Avertissements officiels aux voyageurs à l’étranger

De nombreux pays continuent d’imposer des restrictions strictes en matière de voyage, et les options de transport international offertes demeurent limitées. En conséquence, il se peut que vous ayez des difficultés à revenir au Canada. Même si certains pays rouvrent partiellement leurs frontières, nous continuons de conseiller d’éviter tout voyage non essentiel à l’extérieur du Canada. Nous continuons également de conseiller d’ éviter tout voyage à bord de navires de croisière à l’extérieur du Canada jusqu’à nouvel ordre.

Les gouvernements des destinations qui ont rouvert leurs frontières aux touristes pourraient imposer sans préavis des restrictions strictes en matière de voyage s’ils connaissent une augmentation du nombre de cas de COVID 19. Les options de transport international pourraient être grandement réduites, ce qui pourrait rendre difficile votre retour au Canada. Nous ne prévoyons pas offrir d’autres vols de rapatriement au pays. Si vous décidez de voyager malgré nos avertissements, sachez qu’il est possible que vous ayez à demeurer à l’étranger plus longtemps que prévu.

Si vous décidez de voyager malgré ces avertissements :

Si vous êtes présentement à l’extérieur du Canada ou si vous revenez à la maison, consultez la page COVID-19 : Conseils de sécurité à l’intention des Canadiens à l’étranger.

Kenya Inscrivez-vous Assurance voyage Destinations

Dernière mise à jour : ET

Toujours valide : ET

Dernière mise à jour : Exigences d'entrée et de sortie - Fin de la période de grâce allouée aux étrangers


Format à imprimer
Niveau(x) de risque

Niveau(x) de risque

COVID-19 - Avertissement officiel global aux voyageurs

Date d'entrée en vigueur : 13 mars 2020

Évitez tous les voyages non essentiels à l'extérieur du Canada jusqu'à nouvel ordre.

Cet avertissement prévaut sur tous les autres niveaux de risque indiqués sur cette page, à l'exception des niveaux de risque pour les pays ou régions où nous conseillons d'éviter tout voyage.

Pour en savoir plus sur l'avertissement global aux voyageurs

Kenya - Faites preuve d'une grande prudence

Faites preuve d’une grande prudence au Kenya en raison de la menace terroriste et du taux de criminalité élevé.

Frontière avec la Somalie - Évitez tout voyage

Évitez tout voyage dans les comtés de Mandera, de Wajir, de Garissa et de Lamu limitrophes de la Somalie, en raison du risque d’enlèvement et d’attentats.

Situation en matière de sécurité

Frontière avec le Soudan du Sud et l’Éthiopie - Évitez tout voyage

Évitez tout voyage dans les comtés de Turkana et de Marsabit, à moins de 110 km de la frontière avec le Soudan du Sud et de l’Éthiopie, en raison du banditisme armé et de la violence transfrontalière.

Situation en matière de sécurité

Avertissement régional - Évitez tout voyage

Évitez tout voyage dans les zones suivantes, en raison du risque d’enlèvements et d’attentats :

  • à moins de 50 km de la côte du comté de Tana River
  • à moins de 50 km de la côte du comté de Kilifi (du nord de la ville de Malindi aux limites du comté de Tana River)

Situation en matière de sécurité

Quartiers de Nairobi - Évitez tout voyage non essentiel

Évitez tout voyage non essentiel dans les quartiers d’Eastleigh, de Kibera et de Pangani, à Nairobi, en raison du taux de criminalité élevé.

Situation en matière de sécurité

Sécurité

Sécurité

COVID-19 - Déplacements limités

Les déplacements sont limités à l’échelle du territoire et un couvre-feu est en vigueur de 21 h à 4 h. Des exceptions seront faites pour les services d'urgence et les services essentiels. Restez à l’intérieur de votre logement pendant le couvre-feu sauf s’il est nécessaire:

  • d’acheter des denrées essentielles, telles que la nourriture et les médicaments;
  • de vous faire soigner;
  • de prendre soin de mineurs, de personnes âgées, de personnes ayant des incapacités ou d'autres personnes à charge;
  • de quitter en raison d’une urgence.

Terrorisme

L'ambassade des États-Unis au Kenya a émis l'alerte de sécurité suivante : Des groupes terroristes pourraient préparer une attaque contre un grand hôtel de Nairobi. L'hôtel exact n'a pas été identifié, mais on pense qu'il s'agit d'un hôtel populaire auprès des touristes et des voyageurs d'affaires.

Alerte de sécurité – Ambassade des États-Unis au Kenya (en anglais)

Il existe une menace terroriste. Des informations crédibles indiquent que les Occidentaux pourraient être la cible d’extrémistes à Nairobi, à Navisha, à Nanyuki, à Meru, à Narok et dans les zones côtières du Kenya.

Des attentats ont été commis :

  • à Nairobi;
  • dans la région côtière, y compris à Mombasa et à Malindi;
  • dans les comtés de Mandera, de Wajir et de Garissa, près de la frontière somalienne.

Des étrangers ont été la cible d’attentats. On ne peut écarter la possibilité que d’autres attentats soient commis.

Les endroits suivants pourraient être ciblés :

  • les édifices gouvernementaux, y compris les écoles;
  • les lieux de culte;
  • les aéroports, ainsi que d’autres plaques tournantes et réseaux de transport;
  • les endroits publics comme les attractions touristiques, les restaurants, les bars, les cafés, les centres commerciaux, les marchés, les hôtels et autres lieux fréquentés par des étrangers.

Le 15 janvier 2019, un attentat terroriste s’est produit au complexe de l’hôtel Dusit, dans le district de Westland à Nairobi. L’attaque a fait plusieurs victimes.

  • Soyez toujours sur vos gardes lorsque vous vous trouvez dans les lieux publics
  • Séjournez dans des hôtels qui ont des mesures de sécurité fiables, et sachez que même les lieux les plus sécurisés ne peuvent pas être considérés comme tout à fait exempts de danger

Zones longeant la frontière somalienne et une partie de la région côtière

La frontière entre le Kenya et la Somalie est fermée, mais elle est poreuse, et des milices ainsi que des groupes criminels somaliens mènent des attaques transfrontalières contre des étrangers et des travailleurs humanitaires dans la région. Certaines de ces attaques, perpétrées au moyen d’engins explosifs improvisés, ont fait des morts et des blessés, notamment dans le camp de réfugiés de Dadaab, situé à 80 km de la frontière somalienne. Le risque que de telles attaques se produisent dans la région demeure élevé.

Les querelles entre clans somaliens rendent également cette région instable et dangereuse. La présence militaire et policière est accrue, et des barrages routiers sont souvent érigés, car les autorités kényanes s’efforcent de restreindre les incursions somaliennes et le trafic d’armes aux abords de la frontière.

Il existe également un risque d’enlèvements dans les comtés de Mandera, Wajir et Garissa, dans le nord-est du Kenya, à proximité de la frontière avec la Somalie, et dans les régions côtières du comté de Lamu. Il est déjà arrivé que des travailleurs humanitaires, des touristes et des résidents périssent dans des attaques perpétrées par des groupes établis en Somalie et dans le nord-est du Kenya.

Dans la zone côtière, les logements situés en bord de mer sont exposés aux vols à main armée, aux cambriolages et aux détournements de voiture.

Niveau(x) de risque

Zones longeant les frontières du Soudan du Sud et de l’Éthiopie – Évitez tout voyage

Il existe un risque extrême d’enlèvements, de terrorisme et de violence transfrontalière dans les comtés de Marsabit et de Turkana, dans le nord du Kenya, dans les zones situées à moins de 110 km des frontières avec l’Éthiopie et le Soudan du Sud.

Niveau(x) de risque

Quartiers de Nairobi

Le taux de criminalité demeure élevé dans plusieurs quartiers et zones de Nairobi. La capacité de la police à réprimer le crime et à intervenir dans d’autres types d’incidents est très limitée.

Niveau(x) de risque

Régions du nord et de l’ouest du Kenya

Certaines zones situées dans les comtés de Turkana, de Marsabit, d’Isiolo, de Wajir et de Mandera sont jugées dangereuses. La menace terroriste y est constante, et divers conflits opposent les régions, les tribus et les clans au sujet des terres, du bétail et de l’eau. Faites-vous accompagner d’une escorte armée lorsque vous voyagez dans ces régions. Vous pouvez en faire la demande auprès des postes de police locaux.

  • Ne vous éloignez pas des lieux touristiques
  • Ne circulez pas après la tombée de la nuit.

Il arrive que des conflits éclatent entre des tribus dans les environs du mont Elgon, dans les comtés de Trans-Nzoia et de Bungoma, dans l’ouest du Kenya. Si vous décidez de vous rendre dans cette région :

  • exercez une vigilance constante;
  • consultez régulièrement les médias locaux.

Criminalité

Le taux de criminalité est élevé dans la plupart des régions du Kenya, particulièrement dans les grandes villes comme Nairobi, Mombasa et Kisumu, ainsi que dans les stations balnéaires. On observe habituellement une augmentation de la criminalité dans les semaines qui précèdent Noël.

Sachez qu’il y a des cas de vindicte populaire et qu’une foule peut décider de lyncher un suspect avant l’intervention de la police.

Crimes violents

Des détournements de voiture, des cambriolages de domicile, des enlèvements et des vols sont commis, même en plein jour et dans des quartiers habituellement considérés comme sûrs.

Il arrive que des touristes soient la cible de détournements de véhicule, de vols qualifiés et d’enlèvements lorsqu’ils se déplacent en provenance ou en direction des aéroports internationaux de Nairobi et de Mombasa.

  • N’utilisez que les services de voyagistes agréés ou de taxis clairement identifiables
  • Exercez une vigilance accrue si vous voyagez seul

À Nairobi, exercez une extrême prudence dans les quartiers non structurés comme Kasarani, Kibera et Mathare, en raison du taux de criminalité élevé et de la capacité limitée des policiers d’intervenir en cas d’incident.

Le taux de criminalité dans la vieille ville de Fort Jesus à Mombasa est semblable à celui des autres quartiers de la ville durant le jour. Cependant, après la tombée de la nuit, on y observe une importante augmentation du risque d’actes criminels, notamment de vols, d’agressions et d’autres crimes de rue. Le taux de criminalité est également élevé à bord et à proximité du traversier Likoni (qui relie Mombasa et les stations balnéaires du Sud).

  • Soyez toujours sur vos gardes, particulièrement sur les routes reliant le centre-ville aux zones résidentielles
  • Ne vous promenez pas à l’extérieur la nuit, particulièrement dans les secteurs isolés
  • Faites preuve de prudence si vous vous déplacez à pied le jour et si vous voyagez après la tombée de la nuit
  • Si des voleurs vous menacent, obéissez et ne leur résistez pas

Crimes mineurs

Il se commet des crimes mineurs comme des vols à la tire et des vols de sac à l’arraché.

  • Rangez toujours en lieu sûr vos effets personnels, y compris votre passeport et vos autres documents de voyage
  • Ne faites pas étalage de richesse et n’ayez pas sur vous d’importantes sommes d’argent
  • Ne conservez pas vos cartes de crédit et de débit, votre argent comptant et vos autres ressources financières au même endroit
  • Conservez vos effets personnels dans un lieu d’entreposage verrouillé
  • Ne laissez jamais vos bagages sans surveillance à un guichet ou à un comptoir d’enregistrement
  • Lorsque vous quittez votre chambre d’hôtel, fermez la porte à clé et accrochez la pancarte « Ne pas déranger ».

Des voleurs en scooter ou à pied ciblent souvent les sacs des passagers voyageant à bord de voitures ou de scooters.

  • Gardez les vitres fermées, les portières verrouillées et les objets de valeur hors de portée et de vue
  • Redoublez de vigilance aux feux rouges

Des voleurs de passeports sont à l’œuvre dans la zone des départs de l’aéroport international de Jomo Kenyatta, à Nairobi. Il arrive que des articles soient volés dans les bagages enregistrés.

  • Soyez sur vos gardes dans tous les aéroports
  • Rangez vos objets de valeur dans vos bagages à main ou dans des valises verrouillées
  • N’échangez pas de devises dans les zones publiques de l’aéroport

Aliments et boissons contenant des drogues

Ne laissez jamais vos aliments ou vos boissons sans surveillance, et ne les confiez pas à des inconnus. Méfiez-vous des collations, boissons, gommes à mâcher ou cigarettes offertes par de nouvelles connaissances. Ces produits peuvent contenir de la drogue et vous exposer au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle.

Fraude

Des malfaiteurs et des escrocs se font parfois passer pour des employés d’hôtel, des policiers ou des fonctionnaires et tentent de soutirer de l’argent aux touristes.

Si quelqu’un se présente à vous comme un représentant du gouvernement ou un policier et vous réclame de l’argent en raison d’une infraction, demandez un reçu officiel du gouvernement.

Les policiers sont tenus de présenter une pièce d’identité. Les services de police du Kenya reçoivent les plaintes et enquêtent sur les allégations de corruption et d’abus.

La prudence est de mise si vous vous rendez au Kenya dans le but de nouer une relation (d’amitié, d’affaires ou amoureuse) commencée par l’entremise d’Internet. Des étrangers sont souvent attirés au Kenya, surtout pendant la période des fêtes de fin d’année (Noël et Nouvel An) pour rencontrer quelqu’un qu’ils ont connu en ligne. Une fois arrivés, ils se font prendre au piège. Il arrive que des victimes subissent des pertes de milliers de dollars ou soient arrêtées car elles n’ont pas payé des dettes accumulées dans le pays ou des factures devenues exorbitantes en raison d’une fraude.

Plus sur la fraude à l’étranger

Parcs nationaux, safaris et réserves

Des touristes étrangers ont été victimes de crimes parfois violents dans des parcs nationaux et des réserves, ainsi que lors de safaris.

  • Soyez constamment sur vos gardes
  • Évitez de faire du camping seul ou sans l’assistance d’un professionnel local

Déplacements terrestres

Des visiteurs qui se rendaient dans certaines réserves fauniques par la route ont été attaqués par des bandits armés. Soyez prudent sur les routes reliant les régions suivantes, en raison de possibles attaques, vols et détournements de voiture :

  • Malindi à Lamu
  • Nairobi et les réserves fauniques d’Amboseli, de Masaï Mara, de Nakuru, de Tsavo
  • Nairobi et la région du mont Kenya et du parc des Aberdares

Observation de la faune

L’observation d’animaux sauvages est risquée, surtout si vous êtes à pied ou près des animaux.

  • Tenez-vous toujours à une bonne distance des animaux
  • Ne descendez du véhicule que si un gardien ou un guide professionnel juge que vous pouvez le faire en toute sécurité
  • Choisissez seulement des guides et des voyagistes professionnels renommés
  • Respectez à la lettre les règlements des parcs et les directives des gardiens

Aide locale

La Fédération kényane du tourisme exploite un Centre de sécurité et de communications, ouvert 24 heures sur 24, qui diffuse de l’information sur le tourisme et sur l’état des routes ainsi que sur l’aide régionale offerte en cas d’urgence.

Coordonnées du Centre de sécurité et de communications (en anglais)

Organisations non gouvernementales

Il est arrivé parfois que des étrangers travaillant comme bénévoles au sein d’organisations non gouvernementales (ONG) locales soient victimes de fraudes, et subissent des menaces et de mauvais traitements de la part du personnel local.

Si vous envisagez de faire du bénévolat au sein d’une ONG au Kenya, vous devriez communiquer avec le Bureau national des ONG du Kenya (en anglais) avant de prendre un engagement et de quitter le Canada, afin de vérifier la légalité de l’organisation pour laquelle vous souhaitez travailler. Toutes les ONG au Kenya sont tenues par la loi de s’inscrire auprès du Conseil national des ONG, un organisme d’autoréglementation non partisan.

Renseignez-vous sur les exigences d’entrée et de sortie qui s’appliquent aux travailleurs et aux bénévoles des ONG.

Manifestations

Des manifestations surviennent régulièrement. Même les manifestations qui se veulent pacifiques peuvent soudainement donner lieu à des actes de violence. Elles peuvent aussi grandement perturber la circulation et les transports publics.

  • Évitez les endroits où se tiennent des manifestations et de grands rassemblements
  • Suivez les directives des autorités locales
  • Consultez régulièrement les médias locaux pour vous tenir au courant des manifestations en cours

Plus sur les rassemblements de masse (événements à grande échelle)

Sécurité des femmes

Les femmes qui voyagent seules peuvent subir certaines formes de harcèlement et de violence verbale. Il arrive que des femmes soient victimes de harcèlement et d’agression sexuelle.

Guide de sécurité à l'intention des voyageuses

Mariages forcés

Il arrive que des étrangers soient forcés à se marier. Cela peut se produire à leur insu ou sans qu’ils aient donné leur consentement.

Transport routier

L’état des routes et la sécurité routière varient beaucoup d’un endroit à l’autre du pays.

Les routes principales sont généralement en bon état, mais les routes secondaires sont mal entretenues. Le Code de la route n’est pas respecté, et la conduite en état d’ébriété est chose courante, surtout la nuit.

Gardez cela à l’esprit lorsque vous planifiez un déplacement routier, car la conduite nocturne présente des risques. La vitesse excessive, les véhicules mal entretenus, le mauvais éclairage et la signalisation inadéquate posent des risques.

Durant la saison des pluies, certaines routes non asphaltées peuvent devenir impraticables, même en véhicule tout terrain. Conduisez de façon préventive et soyez toujours sur vos gardes.

Les routes sont souvent congestionnées . Les embouteillages sont particulièrement communs sur la route qui relie Nairobi et Mombasa. Cette route peut s’avérer dangereuse pour les touristes qui ne sont pas habitués aux conditions routières locales. Dans la mesure du possible, prenez plutôt l’avion ou le train.

Pour franchir par la route la frontière entre le Kenya et la Tanzanie, n’empruntez que les postes frontaliers autorisés.

Transports publics

Les transports en commun ne sont pas sûrs.

Autobus interurbains

Des autobus interurbains ont été impliqués dans de nombreux accidents graves.

Transports intra-urbains

Les minibus (matatus) et les motos-taxis (boda-bodas) sont généralement mal entretenus et insuffisamment assurés, et leurs chauffeurs conduisent de façon irresponsable. Il est déjà arrivé que des matatus soient détournés et que des passagers se fassent dévaliser.

Taxis

Utilisez des taxis de compagnies fiables et confirmez le prix de la course avant le départ.

Chemin de fer

Le chemin de fer (le Madaraka Express Railway) qui relie Nairobi et Mombasa est fiable et sûr. Les autres trains de voyageurs ne sont pas sûrs et accusent régulièrement des retards.

Transport maritime

Le traversier de Likoni (qui relie Likoni à Mombasa) n’est pas sûr. Le niveau de criminalité y est élevé, l’affluence est mal contrôlée, les employés manquent de formation en matière de sécurité, les bris sont fréquents et l’entretien laisse à désirer. Le traversier est surchargé et des bousculades s’y produisent, faisant de nombreux blessés.

Transport aérien

Nous n’évaluons pas dans quelle mesure les compagnies aériennes intérieures étrangères respectent les normes internationales de sécurité.

Renseignements généraux sur les vols intérieurs dans d’autres pays

Piraterie

Des pirates commettent des attaques et des vols à main armée contre des navires dans les eaux côtières. Les navigateurs doivent prendre les précautions qui s’imposent.

Rapport sur la piraterie - International Maritime Bureau’s Piracy Reporting Centre (en Anglais)

Couvre-feu

Les autorités kényanes peuvent imposer des couvre-feux en réaction à l’évolution des conditions de sécurité. Consultez régulièrement les médias locaux pour vous tenir au courant de la situation.

Exigences d'entrée et de sortie

Exigences d'entrée et de sortie

COVID-19 - Restrictions et exigences d'entrée, de sortie et de transit 

Afin de limiter la propagation de la maladie à coronavirus (COVID-19), la plupart des gouvernements ont mis en place des restrictions et des exigences particulières d’entrée et de sortie pour leur territoire. Bien que plusieurs pays aient commencé à assouplir certaines de ces mesures, la plupart demeurent en vigueur.

Avant de voyager, vérifiez si les autorités locales de votre lieu de provenance et de votre destination ont mis en place des restrictions ou des exigences spécifiques liées à cette situation. Tenez compte aussi de vos points de transit, car de nombreuses destinations ont mis en place des règles de transit strictes qui pourraient perturber vos déplacements.

Celles-ci peuvent comprendre:

  • des interdictions d'entrée, en particulier pour les non-résidents;
  • des interdictions de sortie;
  • des quarantaines de 14 jours ou plus à l’arrivée, certaines dans des installations désignées, à vos frais;
  • des dépistages et certificats de santé et une preuve d'assurance maladie de voyage adéquate;
  • des documents d'autorisation de voyage à obtenir avant votre départ;
  • des fermetures des frontières;
  • des fermetures d'aéroports;
  • des suspensions de vols à destination, ou en provenance de certaines destinations et, dans certains cas, de toutes les destinations;
  • des suspensions ou réductions d'autres options de transport international.

Des restrictions supplémentaires peuvent être imposées soudainement. Les compagnies aériennes peuvent, elles aussi, suspendre ou réduire leurs vols sans préavis. Vos projets de voyage peuvent être gravement perturbés, rendant votre retour difficile. Vous ne devriez pas dépendre du gouvernement du Canada pour une aide liée aux changements à vos plans de voyage.

  • Consultez les médias pour vous tenir au courant des dernières nouvelles.
  • Communiquez avec votre compagnie aérienne ou votre voyagiste pour savoir si la situation risque de compromettre vos projets de voyage.
  • Communiquez avec le bureau diplomatique étranger le plus proche pour obtenir des informations sur les restrictions spécifiques à votre destination.

Bureaux diplomatiques étrangers au Canada – Affaires mondiales Canada

COVID-19 - Fin de la période de grâce

La période de grâce liée à la COVID-19 allouée aux étrangers au Kenya est terminée. Vous risquez une amende si vous restez dans le pays sans en avoir l'autorisation requise.

Ce sont les autorités d’un pays ou d’un territoire qui décident qui peut en franchir les frontières. Le gouvernement du Canada ne peut pas intervenir en votre nom si vous ne répondez pas aux exigences d’entrée et de sortie du pays ou territoire où vous vous rendez.

L’information contenue dans cette page a été obtenue auprès des autorités kényanes. Elle peut cependant changer à tout moment.

Confirmez ces renseignements auprès des bureaux diplomatiques étrangers au Canada

Passeport

Les exigences d’entrée varient selon le type de passeport que vous utilisez pour voyager.

Avant de partir, vérifiez auprès de votre transporteur quelles sont ses exigences au sujet des passeports. Ses règles sur la durée de validité des passeports sont peut-être plus strictes que les règles d’entrée du pays où vous vous rendez.

Passeport canadien régulier

Votre passeport doit être valide pendant au moins 6 mois après la date d’entrée au Kenya.

Passeport pour voyages officiels

Des exigences d’entrée différentes peuvent s’appliquer.

Voyages officiels

Autres documents de voyage

Les exigences d’entrée peuvent être différentes si vous voyagez avec un passeport temporaire ou un titre de voyage d’urgence. Avant de partir, renseignez-vous auprès d’une mission diplomatique du pays où vous voulez entrer.

Liens utiles

 

Visas

Les Canadiens doivent avoir un visa pour entrer au Kenya, pour y circuler et pour y travailler.

Visa de touriste : exigé

Visa d’affaires : exigé

Visa d’étudiant : exigé

Permis de travail : exigé

Visa de transit: exigé

Pour éviter tout problème à votre arrivée, prenez toujours soin de vérifier les exigences auprès du haut-commissariat du Kenya avant votre départ.

Le visa de touriste est valide pendant trois mois; vous pourrez le prolonger une fois que vous serez dans le pays en vous adressant aux autorités de l’immigration.

Vous devez obtenir un visa si vous faites escale au Kenya vers une autre destination. La durée de votre séjour ne peut excéder 72 heures. Si vous faites connexion à un vol sans devoir quitter l’aéroport, vous n’avez pas besoin de visa d’escale.

Bureaux diplomatiques étrangers au Canada

Comment obtenir un visa

Vous devriez obtenir un visa à l’avance auprès du haut-commissariat du Kenya ou à partir du site Web eVisa du ministère des Services d’immigration du Kenya.

Des sites Web non officiels offrent aussi des visas mais chargent habituellement des frais de service additionnels qui sont beaucoup plus élevés que le coût véritable du visa. L’adresse des sites web du gouvernement du Kenya se termine par « .gc.ke ».

Vous pouvez également obtenir un visa à un point d’entrée du Kenya. Vérifiez la validité inscrite sur le visa qui vient de vous être délivré. Il se peut que l’agent d’immigration inscrive les dates à la main. Si vous avez de la difficulté à les lire, demandez des précisions.

Les autorités d’immigration du Kenya peuvent prolonger votre visa pour un mois à la fois, jusqu’à un maximum de trois mois. Chaque prolongation de visa coûte KSH 1000 et doit être demandée pendant que le visa pour le mois précédent est encore valide.

Si vous n’avez pas de visa valide, vous pourriez être détenu, traduit en justice et inculpé pour séjour illégal au Kenya. Vous pourriez être passible d’une amende et d’une expulsion, ou de l’un des deux.

Plus de renseignements sur l’eVisa - Ministère des Services d’immigration du Kenya (en anglais)

Frais

Vous devez payer comptant votre visa en versant la somme exacte en dollars américains, en livres sterling ou en euros. Vous ne pouvez pas payer par carte de crédit.

Les visas destinés aux enfants de moins de 16 ans sont délivrés gratuitement.

Visa touristique pour l’Afrique de l’Est

Le visa touristique pour l’Afrique de l’Est permet les entrées multiples au Kenya, en Ouganda et au Rwanda.

Ce visa est valide pour 90 jours et sa durée de validité ne peut être prolongée.

Vous devez l’obtenir des autorités du pays de votre premier point d’entrée. Si vous planifiez de commencer votre séjour au Kenya, vous devez l’obtenir auprès du haut-commissariat du Kenya ou à l’arrivée.

Permis de travail

Vous devez avoir un permis de travail valide pour travailler ou faire du bénévolat au Kenya. Il est illégal de travailler ou de faire du bénévolat au Kenya avec tout autre type de visa.

En tant que travailleur étranger au Kenya, vous devez toujours avoir sur vous les permis de travail et la documentation nécessaires, même lorsque vous faites du bénévolat. Des mesures strictes seront prises si vous ne vous y conformez pas, y compris l’expulsion.

Pour obtenir un permis de travail électronique, présentez une demande en ligne auprès du Ministère des Services d’immigration du Kenya. Vous devez visiter la centrale du service d’immigration (Nyayo House dans le quartier central des affaires de Nairobi) après avoir rempli la demande en ligne pour obtenir votre permis.

Le service électronique pour les non-ressortissants – Ministère des Services d’immigration du Kenya (en anglais)

Employés d’ONG

Les Canadiens qui comptent travailler au Kenya ou y faire du bénévolat (même temporairement ou à temps partiel), peu importe pendant combien de temps, doivent détenir un permis de travail.

Si vous envisagez de travailler pour une ONG locale, vous pouvez recevoir l’aide du Conseil national des ONG pour obtenir votre permis de travail, à condition de communiquer à l’avance avec le Conseil.

Lorsqu’un employé change d’organisation, son permis de travail n’est plus valide et il doit présenter une nouvelle demande de permis pour travailler au sein d’une autre organisation.

Communiquez avec l’ONG auprès de laquelle vous comptez faire du bénévolat et consultez le site Web eVisa (en anglais) pour obtenir plus de détails et pour connaître toutes les exigences.

Plus de renseignements sur les permis de travail au Kenya – Haut-commissariat du Kenya (en anglais)

Dépistage de l’état de santé

En raison de l’éclosion continue de la maladie à virus Ebola dans des pays voisins, vous pourriez être soumis à un dépistage rapide par scanner thermique et à un questionnaire médical, ou à l’un des deux, dans les aéroports lors de l’embarquement ou du débarquement d’un avion et aux postes frontaliers terrestres.

Les enfants et le voyage

Renseignez-vous sur les voyages avec des enfants.

Fièvre jaune

Renseignez-vous sur la possibilité d’exigences d’entrée concernant la fièvre jaune (section sur les vaccins).

Les autorités kényanes font régulièrement des contrôles ponctuels de preuve de vaccination contre la fièvre jaune. Ayez toujours sur vous une copie de votre preuve de vaccination.

Santé

Santé

Consultez un fournisseur de soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ.
Vaccins

Vaccins administrés systématiquement

Assurez-vous que votre vaccination est à jour selon votre province ou territoire, peu importe votre destination de voyage.

Certains de ces vaccins incluent : rougeole-oreillons-rubéole (ROR), diphtérie, tétanos, coqueluche, polio, varicelle, grippe et d'autres.

Vaccins recommandés

Vous pourriez être à risque de contracter ces maladies évitables par la vaccination lors de votre voyage dans ce pays. Adressez-vous à votre professionnel de santé-voyage pour savoir si ces vaccins vous conviennent.

Fièvre Jaune - Les exigences liées à l'entrée

La fièvre jaune est une maladie causée par un flavivirus que se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.

Les voyageurs se font vacciner soit parce qu'il s'agit d'une exigence pour entrer dans certains pays, soit parce qu'il est recommandé de le faire pour se protéger contre la fièvre jaune.

Risque

  • Il y a un risque de contracter la fièvre jaune dans ce pays.

Les exigences liées à l'entrée*

  • Une preuve de vaccination est exigée des voyageurs en provenance de tous les pays où sévit la fièvre jaune (lien en anglais seulement).

Recommandation

  • La vaccination est recommandée selon votre itinéraire.
  • Il y a présentement une pénurie du vaccin de la fièvre jaune au Canada. Il est important que les voyageurs communiquent avec un Centre de vaccination contre la fièvre jaune désigné bien à l'avance de leur voyage pour assurer que le vaccin est disponible.
  • Discutez de vos plans, de vos activités et de vos destinations de voyage avec un professionnel de la santé.
  • Protégez-vous contre les piqûres d'insectes.

À propos de la fièvre jaune
Centres de vaccination contre la fièvre jaune désignés
*Il est important de souligner que les exigences liées à l'entrée (en anglais seulement) dans un pays pourraient ne pas correspondre à votre risque de contracter la fièvre jaune à cet endroit. Il est également recommandé de communiquer avec la mission diplomatique ou consulaire  de la ou des destinations où vous comptez vous rendre pour vérifier s'il y a d'autres exigences d'entrée.

Grippe

La grippe saisonnière sévit partout dans le monde. La saison grippale est de novembre à avril dans l'hémisphère Nord, d'avril à octobre dans l'hémisphère Sud et elle dure toute l'année dans les tropiques. La grippe (influenza) est causée par un virus qui se transmet d'une personne à l'autre par la toux ou les éternuements ou par le contact avec des objets et surfaces contaminés. Faites-vous vacciner contre la grippe.

Hépatite A

L'hépatite A est une maladie du foie qui se propage par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés, ou par le contact avec une personne infectée. Tous les voyageurs qui se rendent dans des régions où il existe un risque de contracter l'hépatite A devraient être vaccinés.

Hépatite B

L'hépatite B est une maladie du foie qui se propage par le sang ou les autres liquides corporels. Tous les voyageurs qui pourraient y être exposés (rapports sexuels, traitement médical, partage d'aiguilles, tatouage, acuponcture ou exposition professionnelle) devraient être vaccinés.

Méningococcie

Ce pays se retrouve dans la "ceinture de méningite" africaine, une région où il y a plusieurs cas de méningococcie.  La méningococcie est une infection grave et parfois mortelle. Le risque est faible pour la plupart des voyageurs. Les voyageurs qui pourraient courir un risque élevé de contracter la maladie (ceux qui vivent ou qui travaillent avec la population locale, c'est-à-dire les professionnels de la santé, les personnes qui se rendent dans des zones surpeuplées ou qui participent à de grands rassemblements) devraient envisager de se faire vacciner.

Polio

L'Initiative mondiale pour l'éradication de la poliomyélite a identifié ce pays comme n'étant plus infecté par le poliovirus mais à haut risque d'éclosion (lien en anglais seulement). On peut prévenir la polio par la vaccination, qui fait partie des calendriers d'immunisation systématique pour les enfants au Canada.

Recommandations:

  • Assurez-vous que votre vaccination contre la polio est à jour.
  • Une dose de rappel du vaccin contre la polio est recommandée à l'âge adulte.
Rage

La rage est une maladie fatale qui se transmet aux humains par une morsure, une griffure ou l'exposition à la salive d'un animal atteint de la rage.  La vaccination devrait être envisagée pour les voyageurs qui se rendent dans des régions où la rage existe et qui courent un risque élevé d'exposition (p. ex. sont des enfants, présentent un risque professionnel, ou sont en contact étroit avec des animaux, y compris des chiens en liberté dans les collectivités).

Rougeole

La rougeole est une maladie virale très contagieuse. Elle peut se propager rapidement d'une personne à l'autre par contact direct et par les gouttelettes dans l'air.

Toute personne qui n'est pas protégée contre la rougeole risque d'en être infectée lorsqu'elle voyage à l'étranger.

Peu importe où vous allez, consultez un professionnel de la santé avant votre départ pour vous assurer d'être entièrement protégé contre la rougeole.

Eau/aliments

Maladies d'origine alimentaire et hydrique

Les personnes qui se rendent à n'importe quelle destination mondiale peuvent développer la diarrhée du voyageur en consommant de l'eau ou des aliments contaminés.

Dans certaines régions de l'Afrique de l'Est, l'eau et les aliments peuvent aussi être porteurs de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, l'hépatite A et la schistosomiase. Faites attention à ce que vous mangez et buvez lorsque vous vous rendez en Afrique de l'Est. Rappelez-vous : N'ingérez rien qui n'ait été bouilli, cuit ou pelé!

Choléra

Risque

Le choléra est un risque dans certaines régions du pays. Le risque est faible pour la plupart des voyageurs. 

Pour se protéger contre le choléra, tous les voyageurs devraient prendre des précautions pour s'assurer de la salubrité des aliments et de l'eau.

Les voyageurs les plus à risque d'attraper le choléra font partie de ceux qui vont :

  • visiter, travailler ou vivre dans des zones où l'accès à une nourriture saine, à l'eau et à des installations sanitaires adéquates est limité
  • visiter les zones où il y a des éclosions de choléra

La vaccination peut être recommandée pour les voyageurs à risque élevé et devrait être discutée avec un professionnel de la santé.

 

Diarrhée du voyageur
  • La diarrhée du voyageur est la maladie qui touche le plus fréquemment les voyageurs. Elle se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés.
  • Le risque de contracter la diarrhée du voyageur est accru dans les régions où les conditions de salubrité et d'hygiène sont déficientes. Faites attention à ce que vous mangez et buvez.
  • Le traitement le plus important contre la diarrhée du voyageur est la réhydratation (buvez beaucoup de liquides). Apportez des sels pour réhydratation orale lors de votre voyage.
Schistosomiase

La schistosomiase peut se transmettre aux humains par contact avec de l'eau douce contaminée par les douves (minuscules vers plats). Les oeufs du ver peuvent provoquer des maladies intestinales comme la diarrhée et des crampes ou des problèmes urinaires. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Évitez de nager dans les eaux douces (lacs, rivières, étangs). Il n'existe aucun vaccin contre la schistosomiase.

Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne transmise par l'eau ou d'aliments contaminés. Le risque est plus élevé pour les enfants, les voyageurs allant vers les zones rurales, visiter des amis et parent ou pendeant une longue période de temps. 

Les voyageurs visitant des régions à risque de fièvre typhoïde, surtout ceux exposés à des endroits avec mauvaises conditions d'hygiène devraient parler à un professionnel de la santé de vaccination.


Insectes

Insectes et maladies

Dans certaines régions de l'Afrique de l'Est, certains insectes sont porteurs de maladies comme la chikungunya, la dengue, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, la fièvre de la vallée du Rift, la fièvre jaune, la filiarose lymphatique, la leishmaniose, l'onchocercose (cécité des rivières), le paludisme, la trypanosomiase africaine (maladie du sommeil), le virus du Nil occidental et le virus Zika.

Il est recommandé aux voyageurs de prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre les piqûres d'insectes.

Chikungunya

Il y a présentement un risque de chikungunya dans ce pays. Le chikungunya est un virus transmis par la piqûre d'un mousitque infecté. Le chikungunya peut provoquer une maladie virale qui provoque habituellement de la fièvre et des douleurs articulaires de type arthritique. Dans certains cas, la douleur articulaire peut être sévère et durer des mois ou des années.

Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en tout temps. Il n'existe aucun vaccin contre le chikungunya.

Dengue
  • Dans ce pays, la dengue constitue un risque pour les voyageurs toute l'année.  C'est une maladie virale transmise aux humains par les piqûres de moustiques.
  • La dengue peut causer des symptômes grippaux graves. Dans certains cas, elle peut entraîner une fièvre hémorragique, qui peut être mortelle.
  • Le niveau de risque de contracter la dengue change selon les saisons et varie d'une année à l'autre. Après une baisse des cas de dengue signalés dans le monde en 2017 et 2018, les chiffres mondiaux ont encore fortement augmenté.
  • Les moustiques porteurs de la dengue piquent habituellement pendant le jour, particulièrement autour du lever et du coucher du soleil.
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques. Aucun vaccin ou médicament ne protège contre la dengue.
Fièvre de la vallée du Rift

La fièvre de la vallée du Rift est une maladie virale qui peut causer des symptômes graves d'allure grippale. Dans certains cas, elle peut entraîner la mort. Elle se transmet aux humains par le contact avec le sang ou les tissus d'un animal infecté, par la piqûre d'un moustique infecté, ou par la consommation de lait ou de produits laitiers non pasteurisés. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques et évitez le contact avec des animaux infectés ainsi que la consommation de lait ou de produits laitiers non pasteurisés. Il n'existe aucun vaccin contre la fièvre de la vallée du Rift.

Leishmaniose viscérale

La leishmaniose viscérale (ou kala­azar) touche principalement la moelle osseuse et les organes internes. La leishmaniose est causée par un parasite transmis par la piqûre d'un phlébotome (moucheron de sable) femelle infecté. Cette forme de la maladie peut également être transmise par une transfusion de sang contaminé ou par le partage de seringues contaminées. En l'absence de traitement, la maladie peut entraîner la mort. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Protégez-vous contre les piqûres de phlébotomes, qui se nourrissent habituellement après le coucher du soleil dans les régions rurales et boisées ainsi que dans certains centres urbains. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la leishmaniose.


Paludisme

Paludisme

  • Il y a un risque de paludisme tout au long de l'année dans l'ensemble du pays.
  • Le paludisme est une maladie grave et parfois mortelle qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.  Il n'existe aucun vaccin contre le paludisme.
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en recouvrant la peau exposée, en utilisant un insectifuge et en restant dans des endroits dont toutes les ouvertures sont pourvues de moustiquaires ou dans des endroits fermés et climatisés. Vous pouvez également envisager de dormir sous une moustiquaire traitée par un insecticide ou de porter des vêtements de voyage imprégnés d'insecticide.
  • Consultez un professionnel de la santé ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ pour discuter de la possibilité de prendre des antipaludéens et déterminer lesquels sont indiqués.

Animaux

Animaux et maladies

Les voyageurs doivent éviter tout contact avec les animaux, y compris les chiens, les singes, les serpents, les rongeurs, les oiseaux et les chauves-souris. Certaines infections, telles que l'Ebola, la grippe aviaire ou la rage, sévissent dans certaines régions en Afrique de l'Est, et peuvent être transmises entre les humains et les animaux.


Personne à personne

Infections de personne à personne

Le fait de se trouver en présence de nombreuses personnes peut accroître le risque de certaines maladies. N'oubliez pas de vous laver les mains souvent et d'observer les règles d'hygiène lorsque vous toussez ou éternuez afin d'éviter de contracter le rhume, la grippe ou d'autres maladies.

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) et le VIH se transmettent par contact avec du sang ou des liquides corporels; adoptez des pratiques sexuelles protégées.

Tuberculose

La tuberculose est une infection causée par une bactérie qui touche habituellement les poumons.

Pour la plupart des voyageurs, le risque de contracter la tuberculose est faible.

Les voyageurs qui pourraient courir un plus grand risque de contracter la tuberculose et qui doivent se rendre dans une région où il existe un risque de tuberculose devraient consulter un professionnel de la santé afin de déterminer quelles sont les mesures à prendre avant et après leur voyage.

Les personnes qui pourraient courir un plus grand risque sont celles qui se rendent ou qui travaillent dans une prison, un camp de réfugiés, un refuge pour sans-abris ou un hôpital, ou les voyageurs qui rendent visite à des amis ou à des membres de leur famille.

VIH

Le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) s'attaque au système immunitaire de l'organisme et l'affaiblit, et donne lieu à une maladie chronique progressive appelée le SIDA (syndrome d'immunodéficience acquise).

Parmi les activités à risque élevé, on compte toutes celles où vous êtes en contact avec du sang ou des liquides organiques, c'est-à-dire des rapports sexuels non protégés, l'exposition à des seringues non stérilisées pour la prise de médicaments ou d'autres substances (par exemple, stéroïdes ou drogues) ou l'exposition à des aiguilles non stérilisées pour le tatouage, le perçage corporel ou l'acupuncture.


Services et établissements médicaux

On trouve de bons établissements médicaux à Nairobi, mais la qualité des soins de santé ailleurs au pays peut varier et l’accès peut être très limité. Les établissements médicaux peuvent exiger une preuve d’assurance ou vous demander de payer le traitement à l’avance.

Souscrivez une assurance voyage qui couvre les frais d’hospitalisation à l’étranger et l’évacuation médicale.

La santé et la sécurité en voyage

À retenir...

La décision de voyager appartient entièrement au voyageur. Le voyageur est également responsable de sa propre sécurité.

Soyez bien préparé(e). Ne vous attendez pas à ce que les services médicaux soient les mêmes que ceux offerts au Canada. Apportez dans vos bagages une trousse de produits de santé pour le voyage, en particulier si vous vous rendez dans des zones éloignées des grands centres urbains.

Lois et coutumes

Lois et coutumes

Vous devez vous conformer aux lois locales.

Renseignez-vous sur ce que vous devez faire et sur l’aide que nous pouvons vous apporter en cas d’arrestation ou de détention à l’étranger.

Contrôles d’identité

Vous devez toujours avoir sur vous des pièces d’identité avec photo ou une photocopie du passeport. Les agents de police et les agents d’immigration ont le droit d’exiger une preuve d’identité, de résidence ou un visa valide. Vous devriez coopérer avec les représentants des autorités s’ils vous demandent vos papiers d’identité. Sur demande des autorités, vous devez fournir une preuve de résidence ou un visa valide sans quoi vous pourriez vous faire arrêter ou avoir à payer une amende. Conservez une photocopie de votre passeport en lieu sûr au cas où vous le perdriez ou qu’il vous soit confisqué.

Bénévolat

Il est illégal d’occuper un emploi ou de faire du bénévolat au Kenya sans permis de travail valide Les autorités kényanes appliquent cette loi avec rigueur. Les personnes reconnues coupables de ce délit sont passibles de lourdes amendes, des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans et la déportation.

Drogues

La possession, l’usage et le trafic de stupéfiants sont sévèrement punis. Les personnes reconnues coupables de ces délits sont passibles de peines allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement ou de lourdes amendes. Vous vous exposez également à des amendes et à une peine d’emprisonnement si l’on vous reconnaît coupable de vous être trouvé dans un endroit où il y avait des stupéfiants, même s’ils ne vous appartenaient pas.

La vente d’alcool et la consommation de boissons alcoolisées dans les lieux publics font l’objet de restrictions sévères.

Consommation de tabac

Il est interdit de fumer dans tous les lieux publics. Les personnes reconnues coupables de cette infraction peuvent se voir imposer d’importantes amendes ou une peine d’emprisonnement.

Faune et flore

Il est formellement interdit d’avoir en sa possession de l’ivoire ou d’autres objets dérivés de la faune ou de la flore, même s’ils ont été achetés en dehors du Kenya. La mise à mort, l’achat, la vente ou l’échange de tout animal sauvage protégé ou de l’une de ses parties sont interdits par la loi. Les contrevenants peuvent être arrêtés et se voir infliger de longues peines d’emprisonnement et de lourdes amendes.

Photographie

Il est interdit de photographier des édifices gouvernementaux, des ambassades et des missions étrangères (y compris le haut-commissariat du Canada), des aéroports, des installations militaires ou d’autres lieux critiques, sous peine d’arrestation ou de détention.

Articles illégaux ou réglementés

Sacs de plastique

Il est interdit d’utiliser, de produire et d’importer des sacs de plastique, y compris les sacs à ordures et les sacs de magasinage. Les contrevenants, y compris les touristes, s’exposent à de très lourdes amendes (jusqu’à 40 000 USD), à des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 2 ans, ou les deux.

Renseignez-vous sur l’interdiction d’utiliser des sacs de plastique.

Armes à feu

Pour porter des armes à feu, il faut obtenir un permis des autorités locales avant d’entrer dans le pays. Les armes à feu sont strictement interdites dans les réserves fauniques et les parcs nationaux.

Matériel pornographique

La possession de matériel pornographique est interdite.

Voyageurs LGBTQ2

La loi du Kenya interdit les actes sexuels entre personnes de même sexe. Les contrevenants s’exposent à de longues peines d’emprisonnement.

Bien que les condamnations de ce genre soient plutôt rares, les membres de la communauté LGBTQ2 sont régulièrement harcelés par la police, et la discrimination sociale fondée sur l’orientation sexuelle est un phénomène répandu.

Les voyageurs LGBTQ2 doivent peser soigneusement les risques que comporte un voyage au Kenya.

Renseignements généraux en matière de sécurité et conseils pour les voyageurs LGBTQ2 à l’étranger

Double citoyenneté

La double citoyenneté est légalement reconnue au Kenya.

Si vous avez à la fois la citoyenneté canadienne et celle Kenyan, nous pourrions être limités dans notre capacité à vous offrir des services consulaires pendant que vous y êtes. Les exigences d’entrée et de sortie peuvent aussi être différentes dans votre cas.

Renseignements généraux pour les voyageurs avec la double citoyenneté

Conduite automobile

Les véhicules roulent à gauche.

Lorsque vous conduisez, vous devez toujours avoir avec vous :

  • votre permis de conduire valide;
  • les documents d’immatriculation du véhicule;
  • une preuve d’assurance valide;
  • un certificat d’inspection valide.

Vous devez présenter ces documents sur demande à l’agent de police.

Il faut avoir au moins 18 ans pour conduire un véhicule automobile privé au Kenya.

Vous pouvez vous servir de votre permis de conduire canadien pendant une période maximale de 90 jours à partir de la date de votre arrivée au Kenya.

Un permis de conduire international est accepté à condition qu’il soit accompagné de l’original de votre permis canadien.

Si vous êtes résident du Kenya, vous pouvez demander un permis de conduire kényan en présentant la preuve que vous détenez un permis de conduire canadien valide.

Pour que votre permis canadien soit accepté, il doit être libellé en anglais ou accompagné d’une traduction certifiée que vous présenterez sur demande.

Tout véhicule automobile privé doit avoir à son bord deux triangles de signalisation d’urgence.

Si un policier vous arrête pour une infraction au Code de la route, il peut vous demander de payer l’amende sur-le-champ. Toutefois, il n’est pas autorisé à accepter de l’argent comptant sans vous remettre un reçu officiel. Si vous n’êtes pas d’accord avec la contravention, vous pouvez vous prévaloir de vos droits. L’agent devrait vous indiquer à quel moment et à quel endroit vous devez vous présenter pour clarifier les choses et régler votre situation. Vous pouvez donc suivre cette procédure.

Plus sur le permis de conduire international

Culture

Faites preuve de bon sens et de discrétion dans votre tenue vestimentaire et votre comportement, en particulier dans la région côtière, où la majorité de la population est musulmane.

Pour ne pas froisser les habitants :

  • habillez-vous sobrement;
  • comportez-vous de façon discrète;
  • respectez les traditions sociales et religieuses.

Ramadan

Pendant le mois lunaire du ramadan (le neuvième mois du calendrier musulman), faites preuve de discrétion lorsque vous buvez, mangez ou fumez dans les lieux publics entre le lever et le coucher du soleil. En 2021, le ramadan devrait commencer autour du 12 avril.

Monnaie

La devise est le shilling du Kenya (KES).

Les guichets automatiques bancaires sont nombreux.

Les cartes de crédit sont acceptées dans les principaux hôtels, mais pas toujours dans les régions reculées.

Bon nombre de banques et d’hôtels changent les devises étrangères. Il est également possible de reconvertir vos shillings du Kenya en devises étrangères à l’aéroport, au moment de votre départ.

M-PESA est une méthode courante de transfert électronique de fonds acceptée dans l’ensemble du Kenya, y compris dans les parcs nationaux. Ces derniers refusent tout paiement en espèces et acceptent habituellement les paiements par carte de crédit. Toutefois, il arrive qu’en raison de problèmes techniques, seuls les paiements effectués au moyen du système M‑PESA sont acceptés.

Les voyageurs qui apportent au Kenya une somme équivalant à 5 000 $ US ou plus doivent fournir des documents indiquant la source de ces fonds et ce à quoi ils sont destinés.

Catastrophes naturelles et climat

Catastrophes naturelles et climat

Saisons des pluies et sécheresses

Le danger naturel le plus répandu au Kenya est la sécheresse, qui touche principalement les régions de l’est et du nord-est du pays, la région côtière et certaines parties de la vallée du Rift.

Le Kenya connaît généralement deux saisons des pluies : l’une s’étend d’octobre à novembre, et l’autre, de la fin mars à la mi-juin. Les inondations saisonnières et les coulées de boue peuvent nuire aux déplacements par voie terrestre et à la prestation des services essentiels. Les routes peuvent devenir impraticables et les ponts, subir des dommages.

Si vous vivez ou voyagez dans les zones touchées :

  • faites preuve de prudence;
  • surveillez les médias locaux et les bulletins météorologiques;
  • suivez les directives des autorités locales.

Volcans et tremblements de terre

L’activité volcanique et sismique dans la région peut entraîner des catastrophes naturelles. Bien qu’aucun incident n’ait été signalé récemment, prêtez attention à tous les avertissements.

Assistance

Assistance

Services locaux

Services d’urgence

Il n’existe pas de numéro centralisé fiable pour accéder aux services d’urgence. Faites les recherches nécessaires et ayez sur vous les coordonnées de la police et des établissements médicaux locaux.

Aide consulaire

Afin de réduire la propagation de la COVID-19, le Haut-commissariat du Canada au Kenya ne fournit présentement que des services d’urgence. Si vous avez besoin d’une aide consulaire, communiquez avec le haut-commissariat par courriel ou par téléphone.

Nairobi - Haut-commissariat du Canada
AdresseLimuru Road, Gigiri, Nairobi, KenyaAdresse postaleC.P. 1013, Nairobi, 00621, Kenya,Téléphone254 (20) 366-3000Télécopieur254 (20) 366-3900Courrielnrobi.consulaire@international.gc.caInternetwww.canadainternational.gc.ca/kenya/ServicesDes services de passeport sont offertsTwitter@HCCanKenya

Pour obtenir une aide consulaire d'urgence, téléphonez au Haut-commissariat du Canada à Nairobi et suivez les instructions qui vous seront données. À tout moment, vous pouvez aussi communiquer avec le Centre de surveillance et d'intervention d’urgence à Ottawa.


La décision de voyager est un choix qui vous appartient, et vous avez la responsabilité de veiller à votre sécurité personnelle à l’étranger. Nous prenons très au sérieux la sécurité des Canadiens à l’étranger et nous diffusons des renseignements fiables et à jour dans nos Conseils aux voyageurs, afin que vous puissiez prendre des décisions éclairées au sujet de vos voyages à l’étranger.

Le contenu de cette page est fourni à titre d’information seulement. Nous faisons tout en notre pouvoir pour vous donner de l’information exacte, mais celle-ci est fournie « telle quelle », sans garantie d’aucune sorte, ni explicite ni implicite. Le gouvernement du Canada n’assume aucune responsabilité et ne pourra être tenu responsable d’aucun préjudice découlant de cette information.

Si vous avez besoin d’aide consulaire à l’étranger, nous ferons de notre mieux pour vous aider. Cependant, certaines contraintes peuvent restreindre la capacité du gouvernement du Canada de fournir ses services.

Renseignez-vous davantage sur les services consulaires canadiens.

Date de modification :