Mariage à l'étranger

Si vous prévoyez vous marier à l’étranger, vous devriez communiquer avec l’ambassade ou le consulat du pays où le mariage aura lieu afin de déterminer les exigences à respecter sur le plan juridique. Des bureaux du gouvernement du Canada à l’étranger peuvent également vous fournir des renseignements sur les lois et les règlements en vigueur dans le pays où ils sont situés.

La plupart des pays exigent que vous présentiez un passeport canadien valide, ainsi qu’un certificat délivré par la province ou le territoire de résidence attestant qu’il n’existe aucun obstacle juridique à votre mariage. Vous devriez vous procurer ce certificat avant de quitter le Canada.

Si vous êtes déjà dans un autre pays, vous pouvez obtenir une déclaration tenant lieu de certificat de non-empêchement au mariage à l’étranger, moyennant certains frais, en vous adressant au bureau du gouvernement du Canada à l'étranger le plus proche (consultez la section Authentification de documents). Veuillez noter que, pour certains gouvernements étrangers, cette déclaration pourrait ne pas constituer une preuve suffisante de non-empêchement au mariage.

Certains gouvernements étrangers peuvent exiger d’autres documents, notamment un certificat de naissance, les résultats de tests sanguins effectués avant le mariage, les documents relatifs au divorce, un certificat de décès ou une lettre de consentement des parents. Il vous faudra peut-être faire traduire ces documents dans la langue du pays où le mariage sera contracté ou les faire authentifier au Canada par un agent consulaire de ce pays.

Il ne se célèbre pas de mariages dans les locaux d’une ambassade ou d’un consulat du Canada. Les agents consulaires canadiens ne célèbrent pas de mariages, et la validité d’un mariage contracté à l’étranger n’est pas tributaire de leur présence.

Les mariages contractés dans un pays étranger de manière légale sont habituellement valides au Canada, et vous n’avez pas besoin de les inscrire au Canada. 

En épousant un ressortissant d’un autre pays, il se peut que vous deveniez automatiquement citoyen de ce pays. Le fait d’avoir une seconde nationalité ne modifie en rien votre citoyenneté canadienne. Cependant, l’autre pays pourrait ne pas reconnaître votre citoyenneté canadienne et empêcher le Canada de vous fournir de l’aide consulaire. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec le bureau du gouvernement du Canada à l’étranger le plus proche ou  consultez notre page Web Double citoyenneté (ou double nationalité).

Mariages de conjoints de même sexe

Bien que le mariage avec une personne de même sexe soit légal au Canada, plusieurs pays ne reconnaissent pas ce type d’union. Les unions civiles entre partenaires de même sexe sont plus souvent reconnues. Pour obtenir des renseignements sur un pays en particulier, consultez les Conseils aux voyageurs et avertissements, l’ambassade ou le consulat de ce pays au Canada ou la page Gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres en voyage

Aide consulaire pour les problèmes liés au mariage ou au divorce à l’étranger

Les agents consulaires du bureau du gouvernement du Canada à l’étranger le plus proche peuvent vous fournir une liste d’avocats, de refuges et de services sociaux locaux (le cas échéant) qui peuvent vous aider. Nous pouvons vous offrir des services si vous avez besoin d’aide pour rentrer au Canada, si vous craignez de subir un traitement non équitable en vertu des lois du pays ou si vous avez besoin d’aide à l’étranger.

Fraude ou délit lié au mariage à l’étranger

De plus en plus de citoyens canadiens sont victimes d’un mariage frauduleux ou d’un délit lié au mariage dans un pays étranger. Ces cas impliquent, entre autres, l'extorsion par la belle-famille vivant à l'étranger, les fraudes orchestrées au moyen d'Internet ou le fait d'être incité à parrainer un conjoint qui vous abandonnera dès son arrivée au Canada. Si vous vous retrouvez dans une telle situation, faites appel à un avocat spécialisé en droit matrimonial. Les agents du bureau du gouvernement du Canada à l’étranger le plus proche peuvent vous fournir une liste d’avocats dans le pays concerné.

Voyager à l’étranger pour rencontrer un éventuel conjoint

Faites preuve de prudence si vous vous rendez à l’étranger pour rencontrer un éventuel conjoint, surtout si vous avez rencontré cette personne sur Internet. Pour un conjoint étranger, le mariage à un citoyen canadien peut représenter un moyen d’obtenir un visa d’immigrant. Bon nombre de Canadiens ont quitté leur emploi, leur logement ou leur maison et vendu tous leurs biens en prévision d’un mariage à l’étranger qui s’est avéré un échec dès le début ou qui n’a jamais eu lieu.

Avant de quitter le Canada, renseignez-vous sur les lois et les coutumes qui régissent les relations et le mariage dans le pays où ce dernier sera contracté. On n’y a peut-être pas la même conception qu’au Canada des droits de la femme, des relations sexuelles avant le mariage, de la garde des enfants et d’autres questions du genre. Il est également fortement recommandé de vous rendre dans le pays de destination muni d’un billet aller-retour, d’avoir suffisamment d’argent pour loger à l’hôtel et, au cas où des problèmes surgiraient, d’avoir les coordonnées du bureau du gouvernement du Canada à l’étranger le plus proche. Il faut aussi garder en lieu sûr vos billets d’avion, votre argent et votre passeport.

Interdiction de retourner au Canada

Dans certains pays, le mari peut légalement interdire à son épouse et à ses enfants de voyager et les empêcher de rentrer au Canada. Il peut aussi arriver que les lois locales lui permettent de conserver le passeport et les biens de son épouse, même en cas de divorce.

Pour plus de renseignements, consultez nos Conseils aux voyageurs et avertissements  ou l’ambassade ou le consulat de ce pays au Canada. Vous pouvez également consulter la publication Enlèvements internationaux d’enfants : un guide à l’intention des parents délaissés.

Date de modification :