République démocratique du Congo (Kinshasa)

Dernière mise à jour : ET

Toujours valide : ET

Dernière mise à jour : Un changement mineur a été apporté au contenu.


Avertissements

Avertissements

République démocratique du Congo (Kinshasa) - ÉVITEZ TOUT VOYAGE NON ESSENTIEL

Affaires mondiales Canada recommande d’éviter tout voyage non essentiel en République démocratique du Congo (RDC). Vous devriez constamment réévaluer la situation pour déterminer si votre présence sur les lieux est toujours requise.

Région de l'est et du nord-est de la RDC - Évitez tout voyage

Affaires mondiales Canada recommande d’éviter tout voyage dans les régions de l’est et du nord-est de la RDC, plus précisément les provinces du Maniema, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, de Tanganika (au nord-est de l’ancienne province du Katanga), du Bas-Uélé, du Haut-Uélé et de l’Ituri (ces trois dernières au nord-est de l’ancienne Province Orientale); les points d’entrée du Burundi, de l’Ouganda et du Rwanda; les régions frontalières du Soudan du Sud (incluant le parc national de la Garamba) et de l’Ouganda. Si vous vous trouvez dans ces régions, vous devriez réévaluer régulièrement la situation pour déterminer si votre présence sur les lieux est toujours justifiée. Consultez l’onglet Sécurité pour plus de détails.

Sécurité

Sécurité

La situation en matière de sécurité dans l’ensemble du pays est stable, mais imprévisible, et le manque d’infrastructures, y compris de moyens de transport fiables, rend difficiles les déplacements, ce qui accroît les risques. Dans l’est du pays, y compris dans le Maniema, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu, le Tanganika ainsi que dans les nouvelles provinces du Bas-Uélé, du Haut-Uélé et de l’Ituri, la situation demeure délicate étant donné la présence persistante de groupes armés et les affrontements réguliers entre ceux-ci et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), qu’elles soient appuyées ou non par la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO). Le gouvernement de la RDC éprouve de la difficulté à imposer l’ordre sur tout le territoire, et la criminalité est endémique.

Kinshasa

Dans la capitale, il est préférable de choisir un hôtel dans la commune de Gombe, qui est à la fois le siège administratif et une zone commerciale. Exercez la plus grande prudence à l’extérieur de la commune de Gombe et n’utilisez que des moyens de transport fiables (voir transports en commun). Évitez tout déplacement après la tombée de la nuit.

Points d’entrée aux frontières du Burundi, de l’Ouganda et du Rwanda (voir l’avertissement)

Les points d’entrée aux frontières du Burundi, de l’Ouganda et du Rwanda sont à éviter en tout temps en raison de l’insécurité et du désordre qui y règnent. Les frontières qui séparent la RDC du Burundi et du Rwanda peuvent être fermées à tout moment. Entre la RDC et le Rwanda, les postes frontaliers des villes de Bukavu et de Goma sont fermés de 18 h à 6 h.

Provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu (voir l’avertissement)

La situation aux Kivus demeure volatile. Des conflits armés persistent dans certaines régions à l’extérieur des capitales provinciales, malgré la signature d’accords de paix et la présence des forces des Nations Unies. Des membres de divers groupes armés continuent de perpétrer des actes de pillage et des crimes violents contre la population civile, notamment des meurtres, des enlèvements, des agressions à main armée et des viols. On signale une augmentation importante du nombre d’enlèvements contre rançon au Nord-Kivu, y compris à Goma. Les étrangers sont de plus en plus ciblés. Les FARDC, parfois avec l’appui de la MONUSCO, tiennent tête aux groupes armés dans le contexte des efforts déployés pour éradiquer ces derniers. La grave crise humanitaire qui en découle a provoqué d’importants mouvements de population.

La prudence est de mise à Goma (capitale du Nord-Kivu) et à Bukavu (capitale du Sud-Kivu) bien que la situation y soit plus stable. Il est très important de tenir compte de l’information diffusée par les autorités congolaises et la MONUSCO de manière à éviter les situations dangereuses. Le transport en commun est déconseillé, comme partout ailleurs au pays.

Les territoires de Beni, de Masisi, de Rutshuru et de Walikale au Nord-Kivu, et ceux de Kabare et de Shabunda au Sud-Kivu sont particulièrement dangereux. Dans ces deux provinces, des opérations militaires annoncées pour éradiquer des éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) pourraient mener à une dégradation de la situation sécuritaire en divers endroits situés à l’extérieur des deux capitales. Les commerces et les services locaux, y compris les aéroports, sont souvent perturbés dans ces provinces. Si vous vous trouvez au Nord-Kivu ou au Sud-Kivu, vous devriez constamment réévaluer la situation pour déterminer si votre présence sur les lieux est toujours justifiée.

Province de l’Ituri (voir l’avertissement)

Malgré les progrès accomplis en matière de désarmement des milices dans la nouvelle province de l’Ituri, des affrontements armés persistent au nord-est de l’ancienne Province Orientale. En dehors de la principale ville, Bunia, les mesures de sécurité publique ne sont pas adéquates.

Parc national de la Garamba et régions frontalières du Soudan du Sud et de l’Ouganda (voir l’avertissement)

Malgré l’intensification des opérations menées par les forces armées ougandaises, congolaises et sud-soudanaises et par les Nations Unies, l’Armée de résistance du Seigneur continue de commettre des actes de violence contre la population civile. Beaucoup de gens ont été tués et des milliers de personnes ont fui la région.

Province de Tanganika (voir l’avertissement)

La nouvelle province de Tanganika, et notamment le territoire de Manono, au nord-est de l’ancienne province du Katanga, est le théâtre d’un conflit ethnique entre les Pygmées et les Luba, et les milices Mai-Mai resurgissent périodiquement.

Ebola

Des mesures de dépistage sont toujours en place aux points d’entrée en raison de l’éclosion d’Ebola qu’a connue l’Afrique de l’Ouest en 2014.

Criminalité

La criminalité est endémique en RDC en raison de l’extrême pauvreté et du climat d’impunité qui y règnent. On signale un taux élevé de crimes violents et de vols à la tire, en zone urbaine comme en région rurale, surtout après la tombée de la nuit dans les endroits bondés et les transports publics.

Il est de plus en plus fréquent que des policiers ou des malfaiteurs se faisant passer pour des policiers arrêtent des automobilistes ou des piétons pour leur extorquer de l’argent.

Évitez de circuler seul à pied et de faire étalage de richesse. Ne montez pas en voiture avec des inconnus, même si ceux-ci prétendent être des policiers. Laissez toujours les portières verrouillées et les vitres montées. Il est déconseillé de quitter les principales autoroutes, de se garer dans des zones non surveillées et de s’arrêter sur les lieux d’un accident ou à proximité d’un attroupement.

Des ressortissants étrangers se sont fait voler par des malfaiteurs qui leur proposaient des aubaines sur des métaux précieux et des diamants.

Manifestations

Des manifestations en lien avec le processus électoral se produisent de plus en plus fréquemment à Kinshasa et dans d’autres grandes villes à travers le pays. Ces manifestations peuvent être organisées très soudainement et peuvent donner lieu à des actes de violence et à des attaques, y compris contre des cibles internationales. Évitez toutes les manifestations et les grands rassemblements, et surveillez les médias locaux. Inscrivez-vous au service d’Inscription des Canadiens à l’étranger pour recevoir des messages importants de l’ambassade du Canada.

Barrages routiers

De faux barrages policiers ou militaires sont souvent érigés afin de voler les gens qui circulent en voiture la nuit. Il faut se méfier des civils qui peuvent porter des uniformes policiers ou militaires, ou se faire passer pour des policiers ou des militaires. Partout dans le pays, il arrive aussi qu’à certains barrages militaires légitimes, des voyageurs soient détenus et interrogés par des membres indisciplinés des forces de l’ordre.

Les autorités locales peuvent à tout moment vous demander de présenter votre passeport et votre visa. Dans de telles circonstances, il est conseillé de garder son calme et de coopérer. Les personnes qui ne se conforment pas à ces contrôles risquent l’expulsion. Ayez toujours sur vous des copies certifiées de votre passeport et de votre visa, que vous aurez obtenues à l’ambassade du Canada à Kinshasa. Gardez l’original de votre passeport en lieu sûr en tout temps.

Dans la mesure du possible, il est conseillé de montrer vos documents à travers la vitre montée de la voiture, afin de réduire le risque qu’ils soient temporairement confisqués dans le but d’obtenir un pot-de-vin.

Vous devriez également vérifier auprès des autorités locales si vous avez besoin d’une autorisation pour voyager à l’intérieur du pays.

En cas de détention, les Canadiens peuvent communiquer avec l’ambassade.

Transports en commun

Malgré l’introduction en  de nouveaux véhicules, le système de transport en commun à Kinshasa, comme ailleurs en RDC, n’est pas recommandable. Les itinéraires ne sont pas bien affichés, les arrêts d’autobus sont mal situés et les véhicules souvent surchargés. Un grand nombre de vieilles fourgonnettes en très mauvais état restent en circulation. Les taxis ne sont pas identifiés et ne répondent généralement pas aux normes de sécurité ou de fiabilité mécanique. On peut retenir des services de transport privé auprès de certains hôtels. Il est possible de louer une voiture avec ou sans chauffeur auprès d’entreprises de location ou d’agences de voyages.

Le service ferroviaire n’est pas sûr, et il n’est pas recommandé de voyager en train. Le mauvais état des voies ferrées et les bris mécaniques causent souvent des retards. Les trains sont bondés et souvent fréquentés par des voleurs. En cas de crise, il peut y avoir fermeture de l’aéroport international de Ndjili à Kinshasa. Situé à proximité du siège du Parlement, l’aéroport est difficile d’accès lors de manifestations.

Un traversier relie Kinshasa et Brazzaville en République du Congo. Ce service est principalement utilisé par la population locale, et il est déconseillé aux Canadiens d’y recourir. De plus petites embarcations à moteur assurent aussi cette liaison entre 9 h et 16 h pour une somme modique. Ces embarcations sont souvent surchargées, et il faut se présenter tôt pour y trouver une place. Pour traverser le fleuve Congo de Kinshasa à Brazzaville, il faut détenir un visa d’entrée délivré par l’ambassade de la République du Congo (Brazzaville).

Transport routier

Dans l’ensemble du pays, les routes sont généralement mal entretenues et mal éclairées, et les automobilistes conduisent de façon agressive. Certaines routes peuvent devenir impraticables pendant la saison des pluies, et il est recommandé de circuler dans un véhicule à quatre roues motrices, y compris dans certaines parties de la capitale, Kinshasa. La route reliant Kinshasa et Matadi est maintenant asphaltée, mais le risque d’accident y est très élevé parce que les véhicules sont mal entretenus, surchargés et souvent abandonnés sur la chaussée mal éclairée.

Transport aérien

Le gouvernement du Canada n’évalue pas la conformité des compagnies aériennes intérieures étrangères aux normes internationales de sécurité de l’aviation civile. Consulter Vols intérieurs dans d’autres pays pour plus de détails.

Cortèges officiels

Les cortèges présidentiels et autres cortèges officiels présentent des risques pour les automobilistes et les piétons. Les automobilistes doivent se ranger sur l’accotement lorsque les sirènes ou les forces de l’ordre annoncent l’approche de tels cortèges. Évitez de prendre en photo les cortèges ou d’utiliser un dispositif de communication qui n’a pas été acheté ou enregistré dans le pays, notamment des téléphones cellulaires et des postes de radio portatifs. Ne poursuivez votre route que lorsque les forces de l’ordre vous font signe de le faire.

Renseignements généraux en matière de sécurité

Les installations touristiques sont très limitées à Kinshasa et pratiquement inexistantes en dehors de la capitale.

Si vous vous rendez à Kinshasa, assurez-vous que quelqu’un viendra vous accueillir à l’aéroport.

Les communications téléphoniques sont mauvaises, y compris avec un téléphone cellulaire.

Des couvre-feux peuvent être imposés sans préavis. Respectez en tout temps les directives des autorités locales.

Exigences d'entrée et de sortie

Exigences d'entrée et de sortie

La décision de laisser entrer ou sortir les voyageurs étrangers appartient à chaque pays ou région. Les agents consulaires canadiens ne peuvent pas intervenir en votre nom si vous ne répondez pas aux exigences d’entrée ou de sortie. Les renseignements qui suivent à ce sujet ont été obtenus auprès des autorités congolaise et pourraient changer à tout moment. Les conditions d’entrée et de sortie propres au pays ou au territoire sont fournies dans cette page à titre de renseignement seulement. Même si tous les efforts voulus sont déployés pour fournir de l’information exacte, les renseignements que renferme la présente publication sont fournis « tels quels », sans garantie d’aucune sorte, explicite ou implicite. Le gouvernement du Canada n’assume aucune responsabilité et ne pourra être tenu responsable d’aucun préjudice en lien avec ces renseignements. C’est à vous qu’il incombe de vous informer auprès l’ambassade de la République démocratique du Congo pour des renseignements à jour.

Les titulaires de passeports officiels (spéciaux et diplomatiques) doivent consulter la page Voyages officiels car ils pourraient être assujettis à des exigences d'entrée différentes.

Passeport

Les Canadiens qui se rendent en RDC doivent présenter un passeport qui sera valide pendant au moins 6 mois après la date prévue de leur départ du pays. Avant de voyager, vérifiez les exigences de votre compagnie de transport en ce qui a trait à la validité des passeports puisqu’elles peuvent être plus strictes que les règles d'entrée du pays.

Les détenteurs de passeports temporaires pourraient être soumis à des exigences d’entrée différentes. Informez-vous auprès des représentants diplomatiques pour obtenir des renseignements à jour.

Visas

Pour entrer en RDC, les Canadiens doivent être munis d’un visa, qu’ils doivent se procurer auprès de l’ambassade de la République démocratique du Congo avant de quitter le Canada. On ne peut obtenir de visa aux points d’entrée.

Visa de touriste : exigé
Visa d’affaires : exigé
Visa d’étudiant : exigé (les étudiants obtiennent un visa de touriste)
Visa de transit : exigé

Les étrangers désirant entrer plus d’une fois en RDC (c’est souvent le cas des voyageurs qui utilisent le traversier reliant Kinshasa à Brazzaville) doivent se procurer un visa pour entrées multiples. Ce visa peut être obtenu auprès de l’ambassade de la RDC à Ottawa ou à Kinshasa auprès de la Direction générale de migration, au 65, Boulevard du 30 juin (à côté de l’immeuble de la Regideso), à Gombe.

Difficultés aux points d’entrée

Les voyageurs qui se rendent en RDC éprouvent souvent des difficultés à l’aéroport et à d’autres points d’entrée. L’arrivée à l’aéroport international de Ndjili à Kinshasa peut s’avérer chaotique. Des détentions temporaires sont possibles, car les agents de sécurité et d’immigration peuvent exiger de se faire payer des « droits spéciaux » non officiels.

Les voyageurs qui se présentent à un poste frontalier sans les documents nécessaires risquent de se faire refouler et expulser par les agents de contrôle de l’immigration.

Déclaration des devises

À leur arrivée, tous les étrangers, résidents ou non, qui transportent une somme équivalant à plus de 10 000 $ US doivent la déclarer. Ils doivent faire de même pour les devises étrangères qu’ils détiennent au moment où ils sortent du pays.

Taxe de départ

Tout passager d’un vol en partance de la RDC doit payer une taxe de redevance pour le développement des infrastructures aéroportuaires (IDEF). Vous devez présenter une attestation de paiement de l’IDEF (qui porte le nom de « Go Pass ») pour pouvoir monter à bord de l’avion. On peut obtenir ce document aux guichets spéciaux des banques ou institutions désignées, ou dans les aéroports.

Les enfants et le voyage

Les enfants ont besoin de documents spéciaux pour visiter certains pays. Consulter Enfants pour plus de détails.

Fièvre jaune

Voir Santé pour connaître les exigences de ce pays relatives à la vaccination.

Santé

Santé

Conseils de santé aux voyageurs
Consultez un fournisseur de soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ.
Vaccins

Vaccins administrés systématiquement

Assurez-vous que votre vaccination est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccins recommandés

Vous pourriez être à risque de contracter ces maladies évitables par la vaccination lors de votre voyage dans ce pays. Adressez-vous à votre professionnel de santé-voyage pour savoir si ces vaccins vous conviennent.

Grippe

La grippe saisonnière sévit partout dans le monde. La saison grippale est de novembre à avril dans l'hémisphère Nord, d'avril à octobre dans l'hémisphère Sud et elle dure toute l'année dans les tropiques. La grippe (influenza) est causée par un virus qui se transmet d'une personne à l'autre par la toux ou les éternuements ou par le contact avec des objets et surfaces contaminés. Faites-vous vacciner contre la grippe. Faites-vous vacciner contre la grippe.

Hépatite A

L'hépatite A est une maladie du foie qui se propage par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés, ou par le contact avec une personne infectée. Tous les voyageurs qui se rendent dans des régions où il existe un risque de contracter l'hépatite A devraient être vaccinés.

Hépatite B

L'hépatite B est une maladie du foie qui se propage par le sang ou les autres liquides corporels. Tous les voyageurs qui pourraient y être exposés (rapports sexuels, traitement médical, partage d'aiguilles, tatouage, acuponcture ou exposition professionnelle) devraient être vaccinés.

Méningococcie

Ce pays se retrouve dans la "ceinture de méningite" africaine, une région où il y a plusieurs cas de méningococcie.  La méningococcie est une infection grave et parfois mortelle. Le risque est faible pour la plupart des voyageurs. Les voyageurs qui pourraient courir un risque élevé de contracter la maladie (ceux qui vivent ou qui travaillent avec la population locale, c'est-à-dire les professionnels de la santé, les personnes qui se rendent dans des zones surpeuplées ou qui participent à de grands rassemblements) devraient envisager de se faire vacciner.

Polio

Il y a un risque de transmission de la polio dans ce pays. Assurez-vous que votre vaccination contre la polio est à jour.

Rage

La rage est une maladie fatale qui se transmet aux humains par une morsure, une griffure ou l'exposition à la salive d'un animal atteint de la rage. Les voyageurs qui comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de contracter la rage et qui pourraient courir un risque élevé d'être exposés à la maladie (c'est-à-dire les personnes en contact étroit avec des animaux, les personnes pour lesquelles il existe un risque professionnel et les enfants) devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.

Rougeole

La rougeole est une maladie virale qui est très contagieuse. Elle s'agit d'une maladie courante dans la plupart des régions du monde. Assurez-vous que votre vaccination contre la rougeole est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccination contre la fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie causée par un flavivirus qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.

Les voyageurs se font vacciner soit parce qu'il s'agit d'une exigence pour entrer dans certains pays, soit parce qu'il est recommandé de le faire pour se protéger contre la fièvre jaune.

* Il est important de souligner que les exigences liées à l'entrée dans un pays pourraient ne pas correspondre à votre risque de contracter la fièvre jaune à cet endroit. Il est également recommandé de communiquer avec la mission diplomatique ou consulaire de la ou des destinations où vous comptez vous rendre pour vérifier s'il y a d'autres exigences d'entrée.
Risque
  • Il y a un risque de contracter la fièvre jaune dans ce pays.
Les exigences liées à l'entrée*
  • Une preuve de vaccination est exigée des voyageurs en provenance de tous les pays.
Recommandation
  • La vaccination peut être recommandée selon votre itinéraire.
  • Il y a présentement une pénurie du vaccin de la fièvre jaune au Canada. Il est important que les voyageurs communiquent avec un Centre de vaccination contre la fièvre jaune désigné bien à l'avance de leur voyage pour assurer que le vaccin est disponible.
  • Discutez de vos plans, de vos activités et de vos destinations de voyage avec un professionnel de la santé.
  • Protégez-vous contre les piqûres d'insectes.
Eau/aliments

Maladies d'origine alimentaire et hydrique

Les personnes qui se rendent à n'importe quelle destination mondiale peuvent développer la diarrhée du voyageur en consommant de l'eau ou des aliments contaminés.

Dans certaines régions de l'Afrique centrale, l'eau et les aliments peuvent aussi être porteurs de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, l'hépatite A, et la schistosomiase. Faites attention à ce que vous mangez et buvez lorsque vous vous rendez en Afrique centrale. Rappelez-vous : N'ingérez rien qui n'ait été bouilli, cuit ou pelé!

Choléra

Le choléra est une maladie bactérienne qui se propage souvent par la consommation d'eau et d'aliments contaminés. Il cause la diarrhée et, dans les cas graves, il peut entraîner la déshydratation, voire la mort.

Le risque est faible pour la plupart des voyageurs. Les voyageurs les plus à risque sont ceux qui séjournent, travaillent ou habitent dans des régions où l'accès à des aliments salubres et à de l'eau potable est limité et les conditions de salubrité sont déficientes, ou dans des régions où des éclosions surviennent. Les voyageurs les plus à risque, devraient discuter avec un fournisseur de soins de santé des avantages à recevoir un vaccin.

Diarrhée du voyageur
  • La diarrhée du voyageur est la maladie qui touche le plus fréquemment les voyageurs. Elle se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés.
  • Le risque de contracter la diarrhée du voyageur est accru dans les régions où les conditions de salubrité et d'hygiène sont déficientes. Faites attention à ce que vous mangez et buvez.
  • Le traitement le plus important contre la diarrhée du voyageur est la réhydratation (buvez beaucoup de liquides). Apportez des sels pour réhydratation orale lors de votre voyage.
Schistosomiase

La schistosomiase peut se transmettre aux humains par contact avec de l'eau douce contaminée par les douves (minuscules vers plats). Les oeufs du ver peuvent provoquer des maladies intestinales comme la diarrhée et des crampes ou des problèmes urinaires. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Évitez de nager dans les eaux douces (lacs, rivières, étangs). Il n'existe aucun vaccin contre la schistosomiase.

Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne qui se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés. Les jeunes voyageurs ainsi que les personnes qui se rendent dans des zones rurales, qui visitent des amis et des parents ou qui ont un système immunitaire affaibli pourraient courir un risque plus élevé de contracter l'infection. Si elles comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de fièvre typhoïde, en particulier si elles se rendent à des endroits où les conditions d'hygiène sont mauvaises, les personnes qui courent un risque élevé de contracter la maladie devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.


Insectes

Insectes et maladies

Dans certaines régions de l'Afrique centrale, certains insectes sont porteurs de maladies comme la dengue, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, la fièvre de la vallée du Rift, la fièvre jaune, la filiarose lymphatique, la leishmaniose, l'onchocercose (cécité des rivières), le paludisme, la trypanosomiase africaine (maladie du sommeil) et le virus du Nil occidental.

Il est recommandé aux voyageurs de prendre les les mesures nécessaires pour se protéger contre les piqûres d'insectes.

Dengue
  • La dengue est présente dans ce pays. La dengue est une maladie virale qui peut provoquer des symptômes graves d'allure grippale. Dans certains cas, elle peut entraîner une fièvre dengue hémorragique qui peut être mortelle.
  • Le risque de contraction est plus élevé durant le jour, notamment au lever et au coucher du soleil.
  • Protégez­-vous contre les piqûres de moustiques. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la dengue.
Filiarose lymphatique

La filiarose lymphatique, ou éléphantiasis, est provoquée par des filiaires (minuscules vers) qui sont transmis aux humains par la piqûre d'un moustique infecté. La filiarose peut provoquer un éventail d'affections. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Protégez­-vous contre les piqûres de moustiques. Il n'existe aucun vaccin contre la filiarose lymphatique, mais des médicaments sont disponibles pour la traiter.

Onchocercose

L'onchocercose (cécité des rivières) est une maladie qui touche les yeux et la peau et qui est causée par un parasite transmis par la piqûre d'une mouche noire femelle infectée. L'onchocercose entraîne souvent la cécité si elle n'est pas traitée. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Protégez-vous contre les piqûres de mouches noires, qui sont les plus courantes près des rivières et ruisseaux à débit rapide. Il n'existe aucun vaccin contre l'onchocercose, mais des médicaments sont disponibles pour la traiter.

Trypanosomiase africaine

La trypanosomiase africaine (maladie du sommeil) est causée par un parasite transmis par la piqûre d'une mouche tsé-tsé. Elles piquent habituellement en journée et leurs piqûres sont en général assez douloureuses. Si elle n'est pas traitée, la maladie est éventuellement mortelle. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Protégez-vous contre les piqûres de mouches tsé-tsé, en particulier dans les réserves fauniques et dans les zones rurales. Évitez de porter des vêtements de couleurs lumineuses ou sombres, car elles attirent les mouches tsé-tsé. Il n'existe aucun vaccin contre cette maladie.


Paludisme

Paludisme

  • Il y a un risque de paludisme tout au long de l'année dans l'ensemble du pays.  
  • Le paludisme est une maladie grave et parfois mortelle qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.  Il n'existe aucun vaccin contre le paludisme. 
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en recouvrant la peau exposée, en utilisant un insectifuge et en restant dans des endroits fermés et climatisés. Vous pouvez également traiter vos vêtements et affaires de voyage à l'insecticide et dormir sous une moustiquaire traitée à l'insecticide.
  • Consultez un professionnel de la santé ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ pour discuter de la possibilité de prendre des antipaludéens et déterminer lesquels sont indiqués.

Animaux

Animaux et maladies

Les voyageurs doivent éviter tout contact avec les animaux, y compris les chiens, les singes, les serpents, les rongeurs, les oiseaux et les chauves-souris. Certaines infections, telles que la rage, sévissent dans certaines régions en Afrique centrale, et peuvent être transmises entre les humains et les animaux.


Personne à personne

Infections de personne à personne

Le fait de se trouver en présence de nombreuses personnes peut accroître le risque de certaines maladies. N'oubliez pas de vous laver les mains souvent et d'observer les règles d'hygiène lorsque vous toussez ou éternuez afin d'éviter de contracter le rhume, la grippe ou d'autres maladies.

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) et le VIH se transmettent par contact avec du sang ou des liquides corporels; adoptez des pratiques sexuelles protégées.

Tuberculose

La tuberculose est une infection causée par une bactérie qui touche habituellement les poumons.

Pour la plupart des voyageurs, le risque de contracter la tuberculose est faible.

Les voyageurs qui pourraient courir un plus grand risque de contracter la tuberculose et qui doivent se rendre dans une région où il existe un risque de tuberculose devraient consulter un professionnel de la santé afin de déterminer quelles sont les mesures à prendre avant et après leur voyage.

Les personnes qui pourraient courir un plus grand risque sont celles qui se rendent ou qui travaillent dans une prison, un camp de réfugiés, un refuge pour sans-abris ou un hôpital, ou les voyageurs qui rendent visite à des amis ou à des membres de leur famille.

VIH

Le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) s'attaque au système immunitaire de l'organisme et l'affaiblit, et donne lieu à une maladie chronique progressive appelée le SIDA (syndrome d'immunodéficience acquise).

Parmi les activités à risque élevé, on compte toutes celles où vous êtes en contact avec du sang ou des liquides organiques, c'est-à-dire des rapports sexuels non protégés, l'exposition à des seringues non stérilisées pour la prise de médicaments ou d'autres substances (par exemple, stéroïdes ou drogues) ou l'exposition à des aiguilles non stérilisées pour le tatouage, le perçage corporel ou l'acupuncture.


Services et établissements médicaux

Dans les nouveaux établissements de santé de Kinshasa, on peut obtenir des soins adéquats, mais à part quelques exceptions, les équipements médicaux et les services de santé sont rudimentaires. Dans le reste du pays, les soins sont inadéquats. En cas de maladie, de blessure ou d’intervention chirurgicale importante à l’extérieur de Kinshasa, une évacuation médicale est nécessaire et ce type de service est très onéreux  et doit habituellement être payé à l’avance.

À retenir...

La décision de voyager appartient entièrement au voyageur. Le voyageur est également responsable de sa propre sécurité.

Soyez bien préparé(e). Ne vous attendez pas à ce que les services médicaux soient les mêmes que ceux offerts au Canada. Apportez dans vos bagages une trousse de produits de santé pour le voyage, en particulier si vous vous rendez dans des zones éloignées des grands centres urbains.

Lois et coutumes

Lois et coutumes

Vous devez vous conformer aux lois locales. Consulter Arrestation et détention pour plus de détails.

Les automobilistes et les piétons doivent s’arrêter au moment de la levée et de la descente du drapeau national, aux environs de 7 h 30 et de 18 h chaque jour. Il arrive souvent que les policiers ou les militaires détiennent et mettent à l’amende les personnes qui ne respectent pas cette obligation.

Il est interdit de prendre des photos dans les endroits publics, y compris à l’aéroport international de Ndjili à Kinshasa, sous peine d’arrestation et de détention.

Les personnes reconnues coupables de possession, de consommation ou de trafic de stupéfiants sont passibles de peines d’emprisonnement et de lourdes amendes.

Il est conseillé d’être muni d’un permis de conduire international.

Double citoyenneté

La double citoyenneté n’est pas reconnue légalement en République Démocratique du Congo. Si les autorités locales vous considèrent comme un citoyen congolais, elles pourraient refuser de vous accorder l’accès aux services consulaires canadiens, empêchant ainsi les agents consulaires du Canada de vous fournir ces services. Vous devriez toujours vous servir de votre passeport canadien valide pendant le voyage et toujours vous présenter aux autorités locales en tant que citoyen canadien afin de minimiser ce risque. Il vous faudra peut-être aussi voyager avec votre passeport congolais et le présenter pour des raisons légales, par exemple pour entrer dans le pays et en sortir (consulter l'onglet Exigences d'entrée et de sortie pour les exigences concernant les passeports). La citoyenneté est uniquement déterminée en fonction des lois nationales, et la décision de reconnaître la double citoyenneté revient entièrement au pays où vous vous trouvez lorsque vous cherchez à obtenir de l’aide consulaire. ‎Veuillez consulter la page intitulée Voyager avec une double citoyenneté pour plus de détails.

Monnaie

La devise est le franc congolais (code bancaire CDF). Il est possible de payer en devises étrangères, notamment en dollars américains. En raison de la quantité de fausse monnaie qui circule, les commerçants et les cambistes exigent que les billets en bon état (sans déchirure) et d’émission récente (dollars américains avec de grosses têtes).

Les cartes de crédit ne sont généralement pas acceptées, sauf dans certains hôtels, restaurants et grands magasins. Il est recommandé de vérifier systématiquement toutes vos notes d’hôtel et de les conserver. Les grands hôtels ont maintenant des guichets automatiques bancaires permettant d’obtenir des avances de fonds au moyen de certaines cartes de crédit, mais ces guichets ne fonctionnent pas toujours. Les étrangers peuvent être ciblés après une visite à un guichet. Comme les frais de guichet sont très élevés, il faut garder sur soi beaucoup d’argent liquide. Il convient donc d’exercer la plus grande prudence au moment d’effectuer des retraits, même dans les hôtels.

Catastrophes naturelles et climat

Catastrophes naturelles et climat

Saison des pluies

La saison des pluies s’étend d’avril à octobre dans le nord du pays, et de novembre à mars dans le sud. Certaines routes peuvent devenir impraticables durant ces périodes. Vous devriez suivre les bulletins météorologiques et planifier vos déplacements en conséquence.

Tremblements de terre

La RDC est située dans une zone d’activité sismique.

Volcans

Les éruptions volcaniques sont courantes dans certaines régions du pays. Le mont Nyiragongo, situé à la lisière de la ville de Goma, est entré en éruption à plusieurs reprises par le passé montre présentement des signes d’éruption. Bien qu’il soit au niveau d’alerte jaune, ce qui indique qu’il n’y a pas de danger imminent, faites preuve d’une grande prudence et suivez de près les recommandations des autorités locales. Surveillez les bulletins de nouvelles ainsi que les niveaux d’activité volcanique, et ayez sur vous les coordonnées de l’ambassade du Canada à Kinshasa en cas d’urgence.

Assistance

Assistance

Services locaux

Services d’urgence

Il n’y a pas de numéro centralisé pour accéder aux services d’urgence. Faites des recherches et ayez avec vous les coordonnées de la police et des installations médicales locales.

Aide consulaire

Kinshasa - Ambassade du Canada
Adresse17, avenue Pumbu, Commune de Gombe, Kinshasa, Congo (Kinshasa)Adresse postaleC.P. 8341, Kinshasa, 1, Congo (Kinshasa),Téléphone243 996 021 500Télécopieur243 996 021 510 ou 243 996 021 511Courrielkinshasa@international.gc.caInternetwww.canadainternational.gc.ca/congo/ServicesDes services de passeport sont offertsFacebookAmbassade du Canada en République démocratique du Congo

Pour obtenir une aide consulaire d'urgence, téléphonez à l'ambassade du Canada à Kinshasa et suivez les instructions qui vous seront données. Á tout moment, vous pouvez aussi communiquer avec le Centre de surveillance et d'intervention d’urgence à Ottawa.

 


La décision de voyager relève de vous seul. C’est également à vous seul qu’il incombe de veiller à votre sécurité personnelle à l’étranger. Le gouvernement du Canada prend très au sérieux la sécurité des Canadiens à l’étranger et diffuse des renseignements fiables et à jour dans ses Conseils aux voyageurs. Les présents Conseils aux voyageurs ont pour but de vous fournir des renseignements à jour afin que vous puissiez prendre des décisions éclairées. Dans le cas d’une urgence à grande échelle, tous les efforts seront faits pour vous aider. La capacité du gouvernement du Canada d’offrir de l’aide peut cependant être restreinte.

Consulter Les urgences à grande échelle à l’étranger pour plus d’information.

Date de modification :