Colombie

Dernière mise à jour :
ET
Toujours valide :
ET
Dernière mise à jour :
Un changement mineur a été apporté au contenu.
Avertissements

Avertissements

COLOMBIE - Faites preuve d'une grande prudence


Aucun avertissement n’est en vigueur pour l’ensemble de la Colombie. Il convient toutefois de faire preuve d’une grande prudence en raison du caractère imprévisible des conditions de sécurité.

 

Avertissement régional

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada recommande d'éviter tout voyage :

- Dans la plupart des régions rurales de la Colombie en raison de la présence de groupes armés illégaux et de la volatilité des conditions de sécurité.

On peut exclure de cette mise en garde certains secteurs de la zone de production de café située au sud-ouest de Bogotá (Risaralda, Quindío et Caldas) ainsi que les centres de villégiature qui possèdent une industrie touristique bien développée, comme les îles de San Andrés et de Providencia, les Îles Rosario au large du littoral atlantique, ainsi que les villégiatures amazoniennes situées près de Leticia.

- Dans les départements d’Antioquia (sauf à Medellín), Arauca, Cauca, Caquetá, Chocó, Cordoba (sauf à Monteria), Guaviare, Huila, Meta, Nariño (sauf à Pasto), Norte de Santander (sauf à Cúcuta), Putumayo, Santander (sauf à Bucaramanga), Tolima, Valle del Cauca (sauf à Cali), Vichada ainsi que dans les parties sud de La Guajira en raison de la présence de groupes armés illégaux.

Veuillez consulter l’onglet Sécurité pour plus de détails.

Sécurité

Sécurité

La décision de voyager relève de vous seul. C’est également à vous seul qu’il incombe de veiller à votre sécurité personnelle à l’étranger. Le gouvernement du Canada prend très au sérieux la sécurité des Canadiens à l’étranger et diffuse des renseignements fiables et à jour dans ses Conseils aux voyageurs. Dans l’éventualité où une situation de crise nécessiterait une évacuation, la politique du gouvernement du Canada consiste à assurer le transport sécuritaire des ressortissants canadiens jusqu’au lieu sûr le plus proche. Le gouvernement du Canada ne vous aidera à quitter un pays ou une région qu’en dernier recours, lorsque tous les moyens de transport commerciaux et personnels auront été épuisés. Ce service est offert contre recouvrement des coûts, et vous devrez assumer les frais associés à la poursuite de votre voyage. Les situations varient d’un pays à l’autre et les ressources du gouvernement pourraient, dans certains cas, être soumises à des contraintes susceptibles de limiter son aptitude à offrir de l’aide, notamment dans un pays ou une région où le risque de conflit violent ou d’instabilité politique est élevé.

Groupes armés illégaux (voir l’avertissement)

La présence de trafiquants de stupéfiants armés, de groupes de guérilleros, dont les Forces armées révolutionnaires de Colombie et l’Armée de libération nationale, et d’autres groupes armés fait peser un risque élevé sur la sécurité des voyageurs, surtout dans les régions rurales. Ces groupes continuent de perpétrer des attaques, des extorsions, des enlèvements et des attentats à la voiture piégée, et de s’attaquer aux infrastructures. Les guérilleros ont encore recours aux mines antipersonnel.

Si vous envisagez de vous rendre dans des régions éloignées pour faire de l’écotourisme ou visiter des sites archéologiques malgré cet avertissement, assurez-vous d’être accompagné d’un guide touristique expérimenté et digne de confiance. Préparez votre itinéraire bien avant la date de votre départ et demandez des conseils de professionnels en matière de sécurité. Évitez de vous déplacer après la tombée de la nuit, restez dans les endroits fréquentés par les touristes et suivez les conseils des autorités locales. Veuillez prendre note que les autorités locales pourraient vous refuser l’accès à certains secteurs en raison de nouvelles menaces à la sécurité.

Terrorisme

Deux groupes terroristes connus sont actifs en Colombie : les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) et l’Armée de libération nationale (ELN). Les cibles éventuelles d’attentats terroristes comprennent les véhicules et installations des forces armées et de la police, les restaurants, les garages souterrains, les boîtes de nuit, les hôtels, les banques, les centres commerciaux, les véhicules de transport en commun, les édifices gouvernementaux et les aéroports des grandes villes. Le gouvernement de la Colombie poursuit les négociations avec les FARC pour mettre fin au conflit; toutefois, aucun cessez-le-feu n’est en vigueur à l’heure actuelle. Faites preuve de vigilance, tenez-vous à l’écart de tout paquet ou colis abandonné et prévenez au besoin le personnel de sécurité. Suivez les conseils des autorités locales et surveillez l’évolution de la situation dans les médias. Évitez de vous rendre dans des régions du pays faisant l’objet d’un avertissement.

Criminalité

Bien qu’on note des améliorations importantes en ce qui concerne les conditions de sécurité en Colombie, les crimes mineurs et les crimes violents (dont le vol à la tire, les agressions, les vols, les attentats à la voiture piégée, la piraterie routière et les meurtres) demeurent courants à la grandeur du pays. Soyez extrêmement prudent, habillez-vous modestement, évitez de porter des bijoux et gardez vos caméras, appareils photo et autres appareils électroniques à l’abri des regards. N’ayez sur vous que de petites sommes d’argent. Laissez votre passeport et vos autres documents de voyage dans un coffre-fort verrouillé à l’hôtel.

Rendez-vous en plein jour à l’aéroport international José Maria Córdova de Medellín, car la route reliant l’aéroport à la ville est à éviter après la tombée de la nuit.

Demeurez attentif et soyez aux aguets en tout temps lorsque vous voyagez dans les grandes villes comme Bogotá, Medellín et Cali. Des vols et des agressions se produisent même dans les zones les plus sûres de ces villes, et vous devriez en tout temps vous tenir loin de certains quartiers à cause de leur fort taux de criminalité. Vérifiez quelles sont les zones à éviter en vous informant auprès de votre hôtel ou d’autres sources fiables dans la ville où vous séjournez.

On signale une augmentation des agressions et des vols contre des étrangers dans les auberges, notamment à Bogotá et à Cartagena. Si vous décidez de loger dans une auberge, soyez très vigilant et souciez-vous de votre sécurité personnelle.

Évitez le sud de la ville de Bogotá, notamment les quartiers de Soacha et de Ciudad Bolivar. Ne fréquentez pas le centre-ville (Candelaria et les quartiers adjacents) après le coucher du soleil, et évitez en tout temps les quartiers de Kennedy et Usaquen (au nord de la calle 153).

À Medellín, évitez le centre-ville après la tombée de la nuit ainsi que les zones qui ne sont pas desservies par le métro. Bien que certaines « comunas » (municipalités à la périphérie de la ville) soient desservies par le réseau de téléphériques (Metrocable), vous devriez les éviter en tout temps.

À Cali, il est conseillé aux touristes de rester dans la zone hôtelière et dans le sud de la ville, et d’éviter tous les autres quartiers. On a récemment signalé des crimes violents même dans les quartiers aisés ainsi que dans les centres commerciaux.

Ne vous aventurez pas seul dans les bars. Ne laissez jamais des aliments ou des boissons sans surveillance, et ne les confiez pas à des inconnus. Méfiez-vous des collations, boissons, gommes à mâcher ou cigarettes offertes par de nouvelles connaissances. Elles pourraient contenir de la drogue et vous exposer au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle. On signale par ailleurs que des drogues comme la scopolamine auraient été soufflées au visage de victimes dans la rue. Soyez extrêmement prudent lorsque vous êtes en présence d’inconnus.

Les voyageurs d’affaires et les entreprises canadiennes qui souhaitent s’établir en Colombie devraient prendre des mesures de sécurité accrues afin de protéger leur personnel et leurs installations. Choisissez des logements bien sécurisés et des bureaux situés dans des édifices modernes. Communiquez avec la section commerciale de l’ambassade du Canada à Bogotá pour de plus amples renseignements et pour des conseils.

On signale que des voleurs se faisant passer pour des policiers abordent des étrangers sous prétexte de vérifier leurs papiers ou leurs devises. Si quelqu’un s’adresse à vous pour un tel contrôle, ne lui remettez aucun document ni argent, sauf si vous vous sentez menacé (auquel cas vous ne devriez offrir aucune résistance). Demandez à ce que le contrôle se fasse à votre hôtel ou dans un autre lieu public pour vous assurer du maximum de sécurité.

Les groupes de hors-la-loi se cachent souvent dans les parcs nationaux, les réserves fauniques et les banlieues des grandes villes. Les affrontements armés y sont fréquents. Si vous visitez ces endroits, restez dans les zones touristiques, car elles sont habituellement plus sûres et plus fréquemment patrouillées par la police.

Les taux de violence et de criminalité visant les étrangers sont peu élevés dans les centres de villégiature de l’île de San Andrés, de l’île de Providencia et de Cartagena comparativement à d’autres destinations de la région. Faites néanmoins preuve de bon sens dans ces secteurs et prenez les mesures de sécurité normales.

Enlèvements

La Colombie présente un des taux d’enlèvements les plus élevés du monde. Bien que les Colombiens soient les premiers visés, les guérilleros peuvent, dans toutes les régions du pays, prendre pour cible des étrangers, en particulier les étrangers qui travaillent ou que l’on soupçonne de travailler pour une société pétrolière ou minière.

Les enlèvements éclair sont fréquents et se produisent souvent dans les quartiers aisés ainsi que dans les zones touristiques. Le plus souvent, la victime est enlevée dans la rue et forcée de retirer de l’argent à partir d’un guichet automatique bancaire. Il arrive qu’on la détienne toute la nuit de manière à lui faire effectuer un deuxième retrait le lendemain. L’enlèvement est parfois aggravé d’agression sexuelle. La victime qui refuse de coopérer peut subir des blessures ou même être tuée.

Manifestations et troubles civils

Il se produit parfois des manifestations, des grèves importantes ou des actes de violence perpétrés par des groupes terroristes. Tenez-vous loin des grands rassemblements et des manifestations, surtout dans les grandes villes, suivez les conseils des autorités locales et surveillez les médias locaux.

Transport routier

Les déplacements par la route en Colombie, y compris à Bogotá, sont extrêmement dangereux. La plupart des routes sont en mauvais état et sont souvent congestionnées. La police n’applique pas le code de la route, les conducteurs ne tiennent pas compte des panneaux ni des contrôles de circulation, sont souvent distraits et peuvent être agressifs ou en état d’ébriété. Les piétons n’ont pas la priorité de passage, et ce, même aux panneaux d’arrêt.

Lorsque vous circulez en voiture, rangez tous vos effets personnels dans le coffre et gardez les portières verrouillées en tout temps. Ayez un téléphone cellulaire sur vous et garez votre véhicule dans un stationnement surveillé.

Dans certaines régions rurales, il arrive que des groupes armés illégaux érigent des barrages routiers afin de s’attaquer aux gens bien nantis pour les voler ou les enlever contre rançon. Il peut aussi arriver que des barrages routiers perturbent les transports locaux et entravent la circulation sur les routes desservant les aéroports.

Prenez l’avion lorsque vous devez vous déplacer sur de longues distances et évitez d’entrer en Colombie ou d’en sortir par voie terrestre. Les déplacements routiers ne devraient se faire qu’en plein jour et en empruntant seulement les grandes routes. Des routes sont parfois fermées entre Bogotá et Villavicencio et dans la région du Moyen Magdalena (Barrancabermeja), et surtout dans les départements de Guajira, de Bolívar, d’Antioquia, de Santander, de Norte de Santander et de Putumayo.

Transports publics

Les transports publics ne sont pas sûrs. Les autobus et, dans une moindre mesure, les taxis sont souvent ciblés par les criminels. Dans les régions rurales, les autobus sont souvent interceptés par des guérilleros. Ne hélez pas un taxi dans la rue, mais faites-en appeler un depuis votre hôtel ou auprès d’une centrale de taxis autorisés et contrôlés, et notez soigneusement le numéro de plaque du taxi, car des enlèvements éclair se produisent souvent dans des taxis sans permis. Si vous devez absolument héler un taxi dans la rue, évitez les véhicules sans plaque d’immatriculation. Ne montez pas dans un taxi ayant déjà un passager à son bord. De nombreux chauffeurs de taxi sont armés. Il existe des applications pour téléphone intelligent qui vous permettent d’appeler un taxi fiable surveillé par GPS.

Consulter Sécurité des transports pour vérifier si les transporteurs aériens nationaux répondent aux normes de sécurité.

Services d’urgence

Composez le 123 pour joindre les ambulanciers.

Exigences d'entrée et de sortie

Exigences d'entrée et de sortie

La décision de laisser entrer les voyageurs étrangers relève exclusivement de la compétence de chaque pays ou région. Les agents consulaires canadiens ne peuvent pas intervenir en votre nom si vous ne satisfaites pas aux exigences d’entrée. Les renseignements qui suivent au sujet des conditions d’entrée et de sortie ont été obtenus des autorités colombiennes. Ces exigences peuvent toutefois être modifiées à tout moment. C’est à vous qu’il incombe de vérifier la validité de ces renseignements auprès de l’ambassade de la République de Colombie ou de l’un de ses consulats.

Les titulaires de passeports officiels (spéciaux et diplomatiques) doivent consulter la page Voyages officiels car ils pourraient être assujettis à des exigences d'entrée différentes.

Passeport

Les Canadiens qui se rendent en Colombie doivent présenter un passeport qui sera valide pour la durée de leur séjour. Avant de partir, vérifiez les exigences de votre compagnie de transport en ce qui a trait à la validité des passeports, puisqu’elles peuvent être plus strictes que les règles d'entrée du pays.

Double citoyenneté

Les voyageurs qui possèdent la double citoyenneté (canadienne et colombienne) doivent présenter leur passeport colombien ou leur carte d’identité colombienne au moment d’entrer en Colombie et d’en sortir.

Veuillez consulter notre publication intitulée La double citoyenneté : Ce que vous devez savoir pour plus de détails.

Visas

Visa de touriste : non exigé
Visa d’affaires ou de travail : exigé
Visa d’étudiant : exigé

La durée de séjour permise pour les touristes est déterminée par les agents d’immigration à l’arrivée en Colombie et elle varie de 30 à 90 jours. Vous recevrez une amende si vous demeurez dans le pays au-delà de la date indiquée sur votre timbre d’entrée. Vous pouvez obtenir une prolongation auprès de l’autorité de l’immigration de la Colombie (Migración Colombia), dans la capitale de tout département.

Si vous souhaitez participer à des activités de défense des droits de la personne ou à des programmes d’aide humanitaire, vous devez obtenir un visa spécial temporaire ou un visa religieux temporaire.

Il est interdit aux Canadiens qui entrent en Colombie au moyen d'un visa de prendre part à des activités à caractère politique, à des rassemblements ou à des manifestations. La participation à des activités politiques peut entraîner l'expulsion.

Vous devez faire apposer un timbre d’entrée dans votre passeport si vous entrez en Colombie par voie terrestre. Si vous ne vous conformez pas à cette exigence, les autorités colombiennes pourraient vous obliger à retourner à la frontière pour faire estampiller votre passeport.

Le poste frontalier du Puente Internacional de Rumichaca (pont international de Rumichaca), situé entre Ipiales (en Colombie) et Tulcán (en Équateur), est fermé de 22 h à 6 h. Prévoyez le temps nécessaire pour les formalités à la frontière.

Taxe de départ

Une taxe d’aéroport est exigée pour les départs internationaux.

Les enfants et le voyage

Les enfants ont besoin de documents spéciaux pour visiter certains pays. Consulter Enfants pour plus de détails.

Fièvre jaune

Les personnes qui se rendent dans les départements de Putumayo, de Meta, de Gorgona et de Caquetá doivent présenter une preuve de vaccination contre la fièvre jaune. Ce certificat sera exigé par les compagnies aériennes pour les vols à destination de ces départements. Une preuve de vaccination est également requise pour entrer dans le Parc national Tayrona (Magdalena), mais elle n’est pas demandée à tous les points d’entrée.

Santé

Santé

Conseil de santé aux voyageurs
Consultez un fournisseur de soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ.
Vaccins

Vaccins administrés systématiquement

Assurez-vous que votre vaccination est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccins recommandés

Vous pourriez être à risque de contracter ces maladies évitables par la vaccination lors de votre voyage dans ce pays. Adressez-vous à votre professionnel de santé-voyage pour savoir si ces vaccins vous conviennent.

Grippe

La grippe saisonnière sévit partout dans le monde. La saison grippale est de novembre à avril dans l'hémisphère Nord, d'avril à octobre dans l'hémisphère Sud et elle dure toute l'année dans les tropiques. La grippe (influenza) est causée par un virus qui se transmet d'une personne à l'autre par la toux ou les éternuements ou par le contact avec des objets et surfaces contaminés. Faites-vous vacciner contre la grippe. Faites-vous vacciner contre la grippe.

Hépatite A

L'hépatite A est une maladie du foie qui se propage par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés, ou par le contact avec une personne infectée. Tous les voyageurs qui se rendent dans des régions où il existe un risque de contracter l'hépatite A devraient être vaccinés.

Hépatite B

L'hépatite B est une maladie du foie qui se propage par le sang ou les autres liquides corporels. Tous les voyageurs qui pourraient y être exposés (rapports sexuels, traitement médical, partage d'aiguilles, tatouage, acuponcture ou exposition professionnelle) devraient être vaccinés.

Rage

La rage est une maladie fatale qui se transmet aux humains par une morsure, une griffure ou l'exposition à la salive d'un animal atteint de la rage. Les voyageurs qui comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de contracter la rage et qui pourraient courir un risque élevé d'être exposés à la maladie (c'est-à-dire les personnes en contact étroit avec des animaux, les personnes pour lesquelles il existe un risque professionnel et les enfants) devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.

Rougeole

La rougeole est une maladie virale qui est très contagieuse. Elle s'agit d'une maladie courante dans la plupart des régions du monde. Assurez-vous que votre vaccination contre la rougeole est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccination contre la fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie causée par un flavivirus qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.

Les voyageurs se font vacciner soit parce qu'il s'agit d'une exigence pour entrer dans certains pays, soit parce qu'il est recommandé de le faire pour se protéger contre la fièvre jaune.

* Il est important de souligner que les exigences liées à l'entrée dans un pays pourraient ne pas correspondre à votre risque de contracter la fièvre jaune à cet endroit. Il est également recommandé de communiquer avec la mission diplomatique ou consulaire de la ou des destinations où vous comptez vous rendre pour vérifier s'il y a d'autres exigences d'entrée.
Risque
  • Il y a un risque de contracter la fièvre jaune dans ce pays.
Les exigences liées à l'entrée*
  • Une preuve de vaccination n'est pas exigée des voyageurs.
Recommandation
  • La vaccination peut être recommandée selon votre itinéraire.
  • Discutez de vos plans, de vos activités et de vos destinations de voyage avec un professionnel de la santé.
  • Protégez-vous contre les piqûres d'insectes.
Eau/aliments

Maladies d'origine alimentaire et hydrique

Les personnes qui se rendent à n'importe quelle destination mondiale peuvent développer la diarrhée du voyageur en consommant de l'eau ou des aliments contaminés.

Dans certaines régions de l'Amérique du Sud, l'eau et les aliments peuvent être porteurs de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, l'hépatite A et la schistosomiase. Faites attention à ce que vous mangez et buvez lorsque vous vous rendez en Amérique du Sud. Rappelez-vous : N'ingérez rien qui n'ait été bouilli, cuit ou pelé!

Diarrhée du voyageur
  • La diarrhée du voyageur est la maladie qui touche le plus fréquemment les voyageurs. Elle se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés.
  • Le risque de contracter la diarrhée du voyageur est accru dans les régions où les conditions de salubrité et d'hygiène sont déficientes. Faites attention à ce que vous mangez et buvez.
  • Le traitement le plus important contre la diarrhée du voyageur est la réhydratation (buvez beaucoup de liquides). Apportez des sels pour réhydratation orale lors de votre voyage.
Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne qui se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés. Les jeunes voyageurs ainsi que les personnes qui se rendent dans des zones rurales, qui visitent des amis et des parents ou qui ont un système immunitaire affaibli pourraient courir un risque plus élevé de contracter l'infection. Si elles comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de fièvre typhoïde, en particulier si elles se rendent à des endroits où les conditions d'hygiène sont mauvaises, les personnes qui courent un risque élevé de contracter la maladie devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.


Insectes

Insectes et maladies

Dans certaines régions de l'Amérique du Sud, certains insectes sont porteurs de maladies comme le chikungunya, la dengue, la fièvre jaune, la leishmaniose, le paludisme, l'onchocercose (cécité des rivières), la trypanosomiase américaine (maladie de Chagas) et le virus du Nil occidental.

Il est recommandé aux voyageurs de prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre les piqûres d'insectes.

Chikungunya

Il y a présentement une éclosion de chikungunya dans ce pays. Le chikungunya est une maladie virale qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté et provoque habituellement de la fièvre et des douleurs articulaires de type arthritique. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques, notamment au lever et au coucher du soleil. Il n'existe aucun vaccin contre le chikungunya.

Dengue
  • La dengue est présente dans ce pays. La dengue est une maladie virale qui peut provoquer des symptômes graves d'allure grippale. Dans certains cas, elle peut entraîner une fièvre dengue hémorragique qui peut être mortelle.
  • Le risque de contraction est plus élevé durant le jour, notamment au lever et au coucher du soleil.
  • Protégez­-vous contre les piqûres de moustiques. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la dengue.
Leishmaniose cutanéo-muqueuse

La leishmaniose cutanéo-muqueuse provoque des lésions cutanées et des ulcérations. La leishmaniose est causée par un parasite transmis par la piqûre d'un phlébotome (moucheron de sable) femelle infecté. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Protégez-vous contre les piqûres de phlébotomes, qui se nourrissent habituellement après le coucher du soleil dans les régions rurales et boisées ainsi que dans certains centres urbains. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la leishmaniose.


Paludisme

Paludisme

  • Il y a un risque de paludisme dans certaines zones de ce pays et/ou pendant une période particulière de l'année.
  • Le paludisme est une maladie grave et parfois mortelle qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.  Il n'existe aucun vaccin contre le paludisme. 
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en recouvrant la peau exposée, en utilisant un insectifuge et en restant dans des endroits fermés et climatisés. Vous pouvez également traiter vos vêtements et affaires de voyage à l'insecticide et dormir sous une moustiquaire traitée à l'insecticide.
  • Des antipaludéens pourraient être indiqués, selon votre itinéraire et la période de l'année où vous vous rendez dans le pays. Consultez un professionnel de la santé ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ pour vérifier quels sont vos besoins.

Animaux

Animaux et maladies

Les voyageurs doivent éviter tout contact avec les animaux, y compris les chiens, les singes, les serpents, les rongeurs, les oiseaux et les chauves-souris. Certaines infections, telles que la rage, sévissent dans certaines régions de l'Amérique du Sud et peuvent être transmises entre les humains et les animaux.


Personne à personne

Infections de personne à personne

Le fait de se trouver en présence de nombreuses personnes peut accroître le risque de certaines maladies. N'oubliez pas de vous laver les mains souvent et d'observer les règles d'hygiène lorsque vous toussez ou éternuez afin d'éviter de contracter le rhume, la grippe ou d'autres maladies.

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) et le VIH se transmettent par contact avec du sang ou des liquides corporels; adoptez des pratiques sexuelles protégées.


Services médicaux et installations médicales

Services médicaux et installations médicales

Les soins médicaux sont adéquats dans les grandes villes, mais leur qualité peut varier ailleurs. De nombreuses cliniques offrent des services d’urgence, mais demandent souvent d’être payées à l’avance. Parmi les cliniques, mentionnons la Clínica del Country (530‑0470), la Fundación Santa Fé (603‑0303) et la Clínica Marly (343‑6600). Composez le 258‑6569 pour obtenir le service ambulancier Trasmédica.

À retenir...

La décision de voyager appartient entièrement au voyageur. Le voyageur est également responsable de sa propre sécurité.

Soyez bien préparé(e). Ne vous attendez pas à ce que les services médicaux soient les mêmes que ceux offerts au Canada. Apportez dans vos bagages une trousse de produits de santé pour le voyage, en particulier si vous vous rendez dans des zones éloignées des grands centres urbains.

Lois et coutumes

Lois et coutumes

Vous devez vous conformer aux lois locales. Consulter Arrestation et détention pour plus de détails.

Le Canada n’a pas signé de traité avec la Colombie sur le transfèrement des détenus. Les peines d’emprisonnement doivent être purgées en Colombie.

Stupéfiants

Les infractions relatives à la drogue sont sévèrement punies. Vous devriez surveiller vos bagages de près en tout temps et ne jamais transporter de colis ni changer de l’argent pour rendre service à des inconnus.

Lois

La loi colombienne interdit aux voyageurs de faire entrer des armes à feu dans le pays. L’importation ou la possession illégales d’armes à feu peuvent donner lieu à de longues peines d’emprisonnement.

Il est également interdit d’exporter certains artéfacts culturels.

Le fait d’avoir des relations sexuelles avec un mineur constitue une infraction criminelle grave en Colombie. Une condamnation peut entraîner une longue peine d’emprisonnement.

En cas d’accident de voiture, les conducteurs impliqués doivent rester sur les lieux et ne pas déplacer leurs véhicules avant l’arrivée de la police. Si vous ne respectez pas cette règle, vous vous exposez à des difficultés avec les forces de l’ordre.

Un permis de conduire international est nécessaire.

Monnaie

La devise est le peso colombien (COP). Les chèques de voyage en dollars canadiens et l’argent canadien ne sont pas acceptés en Colombie. Par contre, l’argent américain et les chèques de voyage en dollars américains sont acceptés presque partout. La plupart des cartes bancaires canadiennes fonctionnent dans les guichets automatiques bancaires, ce qui permet de retirer des pesos colombiens sur place.

Catastrophes naturelles et climat

Catastrophes naturelles et climat

La Colombie est exposée à diverses catastrophes naturelles, à savoir tremblements de terre, éruptions volcaniques, pluies torrentielles, inondations et coulées de boue, qui peuvent entraîner des dommages aux infrastructures et des pertes de vie. Suivez attentivement les prévisions météorologiques ainsi que les avertissements officiels, et modifiez vos plans de voyage en conséquence.

Ouragans et saisons des pluies

La saison des ouragans s’étend de juin jusqu’à la fin de novembre. Le National Hurricane Center (en anglais) fournit plus de détails sur les conditions météorologiques. Surveillez les prévisions météorologiques et suivez les instructions des autorités locales.

Les saisons des pluies s’étendent habituellement de mars à juin et de septembre à novembre. Des inondations et des coulées de boue se produisent, surtout dans les régions rurales.

Activité volcanique

Le récente éruption du volcan Nevado Del Ruiz n’a pas causé de dommages et n’a pas fait de blessés, mais les autorités colombiennes ont émis une alerte pour les régions environnantes. Suivez les conseils des autorités locales et évitez les zones touchées. Consultez le site Web du Servicio Geológico Colombiano (en espagnol) pour de plus amples renseignements.

Assistance à l'étranger

Assistance à l'étranger

Bogotá - Ambassade du Canada
Adresse Cra 7, No 114-33, Piso 14, Bogotá, Colombie Adresse postale C.P. 110067, Bogotá, Colombie Téléphone 57 (1) 657-9800 Télécopieur 57 (1) 657-9912 Courrielbgota@international.gc.caInternetcolombie.gc.caServicesDes services de passeport sont offertsTwitter@CanadaColombie
Cartagena - Consulat du Canada
Adresse Edificio Centro Ejecutivo Bocagrande, Carrera 3, No. 8-129, Oficina No. 1103, Cartagena, Colombie Téléphone 57 (5) 665-5838 Télécopieur 57 (5) 665-5837 Courrielconsuladocanada@une.net.coServicesPeut fournir des services de passeport limités

Pour obtenir une aide d'urgence en dehors des heures de bureau, téléphonez à l'ambassade du Canada à Bogotà et suivez les instructions qui vous seront données. Vous pouvez aussi appeler le Centre des opérations d'urgence à Ottawa, à frais virés, en appelant le 613-996-8885.

Date de modification :