Chili

Dernière mise à jour :
ET
Toujours valide :
ET
Dernière mise à jour :
Un changement mineur a été apporté au texte.
Avertissements

Avertissements

Chili - Prenez les mesures de sécurité normales

Aucun avertissement n’est en vigueur pour l'ensemble l'ensemble du Chili. Prenez les mesures de sécurité normales.

Sécurité

Sécurité

La décision de voyager relève de vous seul. C’est également à vous seul qu’il incombe de veiller à votre sécurité personnelle à l’étranger. Les présents Conseils aux voyageurs ont pour but de vous fournir des renseignements à jour afin que vous puissiez prendre des décisions éclairées.

Criminalité

Les crimes mineurs, comme le vol à la tire et le vol de sac à l’arraché, ont augmenté au cours des dernières années, particulièrement à Santiago, à Valparaíso, à Calama et à Viña del Mar. Des voleurs s’emparent de sacs à main et de petits sacs dans les halls d’hôtels et d’auberges, les lieux touristiques achalandés, le métro et les taxis, ainsi que sur le dossier des chaises dans les bars, les restaurants et les cafés très fréquentés par les étrangers. Ne faites pas étalage de richesse et ne transportez pas d’importantes sommes d’argent. Laissez vos objets de valeur, votre passeport et autres documents de voyage dans un coffre fort verrouillé à l’hôtel et ayez sur vous en tout temps une photocopie de la page d’identification de votre passeport.

Faites preuve d’une vigilance constante et redoublez de prudence dans les autobus et les gares routières, car on sait que des groupes criminels ciblent les touristes. L’un de leurs stratagèmes consiste à détourner l’attention de la victime, puis à s’emparer de ses effets. Dans les autobus, évitez de placer vos objets de valeur ou vos pièces d’identité dans le coffre de rangement au-dessus des sièges; gardez-les toujours sur vous. Des touristes voyageant à bord d’autobus interurbains, particulièrement de Calama à San Pedro de Atacama ou à Antofagasta, ont dit avoir été volés pendant leur sommeil.

À Valparaíso, faites preuve d’une vigilance particulière dans la zone portuaire et dans les zones touristiques avoisinantes, car des voleurs, qui agissent souvent en groupe de deux ou plus, peuvent s’emparer de votre appareil photo ou de votre sac à main.

Il faut éviter en tout temps certains quartiers résidentiels (poblaciones), car les risques sont plus élevés. Renseignez-vous auprès de votre hôtel ou d’autres sources fiables pour savoir quelles sont les zones à éviter dans la ville où vous séjournez.

Des vols avec agression, parfois perpétrés à l’aide d’une arme, même de jour, ont été signalés dans le parc Cerro San Cristóbal, ainsi que dans d’autres parcs de Santiago et des environs. Soyez sur vos gardes dans les parcs, et évitez de vous y rendre après la tombée de la nuit.

Faites preuve de prudence lorsque vous conduisez une voiture de location à Valparaíso et à Santiago. Il arrive que des voleurs s’en prennent à des étrangers en perforant les pneus afin de faire diversion et de voler ensuite les effets personnels laissés dans le véhicule. Gardez toujours les vitres montées et les portières verrouillées. Ne laissez pas de sacs, de bagages ou d’objets de valeur dans la voiture, et surtout jamais à la vue. Même dans les quartiers aisés, il arrive souvent que des voitures stationnées dans la rue sans surveillance soient cambriolées. Les vols de véhicule ont augmenté à Santiago.

Ne laissez jamais des aliments ou des boissons sans surveillance, et ne les confiez pas à des inconnus. Faites attention quand on vous sert ou que l’on vous prépare une boisson, particulièrement dans le quartier Bellavista à Santiago. Méfiez-vous des aliments, boissons, gommes à mâcher ou cigarettes offertes par de nouvelles connaissances. Elles pourraient contenir de la drogue et vous exposer au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle.

On signale régulièrement des entrées par effraction et des cambriolages dans les résidences, et ces délits sont à la hausse dans les communes de Lo Barnechea, Las Condes et Vitacura.

Les escroqueries téléphoniques sont monnaie courante au Chili. Ne donnez jamais de renseignements personnels ou financiers au téléphone et ne fournissez aucune précision quant à l’endroit où se trouvent les membres de votre famille.

Terrorisme national

Au cours des dernières années, plusieurs petits engins explosifs ont été déclenchés à Santiago, ciblant principalement les points de transfert des différents moyens de transport, les églises, les édifices gouvernementaux, les entreprises, les banques et les guichets automatiques bancaires. Le 8 septembre 2014, une explosion s’est produite près d’une station de métro, blessant plusieurs personnes. Un autre incident s’est produit le 21 février 2015 dans une église, mais aucun blessé n’a été signalé. D’autres incidents du genre pourraient survenir. Soyez sur vos gardes, faites preuve de vigilance et d’une grande prudence dans les transports en commun, et signalez aux autorités locales tout comportement ou colis suspects.

Manifestations et troubles civils

Des manifestations ont souvent lieu à Santiago et à Valparaíso, et parfois ailleurs au pays. Les manifestations étudiantes qui se tiennent de temps à autre provoquent des barrages routiers, perturbent les transports publics et donnent lieu à des affrontements avec la police. Exercez une vigilance particulière le 29 mars, Jour du jeune combattant, le 1er mai, fête du Travail, et le 11 septembre, anniversaire du coup d’État de 1973, étant donné que ces dates sont souvent soulignées par de grandes manifestations. Surveillez les bulletins de nouvelles, suivez les conseils des autorités locales et évitez les manifestations et les grands rassemblements, car ceux-ci peuvent soudainement dégénérer en affrontements violents.

Mines terrestres

Des champs délimités de mines terrestres présentent un danger dans les secteurs isolés, y compris dans les régions d’Arica, de Panicota, de Tarapaca et d’Antofagasta dans le nord du pays, près des frontières de la Bolivie et du Pérou, ainsi que dans la région de Magallanes et de l’Antarctique chilien, dans le sud du pays, près de la frontière de l’Argentine. L’emplacement des champs de mines est généralement indiqué par des panneaux de signalisation, mais ils sont parfois endommagés ou peu visibles. Informez-vous auprès des autorités locales avant de vous aventurer dans les régions moins fréquentées, ne passez que par les postes frontaliers officiels et respectez tous les panneaux de mise en garde.

Transport routier

Les habitudes de conduite laissent à désirer. Les accidents sont nombreux, surtout à Santiago, en raison du comportement agressif ou insouciant des conducteurs. La plupart des autoroutes sont soumises à péage. Assurez-vous d’avoir suffisamment de monnaie locale sur vous pour le péage. Ne vous aventurez pas hors des routes principales si vous conduisez une petite voiture peu équipée ou un petit véhicule de location. Certaines routes secondaires et de montagnes sont mal entretenues, mal éclairées et n’ont pas de garde-fous. La police de la circulation (les carabineros) est très présente sur les autoroutes. Gardez tous les papiers du véhicule à portée de la main. Si vous comptez voyager à l’extérieur du pays à bord d’un véhicule de location, assurez-vous d’obtenir l’autorisation écrite de l’agence de location. Vous devrez présenter la demande d’autorisation trois à cinq jours au moins avant votre départ et acquitter des frais d’administration. Si vous utilisez un véhicule appartenant à un particulier, ce dernier doit vous remettre une autorisation en bonne et due forme.

Les embouteillages sont courants aux heures de pointe dans le centre-ville de Santiago. Sur certaines grandes artères, le sens de la circulation est inversé pendant les heures de pointe du matin et celles du soir. Pour de l’information à jour, contactez la police de la circulation en composant le 139.

Taxis

Les taxis sont nombreux, relativement peu coûteux et généralement sécuritaires. Évitez d’emprunter les taxis qui ne sont pas munis d’un compteur. Si vous décidez d’en utiliser un, convenez du prix de la course avec le chauffeur avant de monter à bord, car on signale des cas de surfacturation. Réservez un taxi plutôt que d’en héler un dans la rue, surtout en fin de soirée. Les taxis munis d’une enseigne lumineuse indiquant leur destination sont des taxis collectifs (colectivos) et ils sont généralement sûrs. Ils ont un itinéraire fixe et peuvent accueillir jusqu’à cinq passagers.

Lorsque vous arrivez au pays ou que vous le quittez, faites appel aux services de taxis de l’aéroport. Il est possible de réserver et de prépayer ces services sur place.

Transport aérien

Consulter Sécurité des transports pour vérifier si les transporteurs aériens nationaux répondent aux normes de sécurité.

Parcs nationaux  

Il est strictement interdit d’allumer un  feu en plein air dans un parc national, sauf dans les aires de camping autorisées. Depuis le 10 février 2015, les autorités locales peuvent révoquer le visa de touriste de toute personne prise à allumer un feu illégalement. Tout contrevenant peut se voir demander de quitter le Chili de son propre gré dans un délai de 72 heures sans quoi il peut faire l’objet de procédures d’expulsion. Si le feu en plein air donne lieu à un incendie de forêt, le contrevenant pourrait également être passible d’amendes et de peines d’emprisonnement.

Enregistrez-vous toujours auprès des autorités locales avant de vous aventurer dans les montagnes ou les régions isolées. Informez les gardiens du parc, la police ou les autres autorités locales de votre itinéraire, même si vous voyagez en compagnie d’un guide professionnel. Avant votre départ, renseignez-vous sur les dangers et les conditions météorologiques qui vous attendent. Le Service chilien des forêts (en espagnol) fournit des renseignements sur les parcs et les aires de nature sauvage de tout le pays, et les prévisions météorologiques sont diffusées sur le site Web du Service météorologique du Chili (en espagnol).

Si une personne se blesse ou disparaît, appelez immédiatement la police en composant le 133.

Région de l’Araucanie

Certains éléments de la communauté mapuche, le plus important groupe autochtone du pays, sont impliqués dans un conflit relatif à l’utilisation des terres et aux droits des peuples autochtones au Chili. Au cours des dernières années, on a signalé plusieurs actes de violence de nature politique dans la région de l’Araucanie, dans le sud du Chili. Ces attaques ciblaient des multinationales de l’industrie forestière et des propriétaires fonciers chiliens. Les Canadiens et autres citoyens étrangers n’ont pas été touchés directement. Faites toutefois preuve de prudence si vous voyagez dans cette région. Il est d’ailleurs recommandé de voyager pendant la journée.

Services d’urgence

Composer le 133 pour joindre la police, le 132 pour les pompiers et le 131 pour les ambulanciers.

Exigences d'entrée et de sortie

Exigences d'entrée et de sortie

La décision de laisser entrer les voyageurs étrangers relève exclusivement de la compétence de chaque pays ou région. Les agents consulaires canadiens ne peuvent pas intervenir en votre nom si vous ne satisfaites pas aux exigences d’entrée. Les renseignements qui suivent au sujet des conditions d’entrée et de sortie ont été obtenus des autorités chiliennes. Ces exigences peuvent toutefois être modifiées à tout moment. C’est à vous qu’il incombe de vérifier la validité de ces renseignements auprès de l’ambassade de la République du Chili ou de l’un de ses consulats.

Les titulaires de passeports officiels (spéciaux et diplomatiques) doivent consulter la page Voyages officiels car ils pourraient être assujettis à des exigences d'entrée différentes.

Passeport

Les Canadiens qui se rendent au Chili doivent présenter un passeport qui sera valide pendant la durée de leur séjour. Avant de partir, vérifiez les exigences de votre compagnie de transport en ce qui a trait à la validité des passeports, puisqu’elles peuvent être plus strictes que les règles d'entrée du pays.

Visas

Visa de touriste : non exigé
Visa d'affaires : non exigé
Visa d'étudiant : exigé
Visa de travail : exigé

Carte de touriste

Bien que la plupart des Canadiens n’aient pas besoin de visa pour entrer au Chili, une carte de touriste (valide pour une période maximale de 90 jours) est remise à tous les voyageurs au moment de leur arrivée. Vous devez présenter votre carte de touriste aux agents d’immigration avant de quitter le pays, faute de quoi votre départ pourrait être retardé. En cas de perte ou de vol de votre carte, occupez-vous, bien avant votre départ, de vous en procurer une nouvelle auprès de l’unité de police spéciale (Jefatura Nacional de Extranjeria y Policia Internacional), située au 852, rue Eleuterio Ramirez, à Santiago. Si vous vous trouvez à l’extérieur de Santiago, vous pouvez vous adresser au bureau le plus près du service des enquêtes policières (Policia de Investigaciones ou PDI) (site Web en espagnol seulement).

Vous pouvez demander une prolongation de séjour de 90 jours au service d’immigration du Chili (site en espagnol) à Santiago ou à l’un de ses bureaux situés dans les locaux du gouvernement de la province (Gobernación Provincial) où vous vous trouvez. La période de prolongation doit débuter au moins un mois avant la date d’expiration de la carte de touriste que vous détenez. Si vous séjournez au Chili au-delà de la période allouée, vous ne pourrez quitter le pays qu’après avoir payé une amende au service d’immigration du Chili.

Importation de produits agricoles

L’importation au Chili de produits agricoles est assujettie à de sévères restrictions (en anglais) et peut entraîner des peines d’emprisonnement et de lourdes amendes. Assurez-vous de déclarer tous les produits agricoles que vous faites entrer au Chili, y compris les produits emballés. Pour plus d’information sur la réglementation douanière du Chili, visitez le site Web du Service national des douanes (en espagnol et en anglais seulement).

Double citoyenneté

Les citoyens canadiens d’origine chilienne doivent savoir qu’ils peuvent être considérés comme des citoyens chiliens en vertu des lois chiliennes et que, par conséquent, les autorités chiliennes peuvent exiger qu’ils utilisent leur passeport chilien pour entrer au Chili et pour en sortir. Par exemple, les personnes qui possèdent la double citoyenneté (canadienne et chilienne) et qui habitent au Chili doivent utiliser leur passeport chilien pour entrer au pays et en sortir. Celles qui entrent au Chili en se servant de leur passeport canadien et qui décident d’y séjourner plus de 90 jours sans obtenir une prolongation de séjour pourraient avoir à présenter leur passeport chilien pour quitter le pays. Les enfants nés au Chili peuvent aussi avoir à présenter un passeport chilien pour quitter le pays. Avant de partir pour le Chili, les Canadiens d’origine chilienne devraient communiquer avec l’ambassade ou le consulat chilien le plus proche au Canada afin de confirmer leur statut de citoyen et de connaître les plus récentes exigences d’entrée et de sortie, car celles-ci peuvent changer sans préavis.

Consultez l’onglet Lois et coutumes pour plus de détails.

Les enfants et le voyage

Pour entrer au Chili et pour en sortir, les personnes de moins de 18 ans sont soumises à des exigences strictes, y compris la présentation de documents spéciaux. Nous recommandons fortement aux parents d’enfants voyageant seuls ou avec un seul de leurs parents de communiquer avant le départ avec l’ambassade ou le consulat chilien le plus proche afin de s’assurer de respecter les plus récentes exigences d’entrée et de sortie, lesquelles peuvent changer sans préavis.

Consulter Enfants pour plus de détails.

Fièvre jaune

Voir Santé pour connaître les exigences de ce pays relatives à la vaccination.

Santé

Santé

Conseil de santé aux voyageurs
Consultez un fournisseur de soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ.
Vaccins

Vaccins administrés systématiquement

Assurez-vous que votre vaccination est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccins recommandés

Vous pourriez être à risque de contracter ces maladies évitables par la vaccination lors de votre voyage dans ce pays. Adressez-vous à votre professionnel de santé-voyage pour savoir si ces vaccins vous conviennent.

Grippe

La grippe saisonnière sévit partout dans le monde. La saison grippale est de novembre à avril dans l'hémisphère Nord, d'avril à octobre dans l'hémisphère Sud et elle dure toute l'année dans les tropiques. La grippe (influenza) est causée par un virus qui se transmet d'une personne à l'autre par la toux ou les éternuements ou par le contact avec des objets et surfaces contaminés. Faites-vous vacciner contre la grippe. Faites-vous vacciner contre la grippe.

Hépatite A

L'hépatite A est une maladie du foie qui se propage par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés, ou par le contact avec une personne infectée. Tous les voyageurs qui se rendent dans des régions où il existe un risque de contracter l'hépatite A devraient être vaccinés.

Hépatite B

L'hépatite B est une maladie du foie qui se propage par le sang ou les autres liquides corporels. Tous les voyageurs qui pourraient y être exposés (rapports sexuels, traitement médical, partage d'aiguilles, tatouage, acuponcture ou exposition professionnelle) devraient être vaccinés.

Rougeole

La rougeole est une maladie virale qui est très contagieuse. Elle s'agit d'une maladie courante dans la plupart des régions du monde. Assurez-vous que votre vaccination contre la rougeole est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccination contre la fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie causée par un flavivirus qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.

Les voyageurs se font vacciner soit parce qu'il s'agit d'une exigence pour entrer dans certains pays, soit parce qu'il est recommandé de le faire pour se protéger contre la fièvre jaune.

* Il est important de souligner que les exigences liées à l'entrée dans un pays pourraient ne pas correspondre à votre risque de contracter la fièvre jaune à cet endroit. Il est également recommandé de communiquer avec la mission diplomatique ou consulaire de la ou des destinations où vous comptez vous rendre pour vérifier s'il y a d'autres exigences d'entrée.
Risque
  • Il n'y a aucun risque de fièvre jaune dans ce pays.
Les exigences liées à l'entrée*
  • Une preuve de vaccination n'est pas exigée des voyageurs.
Recommandation
  • La vaccination n'est pas recommandée.
Eau/aliments

Maladies d'origine alimentaire et hydrique

Les personnes qui se rendent à n'importe quelle destination mondiale peuvent développer la diarrhée du voyageur en consommant de l'eau ou des aliments contaminés.

Dans certaines régions de l'Amérique du Sud, l'eau et les aliments peuvent être porteurs de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, l'hépatite A et la schistosomiase. Faites attention à ce que vous mangez et buvez lorsque vous vous rendez en Amérique du Sud. Rappelez-vous : N'ingérez rien qui n'ait été bouilli, cuit ou pelé!

Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne qui se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés. Les jeunes voyageurs ainsi que les personnes qui se rendent dans des zones rurales, qui visitent des amis et des parents ou qui ont un système immunitaire affaibli pourraient courir un risque plus élevé de contracter l'infection. Si elles comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de fièvre typhoïde, en particulier si elles se rendent à des endroits où les conditions d'hygiène sont mauvaises, les personnes qui courent un risque élevé de contracter la maladie devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.


Insectes

Insectes et maladies

Dans certaines régions de l'Amérique du Sud, certains insectes sont porteurs de maladies comme le chikungunya, la dengue, la fièvre jaune, la leishmaniose, le paludisme, l'onchocercose (cécité des rivières), la trypanosomiase américaine (maladie de Chagas) et le virus du Nil occidental.

Il est recommandé aux voyageurs de prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre les piqûres d'insectes.

Chikungunya

Il y a présentement une éclosion de chikungunya dans ce pays. Le chikungunya est une maladie virale qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté et provoque habituellement de la fièvre et des douleurs articulaires de type arthritique. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques, notamment au lever et au coucher du soleil. Il n'existe aucun vaccin contre le chikungunya.

Dengue
  • La dengue est présente dans ce pays. La dengue est une maladie virale qui peut provoquer des symptômes graves d'allure grippale. Dans certains cas, elle peut entraîner une fièvre dengue hémorragique qui peut être mortelle.
  • Le risque de contraction est plus élevé durant le jour, notamment au lever et au coucher du soleil.
  • Protégez­-vous contre les piqûres de moustiques. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la dengue.

Paludisme

Paludisme

Il n'y a aucun risque de paludisme dans ce pays.


Animaux

Animaux et maladies

Les voyageurs doivent éviter tout contact avec les animaux, y compris les chiens, les singes, les serpents, les rongeurs, les oiseaux et les chauves-souris. Certaines infections, telles que la rage, sévissent dans certaines régions de l'Amérique du Sud et peuvent être transmises entre les humains et les animaux.


Personne à personne

Infections de personne à personne

Le fait de se trouver en présence de nombreuses personnes peut accroître le risque de certaines maladies. N'oubliez pas de vous laver les mains souvent et d'observer les règles d'hygiène lorsque vous toussez ou éternuez afin d'éviter de contracter le rhume, la grippe ou d'autres maladies.

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) et le VIH se transmettent par contact avec du sang ou des liquides corporels; adoptez des pratiques sexuelles protégées.


Services et établissements médicaux

Ne vous attendez pas à des services médicaux du même calibre qu’au Canada. Veuillez consulter Un bon départ – un guide santé à l’intention des voyageurs canadiens pour de plus amples renseignements. En cas d’urgence médicale à l’étranger, les représentants du bureau du gouvernement du Canada le plus près peuvent vous fournir une liste de fournisseurs de soins de santé autorisés.

Les services médicaux offerts au Chili sont généralement bons. Les établissements de santé sont très nombreux à Santiago ainsi que dans les autres grandes villes, mais peuvent être très rares dans les régions éloignées. Dans les cliniques et les hôpitaux privés, les soins sont coûteux. Les grands hôpitaux acceptent les cartes de crédit, mais bon nombre de médecins et de petits hôpitaux s’attendent à être payés sur-le-champ en argent comptant. Assurez-vous d’avoir une bonne assurance maladie de voyage ainsi que des fonds suffisants pour couvrir les frais occasionnés par les soins médicaux reçus à l’étranger et par une évacuation médicale, le cas échéant. Si l’on vous recommande de vous rendre dans un établissement de santé pour y recevoir des soins, communiquez sans tarder avec votre compagnie d’assurance. Si vous souffrez d’une affection quelconque avant votre départ, assurez-vous d’avoir avec vous un rapport médical à jour d’un médecin canadien à titre de référence au cas où vous devriez recevoir des soins médicaux au Chili.

Les médicaments prescrits par des médecins locaux peuvent être obtenus dans toutes les pharmacies. On peut se procurer des médicaments sans ordonnance dans l’ensemble du pays.

Autres considérations relatives à la santé

Santiago affiche l’un des taux de pollution les plus élevés en Amérique du Sud. De mai à octobre, la densité du smog peut présenter de graves risques pour la santé.

La couche d’ozone est particulièrement mince au-dessus de certaines régions du Chili. Prenez les précautions qui s’imposent pour vous protéger des rayons ultraviolets.

À retenir...

La décision de voyager appartient entièrement au voyageur. Le voyageur est également responsable de sa propre sécurité.

Soyez bien préparé(e). Ne vous attendez pas à ce que les services médicaux soient les mêmes que ceux offerts au Canada. Apportez dans vos bagages une trousse de produits de santé pour le voyage, en particulier si vous vous rendez dans des zones éloignées des grands centres urbains.

Lois et coutumes

Lois et coutumes

Vous devez vous conformer aux lois locales. Consulter Arrestation et détention pour plus de détails.

Activités illégales

Les sanctions pour possession, usage ou trafic de stupéfiants sont sévères. Les personnes trouvées coupables de ces délits sont passibles de peines d’emprisonnement et de lourdes amendes. Faites vous mêmes vos bagages et ne transportez pas d’objets qui ne vous appartiennent pas.

Une politique de tolérance zéro s’applique à la conduite en état d’ébriété. En vertu de la loi chilienne, une seule consommation suffit pour dépasser la limite légale d’alcoolémie. Les personnes trouvées coupables peuvent s’attendre à une suspension de leur permis, à des amendes ou à une peine d’emprisonnement.

Lois régissant la conduite automobile

Pour faire baisser le taux de pollution pendant les mois d’hiver, c’est-à-dire de juin à septembre, on restreint la circulation au centre de Santiago (à l’intérieur du périphérique). Ce sont les deux derniers chiffres de la plaque d’immatriculation qui déterminent les jours du mois où un véhicule ne peut circuler. Les listes sont publiées dans les journaux. Quand le taux de pollution est extrêmement élevé, jusqu’à 60 p. 100 des véhicules peuvent se voir interdire temporairement le droit de circuler.

Bien qu’il soit possible de louer une voiture et de conduire avec un permis canadien, nous recommandons aux Canadiens séjournant au Chili pendant moins de 90 jours de se procurer un permis de conduire international, car les compagnies d’assurance pourraient refuser de régler les réclamations des conducteurs ne possédant pas de permis de conduire international valide. Si vous résidez au Chili, vous devez vous procurer un permis de conduire chilien auprès de votre municipalité. À l’île de Pâques, aucune assurance automobile n’est disponible; en cas d’accident ou de dommages causés à votre véhicule de location, vous devrez assumer le coût des réparations.

Homosexualité

Les lois du Chili n’interdisent pas les actes sexuels entre personnes de même sexe, et les unions civiles de conjoints de même sexe ont été reconnues légalement en avril 2015. Bien que l’homosexualité soit de plus en plus tolérée socialement, la majorité de la société chilienne est conservatrice.

Double citoyenneté

La double citoyenneté est légalement reconnue au Chili. Cependant, les représentants du Canada pourraient être limités dans leur capacité à vous offrir des services consulaires si les autorités locales vous considèrent comme un citoyen chilien. Vous devriez vous servir de votre passeport canadien pendant le voyage et toujours vous présenter aux autorités locales en tant que citoyen canadien afin de minimiser les risques. La citoyenneté est uniquement déterminée en fonction des lois nationales, et la décision de reconnaître la double citoyenneté revient entièrement au pays où vous vous trouvez lorsque vous cherchez à obtenir de l’aide consulaire. Veuillez consulter la page intitulée Voyager avec une double citoyenneté pour plus de détails.

Monnaie

La devise est le peso chilien (CLP). Partout dans le pays, on peut facilement changer des dollars américains (mais non pas des dollars canadiens) dans les banques et les bureaux de change officiels. Les achats ne peuvent être payés en dollars américains que dans certains magasins de Santiago. En général, les cartes de crédit sont acceptées dans les hôtels et les restaurants très fréquentés par les touristes et les gens d’affaires, mais les petits hôtels et restaurants locaux les refusent souvent, y compris à Santiago.

Les guichets automatiques bancaires sont nombreux à Santiago ainsi que dans les autres grandes villes du Chili.

Catastrophes naturelles et climat

Catastrophes naturelles et climat

En cas de catastrophe naturelle, comme un tremblement de terre, un tsunami, une éruption volcanique, un incendie de forêt, un glissement de terrain ou une inondation, l’information officielle destinée au public est diffusée sur le site Web du bureau des mesures d’urgence du ministère chilien de l’Intérieur, connu localement comme l’ONEMI (Oficina Nacional de Emergencia – Ministerio del Interior y Seguridad Pública). La plupart des renseignements diffusés sur le site Web sont en espagnol seulement. Cependant, sur la page principale, l’ONEMI fournit des recommandations en matière de préparation et d’intervention en cas de tremblements de terre ou de tsunamis en anglais et en français. Vous pouvez également suivre l’ONEMI sur Twitter (@ONEMIChile) pour de l’information à jour sur les situations d’urgence.

Les postes frontaliers peuvent devoir fermer en cas de tremblements de terre ou de conditions météorologiques difficiles. Pour obtenir des renseignements sur l’état des postes frontaliers au Chili, consultez le ministère des Travaux publics du Chili (site en espagnol).  

Tremblements de terre et tsunamis

Le Chili est situé dans une zone d’activité sismique, et il peut s’y produire des tremblements de terre et des tsunamis. Des tremblements de terre peuvent survenir partout au Chili. Familiarisez-vous avec les mesures de sécurité mises en place par les hôtels et les édifices publics et privés. En cas de tremblement de terre ou de tsunami, suivez attentivement les avertissements officiels et les ordres d’évacuation émis par le gouvernement du Chili. L’ONEMI publie de l’information sur les itinéraires d’évacuation et les points de rassemblement (en espagnol) en ce qui concerne les villes côtières susceptibles d’être touchées par des tsunamis.

Inondations

Les inondations sont fréquentes dans tout le pays pendant les mois d’automne et d’hiver (entre mai et août, en particulier), surtout en raison des pluies abondantes et de l’engorgement des systèmes d’égout. Les services et les transports sont souvent perturbés. Les inondations provoquées par la crue des fleuves et des rivières à la suite de fortes pluies peuvent causer des dégâts matériels importants, et faire des blessés et des morts. Évitez de loger dans un bâtiment situé à proximité d’un cours d’eau, car le lit sec d’une rivière peut se remplir rapidement, surtout dans le centre et le sud du Chili.

Le 25 mars 2015, de fortes pluies et des inondations ont touché les régions du nord du Chili. Bien que les déplacements à destination ou en provenance de ces régions aient repris et que les travaux de reconstruction soient en cours, continuez de faire preuve de prudence, surveillez les médias locaux et les bulletins météorologiques, et suivez les conseils des autorités locales.

Feux de forêt

Il se produit souvent des feux de forêt pendant les mois d’été. Bien que ceux-ci puissent se produire n’importe où, ils se manifestent surtout dans la région comprise entre Santiago et Valparaíso ainsi que dans la région de Magallanes. En cas d’incendie majeur, suivez les instructions des services d’urgence locaux, notamment en ce qui concerne les procédures d’évacuation. La qualité de l’air pourrait être mauvaise dans une zone où sévit un feu de forêt. Tenez-vous au courant de l’évolution de la situation en surveillant les médias locaux.

Volcans

Le Chili compte 500 volcans actifs, dont environ 60 sont entrés en éruption lors des 450 dernières années. Le 3 mars 2015, le volcan Villarrica, situé dans le sud du pays, est entré en éruption. Le 30 avril 2015, le volcan Calbuco, aussi situé dans cette région, est entré en éruption pour la troisième fois au cours des dernières semaines. Si vous habitez ou voyagez près de volcans en activité, surveillez les niveaux d’activité volcanique dans les médias locaux, portez une attention particulière à tous les avertissements qui sont communiqués et suivez les conseils des autorités locales. Soyez prêt à modifier vos déplacements ou même à évacuer l’endroit où vous vous trouvez dans un bref délai. Consultez le site de l’ONEMI (site en espagnol) pour obtenir de plus amples informations sur les procédures d’urgence.

Les débris provenant d’éruptions volcaniques peuvent obstruer les rivières et les faire déborder, ce qui peut causer des crues soudaines et des glissements de terrain. Des nuages de cendres peuvent aussi perturber les vols nationaux et internationaux. Pour obtenir de plus amples informations sur la surveillance des volcans, visitez le site du Service national de géologie et d’exploitation minière (en espagnol).

Assistance

Assistance

Santiago - Ambassade du Canada
AdresseNueva Tajamar 481, Torre Norte, 12e étage, Las Condes, Santiago, ChiliAdresse postaleC.P. Casilla 139, Correo 10, Santiago, ChiliTéléphone56 (2) 2652-3800Télécopieur56 (2) 2652-3916Courrielstago@international.gc.caInternetwww.chili.gc.caServicesDes services de passeport sont offertsFacebookAmbassade du Canada au ChiliTwitter@AmbCanChili
Concepción - Consulat du Canada
Téléphone56 (41) 236-1712Télécopieur56 (2) 2652-3916Courrielhoncon.canada.concepcion@gmail.comHeures de bureauLe service en personne est disponible à Concepción uniquement sur rendez-vous.
Antofagasta - Consulat du Canada
Téléphone(56-9) 4269-2636Courrielhoncon.canada.antofagasta@gmail.comHeures de bureauLe service en personne est disponible à Antofagasta uniquement sur rendez-vous.

Pour obtenir une aide d'urgence en dehors des heures de bureau, téléphonez à l'ambassade du Canada à Santiago et suivez les instructions qui vous seront données. Vous pouvez aussi communiquer avec le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence à Ottawa, à frais virés, en composant le 613-996-8885.

Date de modification :