Venezuela

Dernière mise à jour :
ET
Toujours valide :
ET
Dernière mise à jour :
Un changement mineur a été apporté au contenu.
Avertissements

Avertissements

Venezuela - Faites preuve d'une grande prudence

Aucun avertissement n’est en vigueur pour l’ensemble du Venezuela. Il convient toutefois de faire preuve d’une grande prudence en raison du niveau élevé d’activités criminelles, telles que les meurtres, les enlèvements et les vols à main armée.

 

Avertissement régional pour la zone se trouvant dans un rayon de 80 km de la frontière colombienne

Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada recommande d’éviter tout voyage dans un rayon de 80 km de la frontière colombienne, en raison de la menace d'enlèvements. Consultez l’onglet Sécurité pour plus de détails.

Sécurité

Sécurité

La décision de voyager relève de vous seul. C’est également à vous seul qu’il incombe de veiller à votre sécurité personnelle à l’étranger. Le gouvernement du Canada prend très au sérieux la sécurité des Canadiens à l’étranger et diffuse des renseignements fiables et à jour dans ses Conseils aux voyageurs. Dans l’éventualité où une situation de crise nécessiterait une évacuation, la politique du gouvernement du Canada consiste à assurer le transport sécuritaire des ressortissants canadiens jusqu’au lieu sûr le plus proche. Le gouvernement du Canada ne vous aidera à quitter un pays ou une région qu’en dernier recours, lorsque tous les moyens de transport commerciaux et personnels auront été épuisés. Ce service est offert contre recouvrement des coûts, et vous devrez assumer les frais associés à la poursuite de votre voyage. Les situations varient d’un pays à l’autre et les ressources du gouvernement pourraient, dans certains cas, être soumises à des contraintes susceptibles de limiter son aptitude à offrir de l’aide, notamment dans un pays ou une région où le risque de conflit violent ou d’instabilité politique est élevé.

Frontière colombienne (voir l’avertissement)

Les guérilleros colombiens, qui sont souvent actifs des deux côtés de la frontière, sont soupçonnés de plusieurs enlèvements. Des étrangers ont été particulièrement visés dans la région avoisinant la frontière de la Colombie. La violence transfrontalière, les enlèvements, la contrebande et le trafic de stupéfiants sont fréquents dans les régions éloignées, particulièrement dans les états de Zulia, de Táchira, de Barinas, de Bolívar, d’Apure, d’Amazonas, d’Anzoátegui et de Sucre.

Manifestations et activités politiques

Des manifestations ont lieu régulièrement à l’échelle du pays depuis la mi-février 2014, en particulier dans les villes de Caracas, Barquisimeto, Maracaibo, Mérida, Valencia, San Cristobal et Maracay. Des incidents violents se produisent régulièrement lors de ces manifestations, surtout la nuit, et ont fait plus de 40 morts et de nombreux blessés. Évitez toutes les manifestations, les grands rassemblements et les endroits publics où des troubles ou des incidents violents pourraient survenir, suivez les conseils des autorités locales et surveillez l'évolution de la situation locale. Ne participez pas à des discussions ou à des activités de nature politique en public et ne donnez pas l'impression de prendre parti sur une question locale liée à la situation politique actuelle. De telles activités pourraient mener à des problèmes avec les autorités locales, notamment à une arrestation ou même à l'expulsion hors du Venezuela. Il est possible que des couvre-feux soient en vigueur et ils devraient être respectés.

Les manifestations causent souvent des embouteillages à Caracas, particulièrement dans le centre historique de Plaza Bolívar (où sont situées la plupart des institutions gouvernementales), dans la Plaza Venezuela, dans la Plaza Francia (Altamira), ainsi que dans les grands centres à l’échelle du pays et sur les grandes routes. Ne tentez pas de franchir les barrages routiers même s’ils semblent être sans surveillance. Lors d’événements importants, comme des manifestations de grande envergure, il peut arriver que les services locaux de téléphonie cellulaire et conventionnelle soient interrompus à cause de la surcharge du réseau. D’autres services pourraient aussi être interrompus. 

Criminalité

Le Venezuela est l’un des pays affichant le nombre d’homicides le plus élevé au monde. Les crimes violents tels que les meurtres et les vols à main armée sont courants dans l’ensemble du pays, y compris dans les parcs nationaux et les endroits touristiques. On signale de plus une récente augmentation des cas de crimes violents à l'aéroport et dans les zones avoisinantes. Des actes de violence contre les étrangers peuvent se produire dans toutes les régions du Venezuela, tant urbaines que rurales.

Les crimes mineurs sont fréquents, particulièrement dans les quartiers centraux et pauvres des grandes villes et sur l’île Margarita. Soyez vigilants dans les quartiers Sabana Grande et Plaza Venezuela dans le centre de Caracas, en raison de l'augmentation du nombre de vols avec violence. Les voleurs à la tire sévissent dans les stations d'autobus et de métro bondées. Veillez à ce que vos effets personnels et documents de voyage soient en lieu sûr, notamment sur les plages, dans les voitures garées et dans les chambres d'hôtel. Évitez de faire étalage de richesse et d’exposer vos objets de valeur. On a signalé des vols commis dans les coffres-forts des hôtels. N'utilisez les guichets automatiques bancaires que durant le jour. Choisissez ceux qui se trouvent dans les centres commerciaux ou des quartiers résidentiels fréquentés et surveillez bien les alentours.

Le nombre de détournements de voitures et d’enlèvements a augmenté. En général, les voleurs font sortir leurs victimes de leur voiture sous la menace d’une arme et les dépouillent de leur argent, de leurs bijoux et de leurs pièces d'identité. Parfois, ils les font monter de force dans des voitures sous la menace d’une arme et les emmènent à l'extérieur de la ville. Les victimes peuvent également être forcées à retirer des fonds d'un guichet automatique bancaire et, dans certains cas, gardées en otage jusqu'à ce que leurs familles versent une rançon. Des personnes qui ont refusé de collaborer ont été blessées et même tuées. Bien que les étrangers ne soient pas particulièrement visés, évitez de vous promener à pied ou en voiture dans des endroits isolés, surtout après la tombée de la nuit.

Soyez prudent lorsque vous faites affaire à des inconnus ou à de nouvelles connaissances, particulièrement lorsqu'il s'agit d'accepter une offre de se faire conduire en voiture ou une invitation. On a signalé des cas de personnes qui ont été dévalisées et agressées (certaines ont même été agressées sexuellement) après avoir été droguées.

Les agressions sexuelles commises par des connaissances représentent un grave problème. Dans certains cas, l’agresseur était un membre du personnel hôtelier ou un chauffeur de taxi. Toute personne victime d'une agression sexuelle doit le signaler immédiatement à l'ambassade ou au consulat du Canada le plus proche. Il est fortement conseillé de déposer une plainte auprès des autorités vénézuéliennes. Veuillez noter que celles-ci ne peuvent pas mener d’enquête criminelle si elles ne reçoivent pas de plainte officielle.

Des touristes ont été victimes de harcèlement et d'extorsion de la part de malfaiteurs qui se faisaient passer pour des agents de police. On a également signalé des cas où des fonctionnaires vénézuéliens ont imposé des frais excessifs dans les aéroports, les bureaux d'immigration et les postes de police. Si vous êtes aux prises avec ce genre de difficulté, versez la somme demandée, prenez note du nom de l'agent, de son numéro d’insigne ou du numéro de sa voiture de police, puis rapportez l'incident à l’ambassade du Canada à Caracas.

Des actes de piraterie et des vols à main armée contre des navires se sont produits dans les régions côtières et les ports de plaisance. Dans certains cas, ces actes ont été perpétrés avec une grande violence et des meurtres ont été commis. Les propriétaires de petits bateaux, y compris de yachts privés, doivent être conscients des risques d'attaque et prendre les précautions nécessaires. Pour de plus amples renseignements, consultez le Live Piracy Report (en anglais) de l’International Maritime Bureau.

Dans certains secteurs de Caracas et ailleurs dans le pays, la présence de la police et sa capacité à offrir de l'assistance est plutôt faible.

Transport aérien

Les compagnies aériennes ont réduit le nombre de vols à destination et en partance du Venezuela; par conséquent, les vols peuvent être plus difficiles à réserver et plus chers que d’habitude. Vous devriez planifier votre voyage longtemps à l’avance et communiquer avec votre fournisseur de services de voyage pour obtenir de l’aide.

Veuillez consulter notre page Sécurité des transports pour vérifier si les transporteurs aériens nationaux répondent aux normes de sécurité.

Transport routier

Les embouteillages sont fréquents à Caracas. Le code de la route est rarement respecté en raison du manque de surveillance policière. Gardez les portières verrouillées et les fenêtres fermées en tout temps. Il n’est pas recommandé de conduire après la tombée de la nuit en raison des préoccupations liées à la sécurité, de l’absence de panneaux signalant les tronçons de route endommagés ou des travaux et de la présence de bétail sur les routes. Il est obligatoire de s'arrêter aux postes de contrôle de la Garde nationale bolivarienne et de la police. Suivez toutes les directives et soyez prêt à montrer les documents d'immatriculation et d'assurance, ainsi que votre passeport. Les véhicules peuvent être fouillés. Des barrages routiers illégaux sont parfois érigés par des bandits armés pour arrêter les véhicules et cambrioler leurs occupants.

On signale des incidents au cours desquels des pierres ont été jetées du haut des passages supérieurs et des ponts situés à proximité des quartiers pauvres. Les automobilistes se sont ensuite faits dévaliser après s'être arrêtés pour évaluer les dommages causés à leur véhicule.

Si un accident a lieu, les véhicules ne doivent pas être déplacés jusqu’à ce qu’un rapport soit rempli par un policier de la circulation.

Transports publics

La route entre Caracas et l’aéroport international Simón Bolívar à Maiquetía est dangereuse et les crimes y sont plus courants après la tombée de la nuit. Il est recommandé d’organiser à l’avance les trajets pour se rendre aux aéroports et en revenir. Il est connu que certains malfaiteurs se font passer pour des chauffeurs de taxi. On peut réserver à l’avance des taxis avec permis dotés de systèmes de liaison radiophonique, à partir des hôtels ou par téléphone à l’aéroport. Suivez les conseils des autorités locales en ce qui a trait aux transports et prévoyez suffisamment de temps pour vous rendre à l’aéroport.

N’utilisez que les services de taxis autorisés dans toutes les régions du Venezuela. Ils sont généralement plus sûrs que les taxis sans permis, bien qu’on ait signalé des cas de vol et d'agression, souvent sous la menace d'une arme, dans les deux types de taxis. N’acceptez jamais d'offres non sollicitées de transport ou d'enregistrement des bagages ou des passagers.

Il est recommandé d’éviter d’utiliser les autobus locaux et le métro à Caracas en raison de la possibilité de vols. Des vols ont aussi lieu dans les autobus interurbains.

Consulter Sécurité des transports pour vérifier si les transporteurs aériens nationaux répondent aux normes de sécurité.

Exigences d'entrée et de sortie

Exigences d'entrée et de sortie

La décision de laisser entrer les voyageurs étrangers relève exclusivement de la compétence de chaque pays ou région. Les agents consulaires canadiens ne peuvent pas intervenir en votre nom si vous ne satisfaites pas aux exigences d’entrée. Les renseignements qui suivent au sujet des conditions d’entrée et de sortie ont été obtenus des autorités vénézuéliennes. Ces exigences peuvent toutefois être modifiées à tout moment. C’est à vous qu’il incombe de vérifier la validité de ces renseignements auprès de l’ambassade de la République du Venezuela ou de l’un de ses consulats.

Les titulaires de passeports officiels (spéciaux et diplomatiques) doivent consulter la page Voyages officiels car ils pourraient être assujettis à des exigences d'entrée différentes.

Passeport

Les Canadiens qui se rendent au Venezuela doivent être en possession d'un passeport canadien valide pendant au moins six mois. Ils doivent en outre être munis d'un billet pour un vol de retour ou de continuation.

Visas

Visa de touriste : non exigé (pour un séjour de 90 jours ou moins)
Visa d’affaires/permis de travail : exigé
Visa d’étudiant : exigé

Vous ne pouvez pas prolonger votre séjour au-delà de la période de 90 jours à moins d’une circonstance exceptionnelle. Si vous prolongez votre séjour au-delà de la période permise ou si vous séjournez au Venezuela sans visa valide, vous pourriez être mis en détention ou expulsé. Veillez à ce que vos documents soient toujours en règle. Pour de plus amples informations, communiquer avec le Servicio Administrativo Identificación, Migración y Extranjería (SAIME) (en espagnol).

Les Canadiens qui voyagent par la route ou par bateau pourraient devoir obtenir un visa d’une ambassade ou d’un consulat vénézuélien avant leur arrivée.

Taxe de départ

Les voyageurs qui quittent le Venezuela à partir de l’un des aéroports internationaux du pays doivent acquitter une taxe de sortie et une taxe d’aéroport. Ces taxes sont incluses dans le coût du billet d’avion pour les vols en partance de l’aéroport international Simón Bolívar. Le coût de la taxe d’aéroport et les modalités de paiement varient d’un aéroport à l’autre. Vérifiez ces coûts avec votre ligne aérienne.

Double citoyenneté

Les personnes possédant la double citoyenneté doivent voyager avec leurs passeports canadien et vénézuélien. Communiquez avec le SAIME longtemps à l’avance afin d’obtenir des renseignements et des conseils. Si vous voyagez sans votre passeport vénézuélien, les agents de l’immigration pourraient demander à voir un visa vénézuélien dans votre passeport canadien ou une pièce d’identification vénézuélienne valide.

Un mineur (âgé de 18 ans ou moins) né au Venezuela qui voyage seul doit être muni d'une lettre de consentement notariée indiquant que ses deux parents ont autorisé le voyage. Si l'enfant voyage avec l’un des deux parents, une lettre de consentement notariée, signée par l'autre parent est nécessaire. La lettre de consentement notariée doit être présentée aux autorités de l'immigration au moment de quitter le Venezuela. Elle doit comporter le nom complet et le numéro du passeport de l’enfant, les noms complets des deux parents et l'itinéraire détaillé de l'enfant (y compris les numéros de vol et les noms et adresses des endroits où il logera). La lettre de consentement doit être rédigée en espagnol.

Enfants voyageant à l’étranger

Les mineurs qui ne sont pas citoyens vénézuéliens et qui séjournent seuls, avec un parent ou avec une tierce personne pendant plus que les 90 jours permis aux touristes doivent fournir les mêmes documents que les mineurs nés au Venezuela (voir ci-haut).

Consulter Enfants pour plus de détails.

Fièvre jaune

Certains pays exigent la présentation d’une preuve de vaccination contre la fièvre jaune avant de permettre l’entrée. Veuillez consulter la liste par pays de l’Organisation mondiale de la Santé (en anglais) pour connaître les exigences de ce pays.

Santé

Santé

Conseil de santé aux voyageurs
Consultez un fournisseur de soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ.
Vaccins

Vaccins administrés systématiquement

Assurez-vous que votre vaccination est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccins recommandés

Vous pourriez être à risque de contracter ces maladies évitables par la vaccination lors de votre voyage dans ce pays. Adressez-vous à votre professionnel de santé-voyage pour savoir si ces vaccins vous conviennent.

Grippe

La grippe saisonnière sévit partout dans le monde. La saison grippale est de novembre à avril dans l'hémisphère Nord, d'avril à octobre dans l'hémisphère Sud et elle dure toute l'année dans les tropiques. La grippe (influenza) est causée par un virus qui se transmet d'une personne à l'autre par la toux ou les éternuements ou par le contact avec des objets et surfaces contaminés. Faites-vous vacciner contre la grippe. Faites-vous vacciner contre la grippe.

Hépatite A

L'hépatite A est une maladie du foie qui se propage par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés, ou par le contact avec une personne infectée. Tous les voyageurs qui se rendent dans des régions où il existe un risque de contracter l'hépatite A devraient être vaccinés.

Hépatite B

L'hépatite B est une maladie du foie qui se propage par le sang ou les autres liquides corporels. Tous les voyageurs qui pourraient y être exposés (rapports sexuels, traitement médical, partage d'aiguilles, tatouage, acuponcture ou exposition professionnelle) devraient être vaccinés.

Rage

La rage est une maladie fatale qui se transmet aux humains par une morsure, une griffure ou l'exposition à la salive d'un animal atteint de la rage. Les voyageurs qui comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de contracter la rage et qui pourraient courir un risque élevé d'être exposés à la maladie (c'est-à-dire les personnes en contact étroit avec des animaux, les personnes pour lesquelles il existe un risque professionnel et les enfants) devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.

Rougeole

La rougeole est une maladie virale qui est très contagieuse. Elle s'agit d'une maladie courante dans la plupart des régions du monde. Assurez-vous que votre vaccination contre la rougeole est à jour, peu importe votre destination de voyage.

Vaccination contre la fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie causée par un flavivirus qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.

Les voyageurs se font vacciner soit parce qu'il s'agit d'une exigence pour entrer dans certains pays, soit parce qu'il est recommandé de le faire pour se protéger contre la fièvre jaune.

* Il est important de souligner que les exigences liées à l'entrée dans un pays pourraient ne pas correspondre à votre risque de contracter la fièvre jaune à cet endroit. Il est également recommandé de communiquer avec la mission diplomatique ou consulaire de la ou des destinations où vous comptez vous rendre pour vérifier s'il y a d'autres exigences d'entrée.
Risque
  • Il y a un risque de contracter la fièvre jaune dans ce pays.
Les exigences liées à l'entrée*
  • Une preuve de vaccination n'est pas exigée des voyageurs.
Recommandation
  • La vaccination peut être recommandée selon votre itinéraire.
  • Discutez de vos plans, de vos activités et de vos destinations de voyage avec un professionnel de la santé.
  • Protégez-vous contre les piqûres d'insectes.
Eau/aliments

Maladies d'origine alimentaire et hydrique

Les personnes qui se rendent à n'importe quelle destination mondiale peuvent développer la diarrhée du voyageur en consommant de l'eau ou des aliments contaminés.

Dans certaines régions de l'Amérique du Sud, l'eau et les aliments peuvent être porteurs de maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, l'hépatite A et la schistosomiase. Faites attention à ce que vous mangez et buvez lorsque vous vous rendez en Amérique du Sud. Rappelez-vous : N'ingérez rien qui n'ait été bouilli, cuit ou pelé!

Diarrhée du voyageur
  • La diarrhée du voyageur est la maladie qui touche le plus fréquemment les voyageurs. Elle se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés.
  • Le risque de contracter la diarrhée du voyageur est accru dans les régions où les conditions de salubrité et d'hygiène sont déficientes. Faites attention à ce que vous mangez et buvez.
  • Le traitement le plus important contre la diarrhée du voyageur est la réhydratation (buvez beaucoup de liquides). Apportez des sels pour réhydratation orale lors de votre voyage.
Schistosomiase

La schistosomiase peut se transmettre aux humains par contact avec de l'eau douce contaminée par les douves (minuscules vers plats). Les oeufs du ver peuvent provoquer des maladies intestinales comme la diarrhée et des crampes ou des problèmes urinaires. Le risque est généralement faible pour la plupart des voyageurs. Évitez de nager dans les eaux douces (lacs, rivières, étangs). Il n'existe aucun vaccin contre la schistosomiase.

Typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne qui se transmet par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés. Les jeunes voyageurs ainsi que les personnes qui se rendent dans des zones rurales, qui visitent des amis et des parents ou qui ont un système immunitaire affaibli pourraient courir un risque plus élevé de contracter l'infection. Si elles comptent se rendre dans des régions où il existe un risque de fièvre typhoïde, en particulier si elles se rendent à des endroits où les conditions d'hygiène sont mauvaises, les personnes qui courent un risque élevé de contracter la maladie devraient envisager la possibilité de se faire vacciner.


Insectes

Insectes et maladies

Dans certaines régions de l'Amérique du Sud, certains insectes sont porteurs de maladies comme le chikungunya, la dengue, la fièvre jaune, la leishmaniose, le paludisme, l'onchocercose (cécité des rivières), la trypanosomiase américaine (maladie de Chagas) et le virus du Nil occidental.

Il est recommandé aux voyageurs de prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre les piqûres d'insectes.

Chikungunya

Il y a présentement une éclosion de chikungunya dans ce pays. Le chikungunya est une maladie virale qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté et provoque habituellement de la fièvre et des douleurs articulaires de type arthritique. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques, notamment au lever et au coucher du soleil. Il n'existe aucun vaccin contre le chikungunya.

Dengue
  • La dengue est présente dans ce pays. La dengue est une maladie virale qui peut provoquer des symptômes graves d'allure grippale. Dans certains cas, elle peut entraîner une fièvre dengue hémorragique qui peut être mortelle.
  • Le risque de contraction est plus élevé durant le jour, notamment au lever et au coucher du soleil.
  • Protégez­-vous contre les piqûres de moustiques. Il n'existe ni vaccin ni médicament qui protègent contre la dengue.

Paludisme

Paludisme

  • Il y a un risque de paludisme dans certaines zones de ce pays et/ou pendant une période particulière de l'année.
  • Le paludisme est une maladie grave et parfois mortelle qui se transmet par la piqûre d'un moustique infecté.  Il n'existe aucun vaccin contre le paludisme. 
  • Protégez-vous contre les piqûres de moustiques en recouvrant la peau exposée, en utilisant un insectifuge et en restant dans des endroits fermés et climatisés. Vous pouvez également traiter vos vêtements et affaires de voyage à l'insecticide et dormir sous une moustiquaire traitée à l'insecticide.
  • Des antipaludéens pourraient être indiqués, selon votre itinéraire et la période de l'année où vous vous rendez dans le pays. Consultez un professionnel de la santé ou rendez-vous dans une clinique santé-voyage de préférence six semaines avant votre départ pour vérifier quels sont vos besoins.

Animaux

Animaux et maladies

Les voyageurs doivent éviter tout contact avec les animaux, y compris les chiens, les singes, les serpents, les rongeurs, les oiseaux et les chauves-souris. Certaines infections, telles que la rage, sévissent dans certaines régions de l'Amérique du Sud et peuvent être transmises entre les humains et les animaux.


Personne à personne

Infections de personne à personne

Le fait de se trouver en présence de nombreuses personnes peut accroître le risque de certaines maladies. N'oubliez pas de vous laver les mains souvent et d'observer les règles d'hygiène lorsque vous toussez ou éternuez afin d'éviter de contracter le rhume, la grippe ou d'autres maladies.

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) et le VIH se transmettent par contact avec du sang ou des liquides corporels; adoptez des pratiques sexuelles protégées.


Services médicaux et installations médicales

Services médicaux et installations médicales

À de nombreuses destinations touristiques, comme l'île Margarita et Puerto la Cruz, les services médicaux normalement offerts par les hôpitaux publics sont souvent inexistants ou, au mieux, bien au-dessous des normes canadiennes. Il existe par ailleurs de nombreuses cliniques privées, mais leurs coûts sont considérablement plus élevés et on peut y exiger le paiement des frais à l’avance.

Les délais d’intervention des services médicaux d’urgence et des ambulances privés sont bons dans les milieux urbains, mais les ambulances et les établissements publics peuvent manquer d’équipement et de fournitures. Dans les régions rurales, ce délai est beaucoup plus long.

À retenir...

La décision de voyager appartient entièrement au voyageur. Le voyageur est également responsable de sa propre sécurité.

Soyez bien préparé(e). Ne vous attendez pas à ce que les services médicaux soient les mêmes que ceux offerts au Canada. Apportez dans vos bagages une trousse de produits de santé pour le voyage, en particulier si vous vous rendez dans des zones éloignées des grands centres urbains.

Lois et coutumes

Lois et coutumes

Vous devez vous conformer aux lois locales. Consulter Arrestation et détention pour plus de détails.

Stupéfiants

La possession de drogues illicites, y compris la marijuana, peut entraîner la mise en détention immédiate, l’incarcération et de longues peines d'emprisonnement. Les visiteurs qui quittent le pays sont soumis à des fouilles minutieuses par la Garde nationale bolivarienne.

Lois

Les règlements du Venezuela relatifs à l'importation de véhicules automobiles immatriculés à l'étranger sont très stricts. Les personnes qui y contreviennent s'exposent à de lourdes amendes et/ou à la confiscation de leur véhicule. Avant d’entrer au Venezuela, communiquez avec l’ambassade du Venezuela pour savoir quels sont les règlements et les procédures les plus à jour.

Il est interdit de photographier les installations sensibles, comme le palais présidentiel, les sites militaires, les édifices gouvernementaux et les aéroports.

Il est conseillé d’être muni d’un permis de conduire international.

Monnaie

En 2008, la monnaie vénézuélienne est passée du bolivar au bolívar fuerte (VEF), souvent désigné par l’abréviation Bs.F. Vous devriez être au courant du taux de conversion : 1 000 bolivars correspondent à 1 Bs.F.

La loi interdit de vendre ou d’acheter des devises étrangères sans passer par une institution autorisée (telle qu’un bureau de change ou une banque). Méfiez‑vous des personnes qui essaient d'acheter vos dollars à l'aéroport. Quiconque est surpris en train de changer des devises étrangères est passible d’une amende. Il arrive souvent que les banques ne permettent les transactions qu’à leurs clients. Les bureaux de change peuvent être rares en dehors des grandes villes.

Seuls les dollars américains peuvent être changés et uniquement dans les bureaux de change officiels. Ils ne peuvent pas être utilisés pour effectuer des transactions. Si vous entrez au Venezuela ou en sortez avec plus de 10 000 $US, vous devez déclarer cette somme aux autorités. La vente ou l’achat de devises d’un montant supérieur à 20 000 $US entraîne une peine de prison et une amende.

Le bolívar fuerte ne peut être échangé à l’extérieur du Venezuela. Pour de plus amples renseignements sur la conversion de devises et les transactions internationales, communiquez avec la Comisión de Administración de Divisas (en espagnol).

En général, les cartes de crédit sont acceptées dans les grands hôtels, les centres de villégiature et les aéroports. De nombreux magasins n’acceptent pas les cartes internationales. Une pièce d’identité est requise pour toute transaction effectuée avec une carte de crédit. Des fraudes par carte de crédit peuvent se produire.

Catastrophes naturelles et climat

Catastrophes naturelles et climat

La saison des ouragans s’étend de juin jusqu’à la fin de novembre. Le National Hurricane Center (en anglais) fournit plus de détails sur les conditions météorologiques. Surveillez les prévisions météorologiques et suivez les instructions des autorités locales.

La saison des pluies s’étend de mai à décembre. Des fortes pluies et des glissements de terrain peuvent se produire durant cette période. Lors de pluies torrentielles, la circulation sur les routes et les autoroutes de la région du littoral peut être perturbée et certains services publics, notamment les services d'approvisionnement en eau, peuvent être interrompus.

La cordillère côtière du Venezuela (y compris Caracas) est située dans une zone d'activité sismique.

Assistance à l'étranger

Assistance à l'étranger

Nous vous recommandons de téléphoner à l’ambassade du Canada à Caracas avant de vous y présenter afin de vous assurer qu’elle est bien ouverte et qu’elle est en mesure de fournir des services consulaires en cette période de manifestations.

Caracas - Ambassade du Canada
Adresse Avenida Francisco de Miranda con Avenida Altamira Sur, Altamira, Caracas 1060, Venezuela Adresse postale C.P. 62302, Ambassade du Canada, Caracas 1060A, Venezuela Téléphone 58 (212) 600-3000/264-0833 Télécopieur 58 (212) 261-8741 Courrielcrcas@international.gc.caInternetvenezuela.gc.caServicesDes services de passeport sont offertsTwitter@AmbCanVenezuela

Pour obtenir une aide d'urgence en dehors des heures de bureau, téléphonez à l'ambassade du Canada à Caracas et suivez les instructions qui vous seront données. Vous pouvez aussi appeler le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence à Ottawa, à frais virés, au 613‑996‑8885, après avoir d’abord composé le 0-800-100-1100.

Date de modification :