François Paradis-Caron, agent consulaire au Sénégal

François Paradis-Caron est vice-consul dans la deuxième plus grande ambassade canadienne du continent africain, à Dakar. L’ambassade fournit des services consulaires aux Canadiens qui vivent ou qui voyagent au Sénégal, au Cabo Verde, en Gambie, en Guinée et en Guinée-Bissau.

« Offrir des services consulaires pour la sous-région à partir de Dakar représente un défi quotidien. Nous travaillons avec des clients qui sont à distance, qui parlent une multitude de langues et qui n’ont pas toujours un accès facile à des ordinateurs. Un simple renouvellement de passeport peut devenir complexe. Imaginez un cas de détention ou de détresse. »

François aime travailler sur le terrain et devoir naviguer dans des environnements où il faut s’adapter constamment et où le travail est tout sauf routinier.

« Faire du terrain nous permet de visiter les autorités locales pour créer des liens et mieux comprendre le contexte local, afin de mieux servir les Canadiens en cas de problème. Ça nous donne l’occasion de rencontrer nos collègues des pays alliés et de tisser notre réseau de contacts. Nous avons aussi le privilège de rencontrer des gens de la société civile qui font un travail extraordinaire, comme des organisations non gouvernementales qui viennent en aide aux femmes et aux enfants en difficulté. Avoir de bons contacts est crucial, surtout dans un cas de détresse, d’évacuation ou de rapatriement d’un Canadien. »

Les accidents automobiles sont un grand risque pour les voyageurs canadiens dans la région où travaille François. Ce genre de cas consulaire peut être éprouvant, surtout quand il y a un décès.

« C’est très difficile pour tout le monde quand cela arrive, et on fait de notre mieux pour aider les Canadiens touchés. Nous travaillons avec nos collègues d’Affaires mondiales Canada à Ottawa. Il faut coordonner les démarches auprès des autorités locales, la famille et les assurances au Canada. Avoir une bonne assurance voyage fait toute la différence dans ce genre de situation. »

Une bonne partie du travail de François se fait dans les coulisses. Les moments les plus marquants pour François sont ceux où il peut venir en aide à une personne en détresse et parvenir à un dénouement positif pour les Canadiens.

« Certains cas sont plus marquants, comme les enlèvements d’enfants. Le travail que nous faisons est exigeant pour notre famille, nos amis et nous-même. Toutefois, c’est un travail valorisant où l’on ne s’ennuie jamais. »

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, s’il vous plaît contactez-nous.

Date de modification :