaccin contre le chikungunya.

Dengue
  • La dengue est présente dans ce pays. La dengue est une maladie virale qui peut provoquer des symptômes graves d'allure grippale. Dans certains cas, elle peut entraîner une fièvre dengue hémorragique qui peut être mortelle.
  • Le risque de contraction est plus élevé durant le jour, notamment au lever et au coucher du soleil.
  • Protégez­-vous contre les piqûres de moustiques. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la dengue.
Le virus Zika

La transmission locale du virus Zika associée aux moustiques est présentement signalée dans ce pays. Le virus Zika se propage principalement par les piqûres de moustiques infectés et peut provoquer de la fièvre, des éruptions cutanées et des douleurs articulaires. Il peut également être transmis par le sang, le sperme et par une femme enceinte infectée à son bébé en développement. La majorité des personnes infectées ne présentent aucun symptôme et se rétablissent sans complications graves. Il y a consensus scientifique que l'infection à virus Zika est une cause de microcéphalie et du syndrome de Guillain-Barré. D'autres troubles neurologiques, ont également été associés avec l'infection à virus Zika. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques durant le jour et en soirée. Il n'y a pas de vaccin contre l'infection à virus Zika.

Leishmaniose cutanéo-muqueuse

La leishmaniose cutanéo-muqueuse provoque des lésions cutanées et des ulcérations. La leishmaniose est causée par un parasite transmis par la piqûre d'un phlébotome (moucheron de sable) femelle infecté. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Protégez-vous contre les piqûres de phlébotomes, qui se nourrissent habituellement après le coucher du soleil dans les régions rurales et boisées ainsi que dans certains centres urbains. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la leishmaniose.


Paludisme

Paludisme

  • Il y a un risque de paludisme dans certaines zones de ce pays et/ou pendant une période particulière de l'année.
  • Le paludisme est une maladie grave et parfois mortelle qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.  Il n'existe aucun vaccin contre le paludisme. 
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en recouvrant la peau exposée, en utilisant un insectifuge et en restant dans des endroits fermés et climatisés. Vous pouvez également traiter vos vêtements et affaires de voyage à l'insecticide et dormir sous une moustiquaire traitée à l'insecticide.
  • Des antipaludéens pourraient être indiqués, selon votre itinéraire et la période de l'année où vous vous rendez dans le pays. Consultez un professionnel de la santé ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ pour vérifier quels sont vos besoins.

Animaux

Animaux et maladies

Les voyageurs doivent éviter tout contact avec les animaux, y compris les chiens, les singes, les serpents, les rongeurs, les oiseaux et les chauves-souris. Certaines infections, telles que la rage, sévissent dans certaines régions de l'Amérique du Sud et peuvent être transmises entre les humains et les animaux.


Personne à personne

Infections de personne à personne

Le fait de se trouver en présence de nombreuses personnes peut accroître le risque de certaines maladies. N'oubliez pas de vous laver les mains souvent et d'observer les règles d'hygiène lorsque vous toussez ou éternuez afin d'éviter de contracter le rhume, la grippe ou d'autres maladies.

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) et le VIH se transmettent par contact avec du sang ou des liquides corporels; adoptez des pratiques sexuelles protégées.

Tuberculose

La tuberculose est une infection causée par une bactérie qui touche habituellement les poumons.

Pour la plupart des voyageurs, le risque de contracter la tuberculose est faible.

Les voyageurs qui pourraient courir un plus grand risque de contracter la tuberculose et qui doivent se rendre dans une région où il existe un risque de tuberculose devraient consulter un professionnel de la santé afin de déterminer quelles sont les mesures à prendre avant et après leur voyage.

Les personnes qui pourraient courir un plus grand risque sont celles qui se rendent ou qui travaillent dans une prison, un camp de réfugiés, un refuge pour sans-abris ou un hôpital, ou les voyageurs qui rendent visite à des amis ou à des membres de leur famille.


Services et établissements médicaux

Les services et établissements médicaux publics ne sont pas du même calibre qu’au Canada. L’accès aux établissements de santé est limité dans les régions rurales. Les établissements médicaux privés des grandes villes offrent des soins de base, et les hôpitaux privés fournissent des soins d’une qualité adéquate. La plupart des cliniques et des hôpitaux en Bolivie n’acceptent que les paiements en espèces, et on ne vous laissera pas quitter les lieux sans que vous ayez payé pour les services reçus. Il n’y a généralement pas de guichet automatique ni de succursale bancaire sur les lieux.

Prenez soin de souscrire une assurance maladie de voyage adéquate et d’avoir suffisamment de fonds accessibles pour couvrir le coût de tout traitement médical et d’une évacuation médicale vers un autre pays, au besoin. Si l’on vous dirige vers un établissement de santé pour y recevoir des soins, communiquez sans tarder avec votre compagnie d’assurance.

Les services ambulanciers sont très limités en Bolivie.

Médicaments

Si vous avez des problèmes de santé et que vous prenez des médicaments d’ordonnance, ayez en votre possession votre ordonnance et une lettre de votre médecin décrivant votre cas. Apportez vos médicaments dans leurs contenants d’origine clairement étiquetés et ayez-en une quantité plus que suffisante pour la durée prévue de votre séjour. Certains médicaments d’ordonnance sont considérés comme des stupéfiants en Bolivie. Consultez la liste des substances placées sous contrôle (en espagnol) que publie le Ministère des Affaires sociales et des substances placées sous contrôle (Viceministerio de Defensa Social y Sustancias Controladas).

Tourisme médical Il y a des risques associés à la chirurgie esthétique. Si vous envisagez de subir une intervention de ce genre en Bolivie, consultez notre page intitulée Recevoir des soins médicaux dans d’autres pays.

Altitude

Lorsque vous vous rendez dans des zones de haute altitude en Bolivie, dont La Paz, le désert de sel d’Uyuni et le lac Titicaca, vous pourriez éprouver des problèmes de santé à cause de l’altitude. Le mal des montagnes peut être mortel et exiger une évacuation médicale d’urgence. Un professionnel de la santé peut vous conseiller sur les façons de prévenir ou d’atténuer les effets du mal des montagnes.

À retenir...

La décision de voyager appartient entièrement au voyageur. Le voyageur est également responsable de sa propre sécurité.

Soyez bien préparé(e). Ne vous attendez pas à ce que les services médicaux soient les mêmes que ceux offerts au Canada. Apportez dans vos bagages une trousse de produits de santé pour le voyage, en particulier si vous vous rendez dans des zones éloignées des grands centres urbains.

Lois et coutumes

Lois et coutumes

Vous devez vous conformer aux lois locales. Consulter Arrestation et détention pour plus de détails.

Stupéfiants

La possession, l’usage et le trafic de stupéfiants sont sévèrement réprimés. La législation bolivienne sur les drogues se caractérise par une politique de tolérance zéro et ne fait aucune distinction entre le trafic intentionnel ou non intentionnel. Des drogues sont parfois dissimulées au moyen de méthodes qui les rendent invisibles à l’œil nu, y compris la dissolution dans des vêtements ou dans du tissu. Ne transportez pas d’objets ni de bagages pour d’autres personnes. N’acceptez sous aucun prétexte de transporter les bagages d’une personne que vous ne connaissez pas. Si vous vous rendez ailleurs que dans des endroits touristiques, en particulier dans les régions où l’on cultive la coca, faites preuve d’une extrême vigilance et ne transportez pas d’appareil-photo, de caméra ni de jumelles.

Voir l’onglet Santé pour plus d’information sur les substances illicites et les médicaments.

Lois

Il est interdit de faire sortir du pays tout article que le gouvernement bolivien considère comme un trésor national, par exemple des artefacts de l’époque précolombienne, certaines peintures historiques, des objets appartenant à l’architecture ou à l’histoire de la période coloniale espagnole, certains textiles fabriqués par des autochtones et certains animaux, plantes et fossiles. Il est illégal de procéder sans autorisation écrite à toute excavation visant à déterrer des fossiles et à toute collecte de fossiles.

Il ne faut pas fréquenter les bars clandestins en Bolivie, car ils sont illégaux et reconnus pour vendre de la drogue. Si vous vous trouvez dans un bar au moment d’une descente, on pourrait vous détenir et vous interroger, même si vous n’avez consommé aucune substance illicite.

Ayez toujours sur vous une photocopie de votre passeport, y compris du timbre d’entrée et de la carte de débarquement, car la police et les agents d’immigration peuvent demander à les voir. Conservez l’original en lieu sûr.

Conduite automobile

Il faut avoir un permis de conduire international pour louer une voiture.

En cas d’accident de la route, restez sur les lieux jusqu’à l’arrivée de la police locale. Toute tentative de quitter les lieux contrevient à la loi bolivienne.

Incarcération

Une personne incarcérée peut devoir attendre plusieurs années avant de passer devant un juge. On peut se heurter à d’importants obstacles linguistiques, et le gouvernement bolivien ne fournit pas de service gratuit de traduction. Les conditions carcérales sont primitives et les prisonniers doivent payer leur cellule ainsi que des frais quotidiens de subsistance.

Culture

Faites preuve de prudence si vous avez avec vous des appareils-photo ou des appareils de communication, surtout dans les régions éloignées, où certains résidents locaux peuvent juger intrusive la présence de photographes. Demandez aux gens leur permission avant de les photographier.

Double citoyenneté

La double citoyenneté est légalement reconnue en Bolivie. Cependant, les représentants du Canada pourraient être limités dans leur capacité à vous offrir des services consulaires si les autorités locales vous considèrent comme un citoyen de la Bolivie. Vous devriez toujours vous servir de votre passeport canadien valide pendant le voyage et toujours vous présenter aux autorités locales en tant que citoyen canadien afin de minimiser ce risque. Il vous faudra peut-être aussi voyager avec votre passeport de la Bolivie et le présenter pour des raisons légales, par exemple pour entrer dans le pays et en sortir (consulter l'onglet Exigences d'entrée et de sortie pour les exigences concernant les passeports). La citoyenneté est uniquement déterminée en fonction des lois nationales, et la décision de reconnaître la double citoyenneté revient entièrement au pays où vous vous trouvez lorsque vous cherchez à obtenir de l’aide consulaire. Veuillez consulter la page intitulée Voyager avec une double citoyenneté pour plus de détails.

Monnaie

La devise est le boliviano (BOB). Il est presque impossible en Bolivie de changer des dollars canadiens (que ce soit en espèces ou en chèques de voyage). Pour vos achats, utilisez une carte de crédit, des dollars américains ou des bolivianos. On trouve des guichets automatiques bancaires dans les grandes villes.

Catastrophes naturelles et climat

Catastrophes naturelles et climat

Il est difficile de voyager pendant la saison des pluies (de novembre à mars), car de nombreuses routes deviennent impraticables. Il est particulièrement dangereux durant cette saison de circuler dans la région du désert de sel d’Uyuni. Les pluies diluviennes peuvent provoquer de dangereux glissements de terrain. Suivez les bulletins météorologiques régionaux et planifiez vos déplacements en conséquence.

Assistance

Assistance

Services locaux

Services d’urgence

En cas d’urgence, composez le:

  • Police : 110
  • Police touristique : 800-14-0071
  • Assistance médicale : 165
  • Pompiers : 119

Aide consulaire

La Paz - Ambassade du Canada (Bureau de programme)
Adresse2678, Calle Victor Sanjinez, Edificio Barcelona, 2e étage, Plaza España (Sopocachi), La Paz, BolivieTéléphone591 (2) 241-5141Télécopieur591 (2) 241-4453Courriellapaz@international.gc.caServicesDes services de passeport sont offertsFacebookAmbassade du Canada au Pérou et en BolivieTwitter@CanadaBolivie
Lima - Ambassade du Canada
AdresseCalle Bolognesi 228, Miraflores, Lima 18, PérouAdresse postaleC.P. 18-1126, Bureau de poste de Miraflores, Lima, 18, Pérou,Téléphone51 (1) 319-3200Télécopieur51 (1) 446-4912Courriellima@international.gc.caInternetwww.perou.gc.caServicesDes services de passeport sont offertsFacebookAmbassade du Canada au PérouTwitter@CanadaPerou

Pour obtenir une aide consulaire d'urgence, téléphonez à l'ambassade du Canada à La Paz et suivez les instructions qui vous seront données. À tout moment, vous pouvez aussi communiquer avec le Centre de surveillance et d'intervention d’urgence à Ottawa.


La décision de voyager relève de vous seul. C’est également à vous seul qu’il incombe de veiller à votre sécurité personnelle à l’étranger. Le gouvernement du Canada prend très au sérieux la sécurité des Canadiens à l’étranger et diffuse des renseignements fiables et à jour dans ses Conseils aux voyageurs. Les présents Conseils aux voyageurs ont pour but de vous fournir des renseignements à jour afin que vous puissiez prendre des décisions éclairées. Dans le cas d’une urgence à grande échelle, tous les efforts seront faits pour vous aider. La capacité du gouvernement du Canada d’offrir de l’aide peut cependant être restreinte.

Consulter Les urgences à grande échelle à l’étranger pour plus d’information.

Date de modification :