Honduras

Dernière mise à jour :
ET
Toujours valide :
ET
Dernière mise à jour :
Les présents Conseils aux voyageurs ont été mis à jour à la suite d’un examen minutieux.
Avertissements

Avertissements

HONDURAS - Faites preuve d'une grande prudence

Aucun avertissement n’est en vigueur pour l’ensemble du Honduras. Il convient toutefois de faire preuve d’une grande prudence en raison des crimes violents.

 

Avertissement régional pour certaines régions de Valle, de Choluteca et d'Olancho

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada recommande d’éviter tout voyage à San Francisco de Coray et à Langue dans le département de Valle; à Orocuina, à Apacilagua et à Morolica dans le département de Choluteca; et à San Francisco de la Paz et à Gualaco dans le département d’Olancho, en raison des taux élevés de criminalité et de violence.




Sécurité

Sécurité

La décision de voyager relève de vous seul. C’est également à vous seul qu’il incombe de veiller à votre sécurité personnelle à l’étranger. Le gouvernement du Canada prend très au sérieux la sécurité des Canadiens à l’étranger et diffuse des renseignements fiables et à jour dans ses Conseils aux voyageurs. Dans l’éventualité où une situation de crise nécessiterait une évacuation, la politique du gouvernement du Canada consiste à assurer le transport sécuritaire des ressortissants canadiens jusqu’au lieu sûr le plus proche. Le gouvernement du Canada ne vous aidera à quitter un pays ou une région qu’en dernier recours, lorsque tous les moyens de transport commerciaux et personnels auront été épuisés. Ce service est offert contre recouvrement des coûts, et vous devrez assumer les frais associés à la poursuite de votre voyage. Les situations varient d’un pays à l’autre et les ressources du gouvernement pourraient, dans certains cas, être soumises à des contraintes susceptibles de limiter son aptitude à offrir de l’aide, notamment dans un pays ou une région où le risque de conflit violent ou d’instabilité politique est élevé.

Criminalité

Faites preuve d’une grande prudence dans l’ensemble du Honduras, car le pays a l’un des taux d’homicides les plus élevés du monde. Le trafic de stupéfiants et le crime organisé transnational ainsi que la présence de gangs de rue constituent des risques importants en matière de sécurité et contribuent au taux de criminalité élevé. Les taux d’arrestation et de condamnation des criminels restent bas. Une proportion importante des habitants possèdent des armes. Les armes à feu et d’autres armes comme les machettes et les couteaux sont souvent utilisées pour commettre des vols qualifiés. Si des voleurs vous menacent, ne tentez pas de vous défendre. Des victimes qui ont résisté à leurs agresseurs ont été blessées ou ont même perdu la vie.

Les crimes violents (vols à main armée, enlèvements, détournements de voitures, braquages de domicile, agressions sexuelles et autres) sont fréquents. On signale aussi des attaques à main armée contre des navires. Bien qu’ils ne soient habituellement pas ciblés par les criminels, il arrive que des touristes soient victimes de crimes dans des grandes villes et dans des secteurs touristiques, surtout la nuit. Faites preuve d’une vigilance accrue dans les départements qui longent la côte atlantique et la frontière du Guatemala, dans les départements de Gracias a Dios, d’Olancho et de Colón dans l’est du pays ainsi que dans les zones rurales du nord de Nacaome dans le département de Valle et du nord de Choluteca dans le département du même nom. Faites preuve d’une prudence accrue dans les villes de San Pedro Sula (notamment à bord des véhicules quittant l’aéroport), dans les îles de la Baie (qui incluent Roatán, Útila et Guanaja), à Trujillo et à Tegucigalpa.

Sur l’île de Roatán, des voleurs ont ciblé des maisons ainsi que des résidences louées à long terme. Depuis 2009, trois Canadiens ont été tués dans les îles de la Baie. Les voyageurs qui visitent ces îles doivent se montrer particulièrement vigilants dans les zones côtières non habitées et éviter de marcher sur les plages isolées, surtout la nuit. Des étrangers ont été agressés sur les plages des îles de la Baie et le long de la côte atlantique.

Des voyageurs ont été agressés après avoir été suivis. Faites preuve de discrétion lorsque vous discutez de vos projets de voyage en public. Méfiez-vous des étrangers et des nouvelles connaissances et redoublez de prudence lorsqu’on vous offre de vous conduire quelque part ou qu’on vous lance une invitation. Restez sur vos gardes en tout temps, surtout après la tombée du jour et lorsque vous voyagez en solitaire.

Ne laissez jamais des aliments ou des boissons sans surveillance, et ne les confiez pas à des étrangers. Méfiez-vous des collations, boissons, gommes à mâcher ou cigarettes offertes par de nouvelles connaissances. Elles pourraient contenir de la drogue et vous exposer au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle.

Dans les lieux de villégiature, restez sur les plages surveillées et ne vous aventurez pas dans les endroits isolés ou déserts. Il est fortement déconseillé de faire de l’auto‑stop où que ce soit dans le pays. Les campeurs devraient toujours rester sur des terrains bien éclairés qui font l’objet de patrouilles de sécurité. Promenez‑vous en groupe autant que possible, car on rapporte des attaques contre des touristes qui circulaient seuls.

Les délits mineurs comme les vols à la tire et les vols de sac à l’arraché sont fréquents. Faites preuve d’une grande prudence en tout temps, notamment près des hôtels, des aéroports, des gares d’autobus, des centres commerciaux et d’autres lieux publics. Évitez de faire étalage de richesse, par exemple en laissant voir vos bijoux, montres, appareils photo ou téléphones, votre argent comptant ou vos cartes bancaires ou de crédit. N’utilisez que les guichets automatiques bancaires qui se trouvent dans des endroits publics bien éclairés ou dans des banques, et ne le faites que durant le jour. Soyez sur vos gardes après avoir utilisé un guichet automatique bancaire et évitez de transporter d’importantes sommes d’argent. Évitez de marcher ou de voyager seul après la tombée de la nuit, surtout dans les deux plus grandes villes du pays – Tegucigalpa et San Pedro Sula – et leurs environs, ainsi que dans les départements d’Atlántida, de Cortés, de Colón, de Yoro, de Copán, d’Ocotepeque, de Gracias a Dios et d’Olancho.

Assurez-vous que vos effets personnels, votre passeport et vos autres documents de voyage sont en sécurité en tout temps. Ne transportez que des photocopies de vos documents de voyage et laissez les originaux dans un coffre‑fort sécuritaire à l’hôtel.

Le trafic de stupéfiants et la violence qui en découle constituent une menace pour la sécurité des voyageurs dans les départements de Colón, de Gracias a Dios et d’Olancho dans le nord du pays, qui comptent parmi les départements les plus violents du Honduras. Soyez particulièrement vigilant dans ces régions, car on y rapporte divers incidents, y compris des barrages routiers et des affrontements violents liés à des litiges fonciers, en particulier dans la vallée de l’Aguán, dans les départements de Colón et de Yoro, et sur la côte nord près de Trujillo.

Faites preuve de prudence également le long des frontières du Guatemala, du Salvador et du Nicaragua, et ne passez que par les postes frontaliers officiels. Il est préférable de traverser la frontière le matin, car les postes frontaliers ferment parfois subitement en début de soirée.

Le système judiciaire et les services d’enquête criminelle manquent de personnel, d’équipement et de ressources, et n’ont donc pas la capacité voulue pour lutter contre le crime. Faites preuve de vigilance lorsque vous avez affaire aux forces policières, car certains policiers sont corrompus.

Manifestations

Il se produit parfois des manifestations et des grèves à propos de divers griefs dans la capitale et d’autres villes du pays et celles-ci pourraient entraîner des perturbations de la circulation. Sur l’île de Roatán, les manifestations sont fréquentes et ont occasionné la fermeture de l’aéroport international. Les manifestations dégénèrent parfois en scènes de violence dans les rues. Évitez les manifestations et les grands rassemblements, soyez vigilant, faites preuve de prudence et informez‑vous au sujet d’éventuels barrages routiers.

Mines terrestres

Tous les projets prévus dans le cadre de la destruction de mines antipersonnel au Honduras ont pris fin en 2004. On n’a signalé aucun incident lié à des mines terrestres depuis 2012; la prudence est toutefois de mise le long de la frontière entre le Honduras et le Nicaragua, surtout dans la région de Río Coco, dans les départements de Choluteca et d’El Paraíso et près de la côte atlantique. Pour vous déplacer, n’empruntez que les grandes routes et les postes frontaliers officiels.

Frais de passage à la frontière

Afin d’éviter de devoir payer des frais excessifs aux postes frontaliers, vérifiez les tarifs exacts auprès de l’ambassade ou du consulat de chaque pays que vous souhaitez visiter avant de vous présenter à la frontière.

Transport routier

Des vols qualifiés et des détournements de voitures et d’autobus se produisent sur les routes honduriennes. Vous devriez éviter d’utiliser les transports en commun interurbains, mais si vous le faites, il est recommandé de recourir à un transporteur qui offre une liaison directe et sans escale entre votre point de départ et votre destination. Si vous conduisez, faites preuve d’une grande vigilance sur toutes les routes, et planifiez vos déplacements de manière à partir et à arriver de jour. Tenez compte des éventuels retards sur le réseau routier que causent les fréquents accidents de voiture, les camions qui circulent lentement, les véhicules surchargés, le mauvais état des routes et la circulation très dense à San Pedro Sula et à Tegucigalpa.

Des vols à main armée et des agressions se produisent fréquemment le long de la route 41 qui va de Los Limones à La Unión dans le département d’Olancho et, vers le nord, en passant par Yoro, à Saba dans le département de Colón; dans la vallée de Sula dans le nord du Honduras; et sur la route 39 entre Gualaco et Bonito Oriental dans le département d’Olancho. Évitez les routes qui sont en mauvais état et ne passez pas par des zones isolées, notamment les routes qui vont d’El Porvenir dans le département de Francisco Morazán à Yorita dans le département de Yoro; de Marcala dans le département de La Paz à La Esperanza dans le département d’Intibucá et la route d’Orocuina à Morolica dans le département de Choluteca. Faites preuve d’une grande prudence sur les routes qui vont à El Progreso, à Tela, à Trujillo et à La Ceiba,  ainsi que sur la route qui traverse Santa Bárbara. Les grandes routes entre les villes et les villages sont plus sûres que les routes isolées.

De nombreuses routes ont été endommagées par les pluies abondantes, les inondations, les glissements de terrain et l’effondrement de ponts. Les routes sont souvent mal délimitées et mal éclairées. Évitez la conduite de nuit, car les véhicules sont souvent munis de phares défectueux, et il n’est pas rare de rencontrer des animaux ou des piétons sur les routes la nuit. Les accidents de la circulation sont une cause fréquente de décès et de blessures. Les conducteurs impliqués dans un accident de la route ayant causé des blessures graves à quelqu’un peuvent être détenus, qu’ils soient coupables ou non.

Les routes les plus dangereuses sont celles qui relient Tegucigalpa à Choluteca (routes de montagne sinueuses à deux voies); El Progreso à La Ceiba (passages d’animaux et ponts en mauvais état), et Chamelecón (juste au sud de San Pedro Sula) à Copán (route de montagne sinueuse et mal entretenue). Munissez-vous d’un téléphone pour les situations d’urgence et ne voyagez que de jour.

Il arrive que des voleurs se fassent passer pour des victimes d’accidents. Par conséquent, ne vous arrêtez pas si vous voyez un corps allongé au bord de la route. Signalez‑le plutôt au poste de police le plus proche. Soyez sur vos gardes si la police vous interpelle, car des membres de gang ou d’autres criminels se déguisent parfois en agents de police. Lorsque vous roulez, gardez toujours les vitres levées et les portières verrouillées. Aux barrages routiers, vérifiez l’identité des personnes qui vous arrêtent avant de baisser la vitre ou d’ouvrir la portière.

Transports publics

La plupart des autobus urbains et des taxis collectifs sont mal entretenus, et les chauffeurs conduisent de façon dangereuse. Les accidents sont fréquents. Il arrive régulièrement que des malfaiteurs montent à bord d’un autobus pour voler l’ensemble des passagers et même abattre un passager ou le chauffeur. Plusieurs autobus ont été incendiés intentionnellement depuis 2013. Les gens qui se déplacent en taxis collectifs (colectivos) sont régulièrement agressés et volés par des criminels qui se font passer pour des passagers.

Pour vos déplacements interurbains, n’empruntez que les autobus d’entreprises privées bien établies.

Recourez à un service de taxi réputé qui vous permet de vous rendre à destination sans avoir à vous arrêter où que ce soit. Ne partagez jamais de taxi avec des inconnus. Notez le nom du chauffeur et le numéro d’immatriculation du véhicule. Convenez avec le chauffeur qu’il ne prendra aucun autre passager en cours de route et négociez le tarif à l’avance.

Consulter Sécurité des transports pour vérifier si les transporteurs aériens nationaux répondent aux normes de sécurité.

Transport maritime

Au large de la côte nord-est du Honduras, des bateaux de plaisance ont été la cible d’attaques à main armée par des criminels se faisant passer pour des pêcheurs. Les plaisanciers doivent communiquer avec les autorités locales pour de l’information à jour sur cette question.

Renseignements généraux en matière de sécurité

La plongée sous-marine et les autres sports d'aventure ne devraient être pratiqués que sous la supervision d'une entreprise bien établie. Si vous avez le moindre doute quant à la sécurité des installations et du matériel, évitez de vous en servir.

Services d’urgence

Composez le 911 pour joindre la police locale ou tout autre service d’urgence. Les policiers ne réagissent pas toujours rapidement et adéquatement aux actes criminels, et ne parlent généralement ni le français ni l’anglais.

Il y a un service de police touristique à Tegucigalpa, à Roatán, à La Ceiba, à Copán, à Tela, à Choluteca et à San Pedro Sula.

Exigences d'entrée et de sortie

Exigences d'entrée et de sortie

La décision de laisser entrer les voyageurs étrangers relève exclusivement de la compétence de chaque pays ou région. Les agents consulaires canadiens ne peuvent pas intervenir en votre nom si vous ne satisfaites pas aux exigences d’entrée. Les renseignements qui suivent au sujet des conditions d’entrée et de sortie ont été obtenus des autorités honduriennes. Toutefois, ces exigences pourraient changer à tout moment. C’est à vous qu’il incombe de vérifier la validité de ces renseignements auprès de l’ambassade de la République du Honduras ou de l’un de ses consulats.

Les titulaires de passeports officiels (spéciaux et diplomatiques) doivent consulter la page Voyages officiels car ils pourraient être assujettis à des exigences d'entrée différentes.

Passeport

Les Canadiens qui se rendent au Honduras doivent présenter un passeport qui sera valide pendant au moins six mois après la date prévue de leur départ du Honduras.

Visas

Visa de touriste : non exigé pour un séjour de 90 jours ou moins
Visa d'affaires : non exigé pour un séjour de 30 jours ou moins
Visa d'étudiant : non exigé

Les voyageurs qui ont l'intention d'étudier au Honduras peuvent faire une demande de permis d'études auprès des services d'immigration une fois arrivés au pays.

Accord sur la libre circulation en Amérique centreal (C-4)

En vertu de l’accord sur la libre circulation en Amérique centrale (C-4), les touristes canadiens peuvent voyager dans n’importe quel pays du C-4 (Honduras, Nicaragua, Salvador et Guatemala) pour une période allant jusqu’à 90 jours, sans avoir à se plier aux formalités d’entrée et de sortie aux postes frontaliers. La période de 90 jours débute au moment de l’entrée dans l’un de ces quatre pays. Les voyageurs dont le séjour excède 90 jours doivent s’attendre à payer une amende. Il est possible d’obtenir une prolongation de 90 jours à raison d’une fois par année. Si vous vous trouvez au Honduras au moment où la limite de 90 jours est sur le point d’expirer, vous devez présenter une demande de prolongation et payer les droits exigibles aux autorités de l’immigration, lesquelles décideront de la durée de cette prolongation.

Taxe de départ

La taxe de départ d’environ 40 $ US (ou l’équivalent en lempiras), qui s’applique à tous les vols internationaux, peut être acquittée en espèces ou par carte de crédit.

Les enfants et le voyage

Toute personne de moins de 18 ans qui a la double citoyenneté ou qui réside au Honduras et veut quitter le pays seule ou accompagnée d’un seul de ses parents doit fournir un document officiel attestant le consentement de ses deux parents (si cette personne voyage seule) ou du parent qui reste au pays (si cette personne est accompagnée d’un seul de ses parents).

Consulter Enfants pour plus de détails.

Fièvre jaune

Certains pays exigent la présentation d’une preuve de vaccination contre la fièvre jaune avant de permettre l’entrée. Veuillez consulter la liste par pays de l’Organisation mondiale de la Santé (en anglais) pour connaître les exigences de ce pays.

Santé

Santé

Conseil de santé aux voyageurs
Consultez un fournisseur de soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ.
Vaccins

Vaccins administrés systématiquement

Assurez-vous que votre vaccination est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccins recommandés

Vous pourriez être à risque de contracter ces maladies évitables par la vaccination lors de votre voyage dans ce pays. Adressez-vous à votre professionnel de santé-voyage pour savoir si ces vaccins vous conviennent.

Grippe

La grippe saisonnière sévit partout dans le monde. La saison grippale est de novembre à avril dans l'hémisphère Nord, d'avril à octobre dans l'hémisphère Sud et elle dure toute l'année dans les tropiques. La grippe (influenza) est causée par un virus qui se transmet d'une personne à l'autre par la toux ou les éternuements ou par le contact avec des objets et surfaces contaminés. Faites-vous vacciner contre la grippe. Faites-vous vacciner contre la grippe.

Hépatite A

L'hépatite A est une maladie du foie qui se propage par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés, ou par le contact avec une personne infectée. Tous les voyageurs qui se rendent dans des régions où il existe un risque de contracter l'hépatite A devraient être vaccinés.

Hépatite B

L'hépatite B est une maladie du foie qui se propage par le sang ou les autres liquides corporels. Tous les voyageurs qui pourraient y être exposés (rapports sexuels, traitement médical, partage d'aiguilles, tatouage, acuponcture ou exposition professionnelle) devraient être vaccinés.

Rage

La rage est une maladie fatale qui se transmet aux humains par une morsure, une griffure ou l'exposition à la salive d'un animal atteint de la rage. Les voyageurs qui comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de contracter la rage et qui pourraient courir un risque élevé d'être exposés à la maladie (c'est-à-dire les personnes en contact étroit avec des animaux, les personnes pour lesquelles il existe un risque professionnel et les enfants) devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.

Rougeole

La rougeole est une maladie virale qui est très contagieuse. Elle s'agit d'une maladie courante dans la plupart des régions du monde. Assurez-vous que votre vaccination contre la rougeole est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccination contre la fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie causée par un flavivirus qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.

Les voyageurs se font vacciner soit parce qu'il s'agit d'une exigence pour entrer dans certains pays, soit parce qu'il est recommandé de le faire pour se protéger contre la fièvre jaune.

* Il est important de souligner que les exigences liées à l'entrée dans un pays pourraient ne pas correspondre à votre risque de contracter la fièvre jaune à cet endroit. Il est également recommandé de communiquer avec la mission diplomatique ou consulaire de la ou des destinations où vous comptez vous rendre pour vérifier s'il y a d'autres exigences d'entrée.
Risque
  • Il n'y a aucun risque de fièvre jaune dans ce pays.
Les exigences liées à l'entrée*
  • Une preuve de vaccination est exigée des voyageurs en provenance des pays où sévit la fièvre jaune ou ayant transité par un aéroport de ces pays.
Recommandation
  • La vaccination n'est pas recommandée.
  • Discutez de vos plans, de vos activités et de vos destinations de voyage avec un professionnel de la santé.
Eau/aliments

Maladies d'origine alimentaire et hydrique

Les personnes qui se rendent à n'importe quelle destination mondiale peuvent développer la diarrhée du voyageur en consommant de l'eau ou des aliments contaminés.

Dans certaines régions en Amérique centrale et au Mexique, l'eau et les aliments peuvent aussi être porteurs de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde et l'hépatite A. Faites attention à ce que vous mangez et buvez lorsque vous vous rendez en Amérique centrale et au Mexique. Rappelez-vous : N'ingérez rien qui n'ait été bouilli, cuit ou pelé!

Diarrhée du voyageur
  • La diarrhée du voyageur est la maladie qui touche le plus fréquemment les voyageurs. Elle se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés.
  • Le risque de contracter la diarrhée du voyageur est accru dans les régions où les conditions de salubrité et d'hygiène sont déficientes. Faites attention à ce que vous mangez et buvez.
  • Le traitement le plus important contre la diarrhée du voyageur est la réhydratation (buvez beaucoup de liquides). Apportez des sels pour réhydratation orale lors de votre voyage.
Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne qui se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés. Les jeunes voyageurs ainsi que les personnes qui se rendent dans des zones rurales, qui visitent des amis et des parents ou qui ont un système immunitaire affaibli pourraient courir un risque plus élevé de contracter l'infection. Si elles comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de fièvre typhoïde, en particulier si elles se rendent à des endroits où les conditions d'hygiène sont mauvaises, les personnes qui courent un risque élevé de contracter la maladie devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.


Insectes

Insectes et maladies

Dans certaines régions de l'Amérique centrale et du Mexique, certains insectes sont porteurs de maladies comme la chikungunya, la dengue, la leishmaniose, l'onchocercose (cécité des rivières), le paludisme, la trypanosomiase américaine (maladie de Chagas) et le virus du Nil occidental.

Il est recommandé aux voyageurs de prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre les piqûres d'insectes.

Chikungunya

Il y a présentement une éclosion de chikungunya dans ce pays. Le chikungunya est une maladie virale qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté et provoque habituellement de la fièvre et des douleurs articulaires de type arthritique. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques, notamment au lever et au coucher du soleil. Il n'existe aucun vaccin contre le chikungunya.

Dengue
  • La dengue est présente dans ce pays. La dengue est une maladie virale qui peut provoquer des symptômes graves d'allure grippale. Dans certains cas, elle peut entraîner une fièvre dengue hémorragique qui peut être mortelle.
  • Le risque de contraction est plus élevé durant le jour, notamment au lever et au coucher du soleil.
  • Protégez­-vous contre les piqûres de moustiques. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la dengue.

Paludisme

Paludisme

  • Il y a un risque de paludisme dans certaines zones de ce pays et/ou pendant une période particulière de l'année.
  • Le paludisme est une maladie grave et parfois mortelle qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.  Il n'existe aucun vaccin contre le paludisme. 
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en recouvrant la peau exposée, en utilisant un insectifuge et en restant dans des endroits fermés et climatisés. Vous pouvez également traiter vos vêtements et affaires de voyage à l'insecticide et dormir sous une moustiquaire traitée à l'insecticide.
  • Des antipaludéens pourraient être indiqués, selon votre itinéraire et la période de l'année où vous vous rendez dans le pays. Consultez un professionnel de la santé ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ pour vérifier quels sont vos besoins.

Animaux

Animaux et maladies

Les voyageurs doivent éviter tout contact avec les animaux, y compris les chiens, les singes, les serpents, les rongeurs, les oiseaux et les chauves-souris. Certaines infections, telle que la rage, sévissent dans certaines régions en Amérique centrale et au Mexique et peuvent être transmises entre les humains et les animaux.


Personne à personne

Infections de personne à personne

Le fait de se trouver en présence de nombreuses personnes peut accroître le risque de certaines maladies. N'oubliez pas de vous laver les mains souvent et d'observer les règles d'hygiène lorsque vous toussez ou éternuez afin d'éviter de contracter le rhume, la grippe ou d'autres maladies.

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) et le VIH se transmettent par contact avec du sang ou des liquides corporels; adoptez des pratiques sexuelles protégées.

Tuberculose

La tuberculose est une infection causée par une bactérie qui touche habituellement les poumons.

Pour la plupart des voyageurs, le risque de contracter la tuberculose est faible.

Les voyageurs qui pourraient courir un plus grand risque de contracter la tuberculose et qui doivent se rendre dans une région où il existe un risque de tuberculose devraient consulter un professionnel de la santé afin de déterminer quelles sont les mesures à prendre avant et après leur voyage.

Les personnes qui pourraient courir un plus grand risque sont celles qui se rendent ou qui travaillent dans une prison, un camp de réfugiés, un refuge pour sans-abris ou un hôpital, ou les voyageurs qui rendent visite à des amis ou à des membres de leur famille.

VIH

Le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) s'attaque au système immunitaire de l'organisme et l'affaiblit, et donne lieu à une maladie chronique progressive appelée le SIDA (syndrome d'immunodéficience acquise).

Parmi les activités à risque élevé, on compte toutes celles où vous êtes en contact avec du sang ou des liquides organiques, c'est-à-dire des rapports sexuels non protégés, l'exposition à des seringues non stérilisées pour la prise de médicaments ou d'autres substances (par exemple, stéroïdes ou drogues) ou l'exposition à des aiguilles non stérilisées pour le tatouage, le perçage corporel ou l'acupuncture.


Services et établissements médicaux

Services et établissements médicaux

Les hôpitaux et les cliniques privés en milieu urbain (comme à Tegucigalpa et à San Pedro Sula) disposent souvent de plus de personnel et d’équipement que les établissements publics et ceux des campagnes.

Les médecins et les hôpitaux s’attendent souvent à être payés sur-le-champ et en argent comptant. Les cartes de crédit sont habituellement acceptées. Les établissements médicaux dans les îles de la Baie sont extrêmement limités.

 

À retenir...

La décision de voyager appartient entièrement au voyageur. Le voyageur est également responsable de sa propre sécurité.

Soyez bien préparé(e). Ne vous attendez pas à ce que les services médicaux soient les mêmes que ceux offerts au Canada. Apportez dans vos bagages une trousse de produits de santé pour le voyage, en particulier si vous vous rendez dans des zones éloignées des grands centres urbains.

Lois et coutumes

Lois et coutumes

Vous devez vous conformer aux lois locales. Consulter Arrestation et détention pour plus de détails.

Lois

La loi hondurienne interdit l’exportation d’armes à feu, d’antiquités, d’artefacts de l’époque précoloniale, de certaines espèces d’oiseaux, de plumes et d’autres éléments de la flore ou de la faune.

Vous devez être muni d’un permis de conduire international.

Monnaie

La devise est le lempira (HNL). Il n’est pas possible de changer des dollars canadiens au Honduras. Par contre, on peut facilement changer des dollars américains ou des chèques de voyage en dollars américains. Bien que le passeport soit nécessaire pour toute transaction, les institutions financières acceptent une copie certifiée de la page d’identification de votre passeport. Les cartes de crédit sont acceptées presque partout.

Catastrophes naturelles et climat

Catastrophes naturelles et climat

La saison des ouragans s’étend de juin jusqu’à la fin de novembre. Le National Hurricane Center (en anglais) fournit plus de détails sur les conditions météorologiques. Surveillez les prévisions météorologiques et suivez les instructions des autorités locales.

Pendant la saison des pluies, qui s’étend de mai jusqu’à novembre, les routes principales sont souvent fermées en raison d’éboulements ou d’inondations. Surveillez les bulletins météorologiques régionaux et planifiez vos déplacements en conséquence. Pendant la saison sèche (de décembre à avril), il arrive souvent que l’on ferme des aéroports en raison d’importants feux de forêt. Ceux-ci entraînent par ailleurs une grave pollution de l’air qui peut provoquer des troubles respiratoires.

Le Honduras est situé dans une zone d’activité sismique. Renseignez-vous sur les précautions à prendre en cas de tremblement de terre.

Assistance

Assistance

Tegucigalpa - Ambassade du Canada (Bureau de programme)
Adresse Centro Financiero CITI, 3e étage, Boulevard San Juan Bosco, Colonia Payaquí, Tegucigalpa, Honduras Adresse postale C.P. 3552, Tegucigalpa, Honduras, Téléphone (504) 2232-4551 Télécopieur (504) 2239-7767 Courrieltglpa@international.gc.caServicesPeut fournir des services de passeport limités
San José - Ambassade du Canada
Adresse Centre commercial exécutif La Sabana, édifice No. 5, 3ième étage, derrière la Contraloría General de la República, San José, Costa Rica Adresse postale C.P. 351-1007, San José, Costa Rica, Téléphone 506 2242-4400 Télécopieur 506 2242-4410 Courrielsjcra@international.gc.caInternetcostarica.gc.caServicesDes services de passeport sont offertsFacebookAmbassade du Canada au Costa Rica, Nicaragua et HondurasTwitter@AmbCanChili

Pour obtenir une aide d'urgence en dehors des heures de bureau, appelez l'ambassade du Canada à Tegucigalpa et suivez les instructions qui vous seront données. Vous pouvez aussi appeler le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence à Ottawa, à frais virés, au 613-996-8885.

Date de modification :