Alcool, médicaments, drogues et voyages

Il y a plus de 1 700 Canadiens en prison à l'étranger - et plus du tiers pour des infractions relatives à la drogue. Le passage des frontières internationales avec tout type de drogue, même des médicaments délivrés sur ordonnance, peut vous causer des problèmes.

La présente section vous offre des renseignements et des conseils pour vous aider à comprendre et à éviter les risques associés aux drogues lorsque vous êtes en voyage.

Peines sévères pour l’utilisation ou l’introduction frauduleuse de drogues illicites

Lorsque vous voyagez à l’étranger, vous êtes soumis aux lois du pays que vous visitez. Si vous êtes pris en possession de drogues illicites, le fait d’être un étranger ou d’ignorer les lois locales n’est pas une excuse – pas plus qu’elle ne le serait au Canada. Votre citoyenneté canadienne ne vous confère aucune immunité ni aucun traitement préférentiel dans les autres pays.

La plupart des pays, notamment les États-Unis, ont une politique de tolérance zéro en ce qui a trait aux drogues illicites, ce qui veut dire que des peines sévères sont imposées même pour la possession d’une petite quantité.

Exemples de peines dans le monde pour infractions graves en matière de drogue, notamment :

  • 20 ans d’emprisonnement et une contravention : Tunisie
  • 30 ans d’emprisonnement : Venezuela
  • Peine de mort pour des infractions concernant les narcotiques : Algérie, Indonésie, Iran, Malaisie, Singapour et Thaïlande

Consommation de drogues à usage récréatif

L'achat ou la consommation de ces drogues, même s'il s'agit d'une pratique courante dans un pays donné, peut donner lieu à des accusations au criminel, à une arrestation et à une peine d'emprisonnement. Les autorités locales organisent souvent des achats par un agent d'infiltration pour piéger les étrangers. Si vous enfreignez la loi dans un autre pays, vous serez assujetti au système judiciaire de ce dernier. Par conséquent, n’acceptez jamais de transporter, de conserver, d’acheter ou de consommer de la drogue.

Ne soyez pas victime des trafiquants de drogue

Les trafiquants de drogue ciblent les touristes, en particulier les femmes, les jeunes voyageurs et les personnes âgées. Quelques précautions simples, comme les suivantes peuvent vous aider à éviter de devenir involontairement un passeur :

  • Faites vous-même vos valises, assurez-vous de les garder fermées et ne les quittez pas des yeux.
  • Ne franchissez jamais une frontière avec un cadeau, un colis ou une valise appartenant à un tiers à moins d’être sûr de son contenu. Si l’on découvre de la drogue, vous serez tenu responsable.
  • Ne faites jamais monter à bord un auto-stoppeur et ne franchissez jamais une frontière internationale avec quelqu'un que vous ne connaissez pas et en qui vous n'avez pas confiance.

Boissons alcoolisées

L’importation, la possession et la consommation d’alcool sont strictement interdites dans certains pays, notamment en Arabie saoudite et en Iran. Avant de vous rendre à l’étranger, communiquez avec l’ambassade ou le consulat du pays que vous visiterez pour savoir si l’alcool y est permis.

Consommation d’alcool et de drogues à l'étranger

En général, les mêmes règles de sécurité s’appliquent à l'étranger qu’à la maison en ce qui concerne la consommation d'alcool et de drogues. Utilisez l'alcool de façon responsable et n’utilisez pas de drogues illégales. Soyez conscient que les drogues et l'alcool peuvent être mélangés avec d'autres substances, parfois toxiques, et que ce que vous achetez n'est pas toujours ce que vous attendez.

Ne laissez jamais vos boissons sans surveillance et n’acceptez jamais des boissons d’un inconnu. Faites attention quand vos boissons sont préparés et servis. On peut y avoir ajouté un hypnotique, ce qui vous exposerait au risque d’être victime de vol ou d’agression sexuelle. 

Il est possible que la teneur en alcool des boissons consommées en voyage soit plus forte que celle des boissons que vous êtes habitué de consommer. Ne buvez pas d'alcool de fabrication domestique. Consommez l'alcool avec modération. Certaines localités ne tolèrent pas la consommation excessive d’alcool. Ne consommez jamais l’alcool dans les pays où il est interdit.

Évitez de boire si vous allez conduire. Des peines sévères peuvent être imposées pour la conduite avec facultés affaiblies, malgré la présence de quantités minimales d’alcool dans le sang. Ne montez pas dans un véhicule avec un conducteur qui vous pensez est en état d’ébriété ou sous l’influence de drogues.

Médicaments d’ordonnance pouvant être illicites dans d’autres pays

Nous savons tous, pour la plupart, que les drogues à usage « récréatif », telles que la marihuana, la cocaïne et l’ecstasy, sont illicites presque partout. Cependant, dans plusieurs pays, les médicaments délivrés sur ordonnance et les fournitures médicales qui sont licites au Canada peuvent aussi y être considérés comme étant illicites ou éveiller la suspicion de leurs douaniers.

Mise en garde

L’autorisation de posséder ou de cultiver de la marihuana en vertu du Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales ne permet pas de transporter de la marihuana en dehors du Canada ou vers celui-ci.

Les personnes autorisées à posséder ou à cultiver de la marihuana à des fins médicales au Canada en vertu du Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales ne peuvent pas transporter de la marihuana quand elles entrent au Canada ou sortent du pays. Elles n’ont pas non plus le droit d’importer ou d’exporter des graines de marihuana ou de la marihuana séchée. Consultez la page de Santé Canada sur l’usage de la marihuana à des fins médicales pour en savoir plus.

Voyager en toute sécurité avec des médicaments d’ordonnance

Les lois concernant les médicaments d’ordonnance varient d’un pays à l’autre.

Pour obtenir de plus amples renseignements à ce sujet, veuillez consulter la section Voyager avec des médicaments.

Mise en garde

Les Canadiens visitant les États-Unis doivent savoir que leurs médicaments personnels peuvent être soumis aux lois et aux règlements américains concernant l’importation des médicaments. En général, l’importation d’une réserve personnelle de médicaments pour une durée de 90 jours (trois mois) est autorisée, mais seulement si ces médicaments ne sont pas disponibles aux États-Unis.

En cas d'arrestation

Les agents consulaires canadiens ne peuvent vous protéger des conséquences de vos actions à l'étranger. Ils peuvent vous obtenir de l’aide à l’étranger, mais ils ne peuvent annuler les décisions des autorités locales et ne peuvent faire en sorte que vous soyez libéré.

Si vous avez des ennuis à l’étranger, informez tout de suite les autorités procédant à l’arrestation que vous désirez aviser les agents consulaires canadiens.

En vertu de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, les autorités locales ne sont tenues d’informer les bureaux consulaires ou diplomatiques canadiens que si vous leur demandez explicitement de le faire.

Liens connexes

Date de modification :